Calculer sa retraite

PRÉVOYANCE - RETRAITE

Calculer sa retraiteIl est avéré que le calcul du montant de retraite est une opération complexe qui n’est souvent pas à la portée de tous. Heureusement, des techniques de calcul et des outils de mesure plus ou moins précise peuvent être d’une grande aide pour finaliser le calcul d’une retraite.Avant tout, il faut savoir que le montant d’une retraite consiste en l’addition de deux composantes financières : la retraite de base et la retraite complémentaire. Les deux volets de la retraite n’ont cependant pas la même méthode de calcul. Si la retraite complémentaire est calculée directement puis versée par l’ARRCO (tous les salariés, y compris les cadres) ou l’AGIRC (les cadres uniquement), la retraite de base est beaucoup plus difficile, car dépendante de la somme du salaire annuel moyen, de la durée d’assurance et du taux de la pension (ou taux de liquidation).Pour le calcul de la retraite de base dans le régime général, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) tient donc compte de trois paramètres : le salaire annuel moyen (SAM), le taux de liquidation (T) applicable au revenu et la durée d’assurance au régime général (D). De ce dernier paramètre ressort un autre : celui de la durée d’assurance maximum (Dmax). Ainsi, le calcul de la retraite de base repose sur la formule suivante : SAM x T x (D/Dmax).En outre, il faut savoir que la retraite de base peut être cotée à taux plein lorsque la personne concernée remplit les conditions d’âge de la durée d’assurance et a atteint le nombre de trimestres cotisés requis dans le régime général. Dans la plupart des cas, la retraite de base est aussi influencée par trois paramètres : – un coefficient de proratisation si la personne concernée n’a pas atteint le nombre de trimestres requis dans le régime général pour l’obtention d’une retraite complète ;- une décote lorsqu’elle n’a pas atteint le nombre de trimestres dans tous les régimes confondus afin d’avoir une retraite à taux plein ;- une surcote lorsque la personne concernée a continué à exercer alors qu’elle a déjà rempli toutes les conditions requises par une retraite à taux plein.Après avoir calculé le montant de la retraite de base, il faut désormais estimer le montant de la retraite complémentaire qui est régie par les régimes complémentaires obligatoires de l’ARRCO et de l’AGIRC. Dans ces deux régimes, la retraite complémentaire se calcule en fonction d’un système de points qui dépend de la carrière de la personne concernée dans le secteur privé. Durant la retraite, les points comptabilisés par l’ARRCO ou l’AGIRC sont additionnés, résultant ainsi en un total des points. Cette dernière valeur est ensuite multipliée par la valeur de point comptabilisée à la date de départ à la retraite (c’est-à-dire au moment du calcul).En pratique, dès son début de carrière dans le secteur privé, un salarié cadre ou non cadre est inscrit auprès d’une caisse de retraite complémentaire obligatoire. Après avoir cotisé pendant toute sa carrière, il reçoit ensuite, chaque année, un relevé des points acquis et des cumuls avec les points obtenus. Une fois au départ à la retraite, le salarié verra ses cotisations transformées en points de retraite qui seront ensuite additionnés dans le compte des points. Pour leur part, les cadres qui cotisent à la fois à l’ARRCO et à l’AGIRC effectuent la même méthode de calcul avec leurs points et additionnent les deux totaux.Pour le calcul de la retraite complémentaire, trois paramètres essentiels sont pris en compte par les régimes complémentaires obligatoires : le salaire brut soumis à cotisations (SBSC), le taux de cotisation (T) et le prix d’achat d’un point (P). Ainsi, le montant de la retraite complémentaire se calcule selon la formule : SBSC x (T/P).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *