Comment faire un arbre généalogique?

1

La recherche de ses ancêtres est une passion demandant du temps. La retraite est le moment idéal pour s’y consacrer. Quelques clés permettent de mener à bien son projet de recherche généalogique.Le début de l’enquête commence avec la collecte d’informations. Bien évidemment le travail ne sera pas le même si la famille est ancrée sur un même territoire depuis 5 générations ou si au contraire, ses ancêtres ont migré en France voire à l’étranger.Deux sources sont à consulter en priorité : les archives familiales conservées chez soi (lettres, cartes postales, photographies, papiers administratifs) et les actes d’état-civil (naissance, mariages, décès) consultables en archive. Dans la construction d’un arbre généalogique, la première étape consiste d’abord à interroger ses proches, ascendants encore vivants, sur les souvenirs qu’ils peuvent avoir. Les photographies peuvent être un bon support pour ces échanges. Il est conseillé de prendre des notes sur un cahier voire d’enregistrer sur un dictaphone si l’on craint d’être trahi par sa mémoire.Les actes d’état-civil existent depuis 1792 date à laquelle ils ont remplacé les registres paroissiaux tenus par l’église. Il sont conservés soit en mairie, soit aux archives départementales. Il est possible d’obtenir des copies des actes en écrivant en mairie mais aujourd’hui, grâce à internet, certaines demandes peuvent se faire en ligne via un formulaire. Certaines archives ont également numérisé et mis en ligne les actes d’état-civil qui sont donc consultables depuis chez soi sans avoir à se déplacer. Ce site mis à jour régulièrement, recense les départements couverts par la numérisation.De manière générale, la plupart des sites internet des archives départementales donnent de précieux conseils pour bien conduire ses recherches. Attention, pour certains ancêtres, il sera peut être nécessaire d’élargir les recherches à d’autres sources : judiciaires, militaires, notariales etc.Les associations généalogiques regroupant des passionnés peuvent aussi être d’un grand secours. Certaines de ces association organisent notamment des ateliers d’aide à la recherche ou de paléographie : utile lorsqu’il s’agit de déchiffrer les registres paroissiaux dont la lecture est loin d’être aisée ! Une fois que l’on a réuni les renseignements disponibles se pose la question de la construction de l’arbre généalogique proprement dit. L’acquisition d’un logiciel de généalogie est fortement conseillé pour mener à bien le projet car il simplifie considérablement le travail. En effet, on peut vite être débordé par la masse d’informations accumulée pendant la phase d’enquête sans trop savoir comment l’organiser. Plusieurs logiciels existent sur le marché : avant d’acheter, il est judicieux de comparer les différentes fonctionnalités qu’ils proposent et de se tourner vers celui qui correspond le mieux à ses besoins. De manière générale, tous les logiciels permettent de saisir de nombreuses informations : noms, dates, liens familiaux, photos scannées, notes additionnelles etc. Le logiciel se charge ensuite de traiter cette information brute pour la sortir sous forme d’arbre généalogique mais aussi de fiches répertoriant les renseignements collectés sur chaque membre de la famille, autant de données précieuses sur la mémoire familiale. Construire son arbre généalogique demande d’y consacrer de nombreuses heures de travail mais cet investissement en temps sera récompensé par les connaissances acquises sur ses origines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *