Comment financer sa maison de retraite, les principales aides

Même s’il est vrai qu’il est légalement fait obligation en vertus de l’article 205 du code civil, aux descendants d’une personne âgée, de subvenir aux besoins de celle-ci si elle est dans l’incapacité d’y faire face, cela n’est pas toujours le cas. Fort heureusement, il existe différentes aides et allocations dont peuvent bénéficier les personnes âgées, pour contribuer au financement de leur hébergement en établissement de retraite, en fonction de leur santé financière et de leur âge.

Les principales sont présentées dans les lignes suivantes : Aide sociale aux personnes âgées. Cette aide sociale prend en charge, la partie du coût d’hébergement de la personne âgée qui n’est pas couverte par l’obligation alimentaire de ses descendants et la portion de la retraite qui lui est allouée, dans la limite de 90 % de celle-ci.

Le montant de cette allocation est fixé par la Commission Départementale d’Aide Sociale à l’issue d’une enquête administrative. Cette enquête a pour objectif d’apprécier l’insuffisance ou non des ressources qui sont à la disposition de la personne âgée. L’allocation est attribuée dans un délai maximum de 02 mois après présentation du dossier du demandeur auprès de la commission.

Ce dossier peut être retiré au CCAS ou auprès de l’établissement d’hébergement visé. Ne peuvent bénéficier de cette aide que les personnes âgées de plus de 65 ans, ou 60 ans si elles sont sujettes à un cas d’inaptitude au travail. D’autre part, l’aide sociale n’est attribuée que si l’hébergement a lieu dans une maison de retraite agrée. Aide Personnalisée au Logement (APL) et Allocation Logement.

Une personne âgée peut solliciter soit une aide personnalisée au logement (APL), soit une allocation logement, mais jamais les deux à la fois. L’APL ne peut être sollicité que si la personne âgée est déjà pensionnaire d’une maison de retraite conventionnée. Dans le contraire, elle ne peut viser que l’allocation Logement.La demande de l’APL ou de de l’allocation logement peut se faire de façon physique auprès de la caisse d’allocation familiale du lieu de résidence de la personne âgée ou en ligne sur le site de la CAF.

Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)Mise en place depuis 2002, en remplacement de la Prestation Spécifique de Dépendance (PSD), l’APA est exclusivement destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie. Pour évaluer l’admissibilité ou non d’une personne âgée au bénéfice de l’APA, l’évaluation se fait selon une grille dénommée AGGIR. Sont éligibles, les personnes évaluées de GIR 1 à 4.

En plus de l’évaluation d’autonomie AGGIR, il faut avoir plus 60 ans. L’attribution de cette allocation est effectuée sur une période bien définie, à l’issue de laquelle l’éligibilité du bénéficiaire est réévaluée. En fonction des départements, l’avance peut être versée soit au bénéficiaire, soit directement à la maison de retraite. Les dossiers de demande sont à retirer au CCAS ou dans l’établissement d’hébergement visé. Aides Fiscales.

Une réduction d’impôt est attribuée à tout contribuable français, au titre de ses dépenses liées à la dépendance, à raison de 25 % des dépenses retenue dans une limite annuelle de 2500 €. Les personnes âgées peuvent donc en bénéficier après déduction de l’APA perçu pour l’année en cours. En outre, un dégrèvement sur la taxe d’habitation peut être accordé aux personnes âgées admises dans une maison de retraite, et qui sont toujours propriétaires de leur ancienne résidence.

Laisser un commentaire