LeRetraité.com vous propose des centaines d'articles pour préparer ou vivre au mieux votre retraite

Sécuriser la maison d’un senior

Habituellement, les personnes âgées après la retraite veulent profiter au maximum de leur maison.

Certes, il y aura quelques petites activités physiques, des petites courses au supermarché, mais les sorties se feront rares. Leur priorité sera de s’occuper de leur chat, ou de leur jardin ou se prélasser sur la terrasse. Et elles sont raison, car elles ont beaucoup donné du temps de leur jeunesse. Mais pour leur propre sécurité et celle des autres, il faut adapter le logement en fonction de la fréquence de déplacement de ces personnes en question.

Comment bien aménager la maison d’un senior ? Au fur et à mesure que l’âge avance, les capacités et aptitudes physiques diminuent. Pour éviter les chutes de plain-pied, les blessures lors du déplacement d’une personne âgée, il est nécessaire de procéder à quelques modifications de l’intérieur de sa maison.

La sécurisation des escaliers, s’il y en a, est la première chose à faire. Ce sont les endroits les plus dangereux de la maison pour les seniors. Il faut par conséquent installer des rampes pour faciliter la montée et la descente de l’escalier.

La pose d’un tapis antidérapant sur chaque marche est également indispensable. Entrer dans la salle de bain pour prendre sa douche peut être un véritable cauchemar pour une personne d’âge avancé. Et c’est logique, car c’est la partie la plus glissante de la maison. Une perte soudaine d’équilibre en sortant de la baignoire peut être fatale pour elle.

Ainsi, l’utilisation d’objet et accessoires comme les barres d’appui ou encore les tabourets de bain est requise. C’est une manière basique de se protéger, mais il existe des méthodes plus radicales comme l’installation de plusieurs dispositifs de sécurité : alarme, moquette, etc.

Les installations électriques sont aussi les ennemis jurés des seniors. Il faut supprimer tous les câbles et les fils électriques susceptibles de gêner le déplacement d’une personne âgée. Oui, parce qu’un câble mal rangé, trainant sur le sol, dans le salon peut le faire chuter ; conséquence : fracture de la jambe, de la colonne vertébrale ou plus grave encore la mort.

Le mieux est d’attacher ces fils sur les murs et poser des prises électriques protégées. La chambre du senior est le dernier endroit à aménager. Une personne âgée est souvent sujette à des maladies la contraignant à rester au lit.

Mais l’utilisation d’un simple lit sans le moindre confort peut aggraver la maladie. Il existe actuellement des lits médicalisés adaptés à ces personnes, et disposant de tous les accessoires pour améliorer la qualité de vie des seniors.

Le voyage pour le troisième âge, mode d’emploi

La retraite est une période attendue par beaucoup d’entre nous parce qu’elle nous fait bénéficier d’un temps totalement libre, et donc ouvert à mille aventures et loisirs. Partir en voyage est désormais possible sans contrainte de temps. Une, deux, trois semaines ou même un mois, en période hivernale comme en période estivale, tout est possible.

Conscients de cette disponibilité chez les retraités, de nombreux organismes et agences de voyage ont des formules spécialement dédiées à cette tranche de la population. Parmi ces propositions figurent les séjours en hôtel, ces derniers peuvent être en demi-pension ou tout inclus. Tous les organismes de voyage en proposent et les destinations sont très nombreuses : bord de mer, montagne, campagne, etc.

Les hôtels club proposent en général des séjours tout confort avec des espaces de loisirs et des équipements dédiés à la pratique du sport et à la détente, comme des piscines, des spas, des terrains de tennis, etc. Ce type de voyage est idéal pour les retraités qui souhaitent partir avec leurs petits enfants. En effet les hôtels club ou club vacances proposent des prestations diverses : animations, soirées à thèmes, clubs enfants, etc.

Les croisières à thèmes sont également des voyages très prisés par les retraités. Très attractives, ces dernières permettent à de nombreuses personnes de partager un intérêt commun, tout en voguant sur les eaux. Les thèmes proposés par les tour-opérateurs et les compagnies maritimes sont très divers, tels que l’œnologie, la musique, la culture, la gastronomie, etc.

Les croisières s’agrémentent d’escales dans des lieux toujours très touristiques et donc abondamment pourvus en monuments et sites superbes à découvrir. Les bateaux de croisières offrent en général un confort luxueux avec piscine, bar, restaurant, sauna et autres équipements pour satisfaire au mieux les vacanciers.Une autre solution de voyage qui fait de plus en plus d’émules, il s’agit des circuits-randonnées.

Les retraités sont actifs et ne veulent plus que leurs vacances soient synonymes de sieste sur un transat. Ils veulent bouger, découvrir, contempler. Les circuits-randonnées sont proposés par des organismes de voyage qui soumettent en général deux types de séjour, que sont le séjour en individuel (comprenant deux personnes), et le séjour pour groupes constitués.

En France ou à l’étranger, le coût du séjour comprend l’hébergement et les activités randonnées. Pour les repas, c’est en général semi pension ou complète, selon la volonté du voyageur. A savoir que ce type de séjour se déroule sur une semaine en moyenne, entre cinq et sept jours.

Les bons plans pour que les retraités partent en voyage sans se ruiner : il existe aujourd’hui de nombreuses réductions (souvent proposées par les transporteurs), pour que les retraités puissent voyager, quels que soient leurs moyens. Diverses initiatives solidaires ont notamment été créées, comme le programme Seniors en vacances de l’ANCV.

Ce dernier aide les plus de 60 ans à partir en voyage. L’Union Nationale des Associations de Tourisme, s’emploie quant à elle à faire partir les retraités aux faibles moyens financiers, à partir quelques jours au soleil.

L’ostéopathie pour les personnes âgées

Tout le monde peut subir des contraintes physiques comme les traumatismes, les opérations et les troubles psychologiques le long de sa vie. Même si le corps humain est conçu pour s’adapter aux différents problèmes que nous rencontrons, il arrive que certains mécanismes et fonctions du corps se détériorent avec le temps. L’ostéopathie, qui est une thérapie naturelle permettant d’accompagner les patients tout le long de leurs vies, est recommandée chez les séniors. Que savoir de cette thérapie ? Est-elle efficace chez le senior ?

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une forme de thérapie manuelle qui est adaptée à tous les âges. Elle permet d’accompagner les patients vers un meilleur rétablissement et une santé performante. L’ostéopathie est aussi en réalité, un système de diagnostic et de traitement de plusieurs conditions médicales qui touchent les personnes âgées. Le plus souvent, l’ostéopathie cherche à s’occuper des maladies qui attaquent les personnes âgées à cause de leur âge, au niveau des os et des articulations.

C’est une sorte de traitement non conventionnel qui est pratiquée par certains professionnels de la santé. Elle est pratiquée au niveau de la fonction et de la structure du corps. C’est un traitement qui part du principe que le bien-être d’une personne âgée passe par l’harmonie et l’équilibre de son squelette, de ses tissus conjonctifs, de ses muscles et de ses ligaments.

C’est une véritable aubaine pour les personnes âgées qui ont des problèmes au niveau de leur corps lorsqu’elles vieillissent et qu’elles souffrent de nombreux problèmes au niveau de leurs muscles et squelettes. Ainsi, l’ostéopathe s’assure de restaurer l’équilibre de l’organisme de la personne âgée et lui permet d’éviter les traitements médicamenteux et de passer par des opérations chirurgicales.

L’ostéopathie permet entre autres d’améliorer la mobilité des articulations, d’apaiser les tensions musculaires, d’apporter le soutien aux mécanismes d’autoguérison du corps, d’optimiser l’apport sanguin au niveau des tissus nerveux, etc. Cette pratique passe par le toucher, les massages, les manipulations physiques, etc.

Pourquoi faire recours à l’ostéopathie en tant que sénior ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les personnes âgées doivent consulter l’ostéopathe. Le rôle de ce professionnel est d’éviter à son patient de faire recours aux solutions médicamenteuses. Ainsi, il est un praticien qui s’assure d’apporter l’équilibre à son patient en utilisant ses différentes méthodes.

Le sénior peut consulter l’ostéopathe en cas d’arthrose par exemple. Cette maladie est une dégradation du cartilage et donc une maladie qui cause des dommages dans la vie du senior. L’ostéopathe, même s’il ne pourra pas réparer les articulations atteintes, s’assure de travailler sur la mobilité articulaire du patient. Il travaille aussi sur les tissus articulaires afin de leur rendre la souplesse. Il agit aussi sur le cartilage afin de limiter la douleur.  

Le senior peut consulter un ostéopathe dans le cadre des pathologies hormonales. Lorsque la personne âgée souffre de troubles hormonaux, il utilise les techniques viscérales avec l’intention de lui apporter un soulagement lorsque les effets secondaires de sa maladie vont surgir. Dans la plupart des cas, cette pratique évite au patient d’avoir recours aux solutions médicamenteuses.

Lorsqu’une personne âgée a subi un accident et porte une prothèse au niveau de la hanche ou du genou, elle peut faire recours à un ostéopathe pour l’accompagner. Son action permet d’optimiser le rôle du kinésithérapeute et l’aider le corps à fonctionner dans sa nouvelle posture.

Dans certains cas de traitement contre le cancer, il est possible de faire recours à un ostéopathe. Ce dernier ne guérit pas le cancer, mais aide le patient à assimiler les traitements lourds. Il lui permet aussi de réduire les effets secondaires du cancer.

Ostéopathie chez les séniors : quelques avantages importants

Le traitement grâce à l’ostéopathie fait recours à l’utilisation de plusieurs techniques telles que les mouvements rythmiques des articulations, les étirements des muscles et des tissus conjonctifs, les techniques à haute vitesse.

Les avantages de l’ostéopathie sont multiples. En premier, elle est reconnue pour sa capacité à soulager les patients de leurs troubles et affections du système musculaire et squelettique. Les actions de ce type de traitement permettent de guérir ou de réduire les douleurs chez les personnes âgées ayant des entorses, des problèmes chroniques d’hernies discales, des blessures sportives, des scolioses, des douleurs articulaires, etc.

L’ostéopathie est aussi réputée dans le traitement des maladies comme le syndrome du canal carpien, les troubles musculosquelettiques liés aux postures du travail devant l’ordinateur. Cette thérapie permet aussi de traiter et de soulager les hémorroïdes, les troubles circulatoires, les constipations, la congestion veineuse, les douleurs et dysfonctionnement gynécologiques, la stérilité, etc. Elle permet aussi de soulager les rhinites, les migraines, les vertiges, les états dépressifs, l’anxiété, etc.

Depuis quelques années, l’ostéopathie est utilisée comme traitement préventif de plusieurs maladies. Ainsi, les personnes âgées peuvent prendre rendez-vous auprès d’un ostéopathe pour prévenir les douleurs chroniques de la vieillesse et vivre des jours heureux dans leur vieillesse.

Maladie d’Alzheimer : mode d’emploi pour les proches et la famille

Vivre avec une personne atteinte de l’Alzheimer n’est pas facile. Le quotidien des membres de la famille change. La personne malade peut devenir un poids pour ses proches. Tout de même, la prise en charge médicale n’est pas le seul moyen permettant de guérir de cette maladie qui atteint principalement les personnes âgées. Selon de nombreuses études, la famille a un rôle important à jouer dans le rétablissement du patient. Que savoir sur la maladie d’Alzheimer et le rôle de la famille dans le processus de prise en charge ?

Ce qu’il faut savoir sur la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro dégénérative qui est caractérisée par une perte progressive de la mémoire et des facultés intellectuelles. Elle a des effets négatifs sur la vie de tous les jours du patient. C’est une maladie dont les symptômes évoluent et sont variables d’une personne à une autre.

Les troubles cognitifs et de la mémoire sont les symptômes les plus fréquents. Pour établir le diagnostic, certains éléments doivent être pris en compte. Entre autres, il peut y avoir des troubles du langage (aphasie), la perte de la reconnaissance des objets et des personnes (agnosie). En plus, il peut y avoir des difficultés à effectuer certains gestes (apraxie) ou encore la perte des fonctions exécutives.

La maladie a été découverte en 1906 par le scientifique Aloïs Alzheimer qui lui donna son nom. En effet, la maladie se manifeste par la perte de mémoire. Les neurones situés dans la zone de l’hippocampe sont atteints par le phénomène de dégénérescence. Ensuite, la maladie touche d’autres zones du cerveau, ce qui complique la maladie et ses effets dans la vie du patient.

Les personnes qui souffrent de cette maladie sont beaucoup affectées parce qu’elles deviennent dépendantes. Au début de la maladie, elles peuvent se rappeler de certaines choses, mais lorsque la maladie évolue, les pertes de mémoire sont plus chroniques. Une personne atteinte de cette maladie peut vivre entre 8 et 12 ans. Cependant, elle peut devenir un poids pour ses proches et pour les membres de sa famille.

La famille, un support inconditionnel pour la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer

Le premier niveau de soutien à la personne malade est d’accepter la maladie en tant que membres de la famille. Le plus souvent, bon nombre de proches refusent d’accepter la maladie, ce qui influence leurs comportements envers la personne malade. Il faut dont l’accepter, même lorsque c’est difficile.

Ensuite, la famille doit être solidaire et savoir que ce ne seront pas des moments faciles avec le malade, mais rien n’est assez compliqué lorsqu’il y a l’amour et la solidarité. Une personne atteinte de l’Alzheimer devient dépendante et perd toute son autonomie. En d’autres termes, c’est un proche que vous verrez s’éteindre devant vos yeux. Alors, vous devez être présents en tant que membres de famille.

Dans cette phase de la vie, vous devez montrer à votre proche que vous êtes là pour lui, peu importe la difficulté de la situation. Les personnes malades d’Alzheimer ont des troubles de mémoire, d’humeur et de personnalité. Elles se sentent perdues, elles sont tristes et parfois se sentent seules. Vous leur devez de l’attention et de l’amour. Même si des fois votre proche ne vous reconnaît pas, il est toujours important d’être présent dans sa vie durant cette période.

La famille a donc le devoir de réunir une équipe compétente qui s’occupera de son proche. Le patient ne doit pas rester seul durant cette période de la maladie. Les membres de la famille doivent avoir des tours pour rester avec le patient. Tout de même, il est possible de se faire aider par les professionnels de la santé en contactant les services compétents comme : la PCH, la PDPH, etc.

En outre, il est important de savoir que les aidants en charge de s’occuper d’une personne atteinte d’Alzheimer doivent assurer sa sécurité. En d’autres personnes votre proche peut des fois s’enfuir de la maison, avoir des épisodes qu’il sera difficile de contrôler. Mais avec l’aide des professionnels, vous serez en mesure de le prendre en charge parfaitement.

Un autre point important est que vous devez apprendre à communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer. Pour cela, les aidants peuvent vous accompagner dans ce processus un tant soit peu difficile. Votre capacité à communiquer avec un proche atteint d’Alzheimer lui permettra de savoir que vous êtes là pour lui, même de manière subconsciente.

Avec l’accompagnement des aidants vous pouvez apprendre à communiquer, à transmettre des messages à votre proche et lui éviter l’isolement. Notez bien que l’isolement peut multiplier les effets négatifs de la maladie et accélérer la mort de votre proche.

C’est la raison pour laquelle vous devez vous entourer des professionnels qui vont vous aider à passer par cette étape difficile et à trouver le bon moyen pour être présent dans la vie de votre proche atteint de la maladie.   

Rester en forme après 65 ans

Pour rester en forme après 65 ans, il y a des modifications à faire dans son quotidien. Que ce soit dans son alimentation et dans sa vie de tous les jours, il faut faire certaines modifications. L’activité physique permet de préserver la santé et d’avoir une bonne autonomie. La bonne alimentation permet d’apporter à l’organisme les nutriments dont il a besoin et de rester en bonne santé. Rester en bonne santé se résume à bien manger et bouger. Quelles sont les astuces à adopter pour être en forme après 65 ans ?

Se débarrasser des pensées limitantes : il est possible de rester en forme après 65 ans

La qualité de notre vie est le résultat de la qualité de nos pensées. En réalité, bon nombre de séniors ne pensent pas qu’être en forme est possible après 65 ans. Le premier élément important est de se débarrasser des pensées limitantes et accepter que vous aussi, vous avez la possibilité de rester en forme, quel que soit votre âge.

Si d’autres personnes âgées ont réussi à rester en bonne santé, c’est que vous aussi vous le pouvez. Rester en bonne forme s’apprend, ce n’est pas quelque chose qu’on fait du jour au lendemain. Il faut l’avoir comme objectif et se donner les moyens de l’atteindre.

Si vous voulez rester en pleine forme après 65 ans, vous devez nécessairement prendre des conseils auprès d’un expert en nutrition et d’un coach sportif. Ainsi, en pratiquant les conseils reçus, il ne suffit que de quelques mois pour être en bonne forme et le rester.

Soigner son alimentation

Comme le célèbre médecin Hippocrate l’a dit, l’alimentation est la première médecine. En d’autres termes, une personne qui soigne son alimentation peut rester facilement en bonne santé. Pour rester en pleine forme après 65 ans, il est important de soigner son alimentation. Alors que certains nutriments doivent être ajoutés à son alimentation, d’autres doivent en être supprimés.

La construction musculaire passe par une bonne nutrition. En adoptant de bonnes habitudes nutritionnelles, vous avez la certitude de réduire considérablement les risques de maladies. Vous aurez ainsi l’énergie nécessaire pour faire face à vos activités de tous les jours. Lorsqu’on devient senior, il est primordial de mettre une emphase particulière sur son alimentation et l’adapter à ses besoins.

En premier, vous devez commencer par boire beaucoup d’eau, au moins 1,5 litre par jour. En outre, vous devez manger beaucoup de fruits et légumes chaque jour. Cela permettra à votre organisme de faire le plein de vitamines et de nutriments dont il a besoin pour être en forme. Votre alimentation doit être riche en protéines (viande, œuf, poisson). En tant que senior, vous ne devez pas manquer vos repas pendant la journée. En effet, il est conseillé d’avoir au moins trois repas par jour, et si possible d’avoir un goûter. Vous devez aussi manger aux mêmes heures tous les jours.

Le plus important n’est pas de beaucoup manger, mais d’apporter les éléments nutritionnels importants à son organisme. Une bonne alimentation permet à l’organisme d’avoir de l’énergie et d’être en forme tous les jours.

Bouger et pratiquer des exercices sportifs tous les jours

Si vous voulez maintenir une bonne forme tous les jours, vous ne devez pas rester couché ou assis longtemps pendant la journée. Il est conseillé de faire une marche toutes les deux heures autant que faire se peut. Si vous êtes encore actif après 65 ans, ne restez pas trop longtemps assis dans votre bureau. L’idéal serait de se lever et marcher quelques minutes et vous asseoir de nouveau.

Si vous êtes à la maison, pas besoin nécessairement d’aller dehors. Faites des marches régulières dans votre domicile. Que ce soit au salon, dans le couloir ou dans la maison, marchez d’une pièce à une autre. Assurez-vous de ne pas rester trop longtemps dans une seule position. Cela vous permettra d’exercer vos muscles et de rester en pleine forme.

Les exercices physiques sont indispensables lorsqu’on veut être en pleine forme tous les jours après 65 ans. Il existe les activités de renforcement musculaire qui sont importantes pour maintenir votre masse et force musculaire. Elles vous permettent d’avoir une bonne santé des os et des muscles. Par exemple, lorsque vous jardinez, allez faire vos propres courses, montez et descendez les escaliers tous les jours, vous renforcez vos muscles et les maintenez en pleine forme.

De plus, il existe des exercices physiques permettant d’améliorer votre équilibre. Ceux-ci doivent aussi intégrer votre quotidien. Entre autres, il y a des exercices comme se tenir debout sur une seule jambe, danser, faire du yoga, etc. Pour faire les bons exercices de maintien de vos muscles, vous devez consulter un professionnel ou suivre des tutoriels pour réaliser les exercices chez vous à la maison.

Un autre point très important pour le maintien de sa forme est d’avoir de bonnes habitudes de sommeil. Elles vous permettront de récupérer et d’avoir toujours le plein d’énergie, d’être de bonne humeur tous les jours et de vivre de longs jours heureux.

La nutrition chez les personnes âgées : mode d’emploi

Les besoins nutritionnels chez la personne âgée sont particuliers et doivent répondre à certaines règles. L’alimentation peut être un bon médicament ou une source de maladies pour la personne âgée. C’est la raison pour laquelle, à un âge avancé, il y a certains éléments qui doivent être incorporés dans l’alimentation d’un senior, certains nutriments qui doivent être éliminés. Que savoir sur la nutrition chez les personnes âgées ?

Les particularités de l’alimentation chez une personne âgée

Lors du vieillissement, la nutrition ne peut être dissociée du bon état de santé. En effet, la population des personnes âgées constitue une couche très hétérogène parce que chaque senior a des besoins spécifiques. Vieillir en bonne santé dépend donc des habitudes alimentaires et de la vie. En d’autres termes, il s’agit de prendre en compte les facteurs psychologiques, biologiques et ceux liés à l’environnement.

A partir de 60 ans, le problème des personnes âgées n’est plus celui de l’obésité ou de certaines maladies dites de surcharge. Le plus important pour eux est d’éviter les risques de carences en nutriments et la déshydratation. A l’âge adulte, l’alimentation doit aussi permettre d’éviter et de régler les troubles digestifs.

La dénutrition est le plus grand problème de nutrition rencontré chez les personnes âgées. Il s’agit de la malnutrition  protéino-énergétique qui constitue un risque de santé publique. Les seniors étant différents, leurs besoins en nutriments le sont aussi. C’est la raison pour laquelle il est important de consulter un professionnel de la nutrition afin de déterminer la bonne alimentation d’une personne âgée. Tout de même, il y a certaines règles à observer en général chez tous les séniors.

Manger au moins trois fois par jour

La prise de l’alimentation est un élément important chez la personne âgée. Cette dernière doit prendre au moins trois repas par jour et il est aussi important d’incorporer le goûter à son alimentation. En effet, il ne s’agit pas seulement de manger pour couper la faim, mais de prendre des portions alimentaires qui répondent aux besoins nutritionnels. Ces derniers dépendent de plusieurs facteurs dont l’état de santé actuel du sénior.

Il n’est pas nécessaire de prendre de grandes portions de nourritures, mais de manger des quantités suffisantes de nutriments dans un repas. Par exemple, lorsqu’on a pas assez faim dans la journée, il est préférable de répartir l’apport nutritionnel pendant les prises.

C’est aussi un paramètre à prendre en compte en fonction du senior. Tandis qu’une personne âgée n’aura pas besoin de beaucoup de protéines, une autre en aura besoin en quantité suffisante pour bien vivre.

Supprimez les aliments gras  et riches en sucre

La transformation des aliments riches en graisse et en sucre diminue avec l’âge. Ainsi, un senior doit réduire considérablement l’apport du sucre et de la graisse dans son alimentation. C’est un conseil très important pour les seniors qui pratiquent le sport et qui sont très actifs.

En réalité, les matières grasses doivent être apportées en petite quantité pour permettre à l’organisme de pouvoir les synthétiser et de produire l’énergie. En lieu et place des graisses, le senior devra préférer les légumes cuits à la vapeur ainsi que les viandes rôties. Entre autres, il serait aussi préférable de manger le beurre cru en noix ou sur les tartines dans les assiettes.

Le sucre ne peut pas être complètement banni de l’alimentation. Il doit être consommé avec modération. Il est donc préférable de consommer des aliments contenant les sucres naturels que ceux contenant des sucres ajoutés. Par exemple, un senior qui aime manger le sucre, doit le faire en prenant son repas et éviter de manger le sucre en dehors des repas. Chez les personnes âgées diabétiques par exemple, le type de sucre à consommer est prescrit par les médecins.

Evitez la consommation des stupéfiants et d’une grande quantité de sel

Le sel est une substance qui favorise la rétention d’eau dans les cellules. Le consommer en grande quantité expose la personne âgée à l’hypertension artérielle. En lieu et place du sel, il est préférable d’utiliser les épices et aromates naturels pour rehausser le goût des plats. Les aliments industriels doivent être aussi limités parce qu’ils contiennent beaucoup de sel.

Les personnes âgées ne doivent pas consommer l’alcool et doivent aussi éviter de fumer et de prendre les substances addictives qui sont néfastes pour leur santé.

Que manger en tant que personne âgée ?

Les personnes âgées doivent par contre avoir une alimentation riche en protéines pour conserver le capital musculaire. Ceux-ci doivent être pris au moins une fois par jour. Par exemple, les produits laitiers sont une source considérable de protéines pour les seniors.

L’alimentation d’une personne riche doit être aussi composée de beaucoup de fruits et de légumes tous les jours. A chaque repas, il doit avoir un apport considérable de féculents et de fibres pour favoriser la digestion.

La personne âgée doit boire beaucoup d’eau sur une base régulière et aussi prendre les jus de fruits naturels afin d’apporter les nutriments importants à son organisme. 

Les boîtiers de sécurité : alerte pour les seniors

Les personnes âgées, dépendantes et en situation de handicap sont vulnérables. Pour leur permettre de vivre dans de bonnes conditions et d’exprimer leurs besoins, de nombreuses solutions sont mises à leur disposition. Entre autres, il y a le boîtier de sécurité ou le bip qui est un matériel de téléassistance aidant à la mobilité et à la sécurité. Quels sont ces boîtiers de sécurité et comment fonctionnent-ils ? Comment trouver le bon boîtier pour ses besoins en tant que sénior ?

Les boîtiers de sécurité pour les seniors, c’est quoi et pourquoi les utiliser ?

Le boîtier de sécurité pour senior est un appareil permettant à une personne âgée dépendante ou en situation de handicap de bénéficier d’un accompagnement quotidien sur mesure. C’est un dispositif permettant aux seniors de rester à domicile dans de bonnes conditions et en toute sécurité. Les personnes vulnérables, grâce à ce boîtier peuvent bénéficier d’une aide personnalisée à tout moment, surtout si elles vivent seules à la maison.

En utilisant ce boîtier de sécurité, le senior reçoit un soutien personnalisé à n’importe quel moment de la journée. C’est un outil qui facilite l’organisation de la journée d’un senior. Vous pouvez l’offrir à un parent ou un proche sénior dépendant ou vulnérable.

Le but de cet appareil est de répondre aux urgences. Par exemple, en cas de chutes ou de toute autre difficulté, le sénior peut juste à l’aide d’un bip, bénéficier d’une assistance. Le boîtier étant connecté à une plateforme conçue à cet effet, alerte les secours pour venir en aide au senior. C’est une solution technologique permettant de faciliter la vie des personnes âgées tous les jours et de leur permettre de vivre dans de meilleures conditions.

De manière concrète, un senior en difficulté dispose d’un bouton sur son appareil qui peut porter autour du cou ou comme bracelet. Sur le boîtier de téléassistance, il existe aussi un bouton permettant de passer un appel. En cas de difficulté, il suffit au senior de faire une pression sur l’appareil tout en appuyant sur le bip.

Une alerte est créée sur la plateforme d’assistance et l’expert en charge du sénior est contacté. Il faut noter que la plateforme d’assistance est fonctionnelle 24h/24, 7j/7.  Le boîtier est muni d’un micro et d’un haut-parleur permettant au senior et à son conseiller de communiquer aisément.

Ce dispositif est très efficace et s’assure de garder la personne âgée dans une situation confortable chez elle à la maison. Il s’agit en réalité d’une question de sécurité et de confort réglée par ce boîtier de sécurité.

Quel type de bip adopter en tant que sénior ?

Le bip est un équipement de sécurité de maintien à domicile pour les personnes âgées et celles en perte d’autonomie. Il existe essentiellement deux types de boîtiers de téléassistance qui se déclinent en plusieurs modèles sur le marché. Il y a le bip en bracelet et celui en pendentif.

–          Le bip bracelet : c’est un bracelet détecteur de chute chez les personnes âgées. Il est souvent muni d’un accéléromètre et d’un détecteur de pression atmosphérique. Ces fonctionnalités permettent de détecter la chute chez la personne qui la porte. Ainsi, même si elle n’a pas eu le temps de faire le bip, l’assistance virtuelle sait qu’il y a un problème et une aide est immédiatement envoyée. Il peut être sous plusieurs formes et en différents matériaux en fonction du fabricant.

–          Le bip en pendentif : le pendentif peut être mis au cou comme un objet de mode. Il joue le même rôle que le bip bracelet. Le senior qui le porte doit juste presser le bouton de bip pour alerter en cas de danger. Il est aussi muni d’accélérateur et de détecteur de chute. En fonction du fabricant, certaines autres fonctionnalités peuvent être ajoutées.

Comment bien choisir son bip de sécurité ?

Bien choisir son bip de sécurité est un élément important. C’est un appareil à porter partout, que ce soit à la maison ou dans le parc. Il peut être porté même lorsqu’on est sous la douche. C’est la raison pour laquelle il faut bien choisir son bip.

Le premier critère à prendre en compte est l’étanchéité. La plupart de ces appareils sont étanches parce qu’ils peuvent être portés sous la douche. Les fabricants s’assurent que leurs produits répondent à ce critère. En outre, le bip choisi doit être résistant aux chocs. En cas de chute, l’appareil ne doit pas être cassé. Il existe des bips dans de nombreux matériaux. C’est à vous de choisir le plus résistant selon vous.

Le critère d’esthétique est à prendre en compte au moment de l’achat. C’est un appareil que vous aurez à porter tous les jours, donc il doit être agréable à la vue et au toucher. Les modèles les plus discrets sont plus faciles à porter et ne sont pas encombrants. Ils peuvent être portés sous forme de bijoux et ils n’attirent pas les regards. La portée du signal de l’appareil est aussi un élément important. L’appareil choisi doit pouvoir émettre des signaux partout. Que ce soit à l’extérieur, à l’étage, dans le jardin ou à l’intérieur.

Acheter un bien immobilier après 50 ans

Devenir propriétaire après ses 50 ans est un projet ambitieux et pas l’un des plus faciles. Les prix des biens immobiliers étant élevés, les futurs acquéreurs font souvent des prêts pour finaliser leurs projets. Cependant, certaines banques n’aiment pas accorder des prêts aux plus de 50 ans. Est-il possible d’acquérir son bien immobilier après 50 ans avec ou sans prêt ? Quelles sont les différentes possibilités existantes ?

Emprunter après 50 ans : risques ou avantages ?

Il est important d’établir que les banques hésitent à octroyer des prêts aux seniors. La raison est pourtant si simple. Après 50 ans, et plus précisément après la retraite, les revenus sont en forte baisse chez les seniors. Cette situation peut compliquer les paiements et mettre la banque dans une mauvaise passe.

De plus, le critère de l’âge et de santé influent beaucoup sur le délai de paiement des prêts immobiliers. Il est alors risqué de faire un prêt de longue durée à un senior parce qu’il peut avoir des difficultés à rembourser la somme due avec ses pensions de retraite.

Cependant, depuis quelques années, les mentalités ont beaucoup changé. Les seniors vivent plus longtemps parce que leur espérance de vie a augmenté. De plus, de nombreux séniors sont toujours dans le monde professionnel, même après 62 ans. Ainsi, de nombreuses opportunités sont offertes aux personnes âgées afin d’acquérir leurs biens immobiliers après 50 ans.

Pourquoi est-il possible de faire un prêt après 50 ans pour acheter son bien immobilier ?

Les séniors sont aujourd’hui de bons profils pour les banques. En réalité, ils font des prêts sur courte durée, entre 10 et 15 ans. L’âge moyen pour partir à la retraite est de 62 ans, et il a évolué depuis quelques années. Ainsi, après avoir pris un prêt à 50 ans par exemple, le senior peut facilement le rembourser avant d’aller à la retraite.

Les séniors sont un bon profil parce qu’ils ont des apports. Comme vous le savez, l’un des éléments clés pour les crédits immobiliers, c’est le montant de l’apport. Les séniors ont eu le temps de faire des économies depuis leur jeunesse, ce qui leur permet d’avoir des apports considérables. De plus, ils ont aussi des assurances-vie ou sont déjà propriétaires. Ces derniers ont de bonnes garanties, ce qui permet aux banques de leur faire confiance en leur octroyant des crédits beaucoup plus facilement.

De plus, les séniors ont moins de charge parce que pour la plupart, ils n’ont plus d’enfant à prendre en charge dans leurs foyers.

Trouvez une bonne assurance emprunteur pour séniors

Pour obtenir un prêt immobilier, il est important de trouver un bon contrat d’assurance emprunteur. Généralement, les banques proposent des contrats de groupe distribués par les assureurs partenaires. Ces derniers reposent sur la mutualisation des risques standardisés et ne correspondent pas beaucoup aux seniors. Dans ces types de contrat, la limite pour l’assurance décès-invalidité est un facteur limitant majeur pour la souscription des crédits chez les séniors.

Avec l’âge, les risques de santé évoluent et donc, le senior peut avoir un mauvais profil. Pour les banques, une dégénérescence de l’état de santé est un risque de non-remboursement de prêt sur le long terme. A cela, s’ajoute le fait le TAEA pour un crédit immobilier se trouve dans la fourchette de 0,40 à 0,60% sur 10 ans. Après 60 ans, le TEAG peut atteindre 1,80%.

C’est la raison pour laquelle il est important de trouver un bon contrat d’assurance emprunteur de délégation. Avec ce type de contrat, vous pouvez avoir une formule personnalisée en fonction de votre profil. Il existe des séniors qui sont en parfaite santé.

En plus de l’état de santé, l’assureur va prendre en compte votre capacité d’endettement, votre santé financière, votre apport et bien d’autres critères. Trouver un crédit immobilier après 50 ans est bien possible. Il suffit tout simplement de bien chercher.

Trouver un crédit et une assurance emprunteur grâce à un comparateur ou un simulateur de crédit

D’entrée, il est important de savoir que si vous avez la possibilité d’acquérir votre bien immobilier sur fonds propres, ce sera la meilleure option. Tout de même, si vous n’avez pas assez de fonds, vous pouvez trouver un crédit immobilier et une bonne assurance emprunteur pour séniors. Le plus important est de trouver un bon contrat en ligne.

Grâce à un comparateur, vous avez la possibilité de trouver un bon contrat de crédit et d’assurance emprunteur en ligne. En effet, il s’agit d’un logiciel en ligne rapide et fiable mettant en rapport toutes les offres du marché. Grâce à un comparateur, vous pouvez faire jouer la concurrence et trouver un contrat qui vous conviendra le mieux.

En outre, il existe des simulateurs de crédits sur les sites des banques et organismes de crédits. Vous pouvez faire des simulations pour évaluer les offres afin de faire un choix qui vous convient. 

Les escarres, mode d’emploi

Lorsqu’elles sont alitées ou immobilisées, les patients peuvent être victimes de nombreuses autres maladies dont les escarres. Ce sont des plaies, souvent profondes, qui aggravent l’état de santé des personnes malades. Il est possible de les éviter, mais aussi de les soigner lorsqu’ils apparaissent. Que savoir sur les escarres, de la manifestation de la maladie à son traitement ?

Les escarres : définition, symptômes et causes

Les escarres sont souvent des rougeurs qui apparaissent chez les personnes alitées ou immobilisées. Ils apparaissent au niveau des zones d’appui telles que les doigts, le dos, les zones fessières, les talons par exemple. Ils désignent aussi la dégénérescence de la peau à cause de la mort localisée des cellules souvent appelée nécrose. Les escarres sont douloureuses et peuvent détériorer l’état de santé de la personne malade.

Lorsque l’appui est prolongé au niveau des zones sensibles, les escarres peuvent se transformer en des plaies souvent profondes. Ils peuvent atteindre les os dans les cas graves et devenir très dangereux pour la santé du patient. Selon quelques statistiques, plus de 250000 personnes seraient touchées par les escarres et plus de 14000 en meurent chaque année. Plus de 22% des personnes âgées hospitalisées en sont touchées et plus de 3% des patients alités en souffrent.

L’une des raisons pour lesquelles les seniors sont touchés par cette maladie est que leur peau est plus fragile. Les personnes ayant des problèmes cardiaques et/ou respiratoires sont encore plus touchées par la maladie. Chez les personnes qui sont dans le coma ou souffrent de paralysie, la maladie peut être encore plus grave.

Quelles sont les étapes d’évolution de la maladie ?

Le premier niveau de l’escarre est l’apparition d’une rougeur au niveau de la zone d’appui ou de pression. Ensuite, cette rougeur devient persistante, même lorsqu’on presse avec le doigt. Avec le temps, la couleur rouge peut être changée en bleu ou en violet. A la deuxième étape, il y a l’apparition des cloques au niveau de la zone d’appui. La couleur de la peau commence par noircir.

Il y a ensuite une troisième étape, celle de la nécrose ou mort des tissus. A ce stade, la peau devient complètement noire. L’escarre en ce moment s’écorche et devient plus grave. Les tissus sous-jacents apparaissent. Certaines fois, les muscles et les os apparaissent aussi.

La quatrième étape est la plus dangereuse parce que les escarres deviennent des plaies profondes qui peuvent atteindre les os et les muscles. Lorsque la maladie atteint cette étape, il est difficile de la soigner. C’est la raison pour laquelle bon nombre de patients en meurent.

Les facteurs de risques des escarres

Les facteurs de risques sont les éléments qui augmentent ou accélèrent le développement ou l’apparition d’une maladie. Dans le cas des escarres, il en existe plusieurs. Le premier est l’immobilisation du patient. Que ce soit dans un lit ou dans un fauteuil, l’immobilisation provoque une pression de la peau, ce qui cause des frottements sur les zones de pression. La rougeur apparaît, et éventuellement, les plaies aussi.

Il existe des lits et fauteuils avec des équipements anti-escarres. Lorsque le patient est immobilisé sur un matériel normal et sans protection, la maladie apparaît plus vite. C’est la raison pour laquelle vous devez exiger les matériels limitant les risques d’escarres. Le manque de changement de position du patient lorsqu’il est immobilisé peut provoquer rapidement l’apparition des escarres.

Les zones d’humidité de la peau sont sensibles et laissent apparaître plus vite les escarres. Un manque d’oxygénation des cellules de la peau au niveau des zones de pression est une cause de l’apparition des escarres. L’absence de soins de rééducation du patient et des soins kinésithérapeutiques sont des sources d’accélération de la maladie.

Quels soins pour les escarres ?

Les escarres font partie de la catégorie des plaies les plus difficiles à traiter dans les milieux médicaux parce que les facteurs de risques ne peuvent pas être évités véritablement. En plus, les médecins risquent l’apparition des infections nosocomiales à germes résistants de l’escarre dans les centres de santé. C’est ce qui rend le traitement de la maladie plus difficile à certains moments.

Le premier niveau de traitement consiste à nettoyer l’escarre ou la plaie avec un sérum physiologique ou de l’eau robinet. Ce dernier a un effet tensioactif et c’est la raison pour laquelle il est conseillé. Les médecins proscrivent l’utilisation de l’eau stérile qui peut augmenter la douleur chez les patients.

L’une des erreurs à faire est d’utiliser les antibiotiques de manière locale. En réalité, ils créent des résistances au niveau des germes qui ne meurent plus. En plus, l’utilisation des antiseptiques doit être réalisée de manière particulière si le cas le permet. Ils sont souvent irritants et toxiques.

Dans le cadre où il y a la plaie, il est préférable de la nettoyer avec un savon doux. Il est préférable de rincer à la douchette afin de ne pas léser les tissus sains de la peau. Le médecin doit s’assurer de sécher les contours de la plaie.

En fonction du stade de l’escarre, le médecin peut proposer un traitement additionnel. Tout de même, il doit être testé sur au moins 5 jours afin de décider de son efficacité ou non. Pour changer le traitement, il doit y avoir une concertation entre les professionnels qui traitent le patient.

L’un des éléments importants à prendre en compte est l’utilisation de l’équipement adapté, c’est-à-dire le lit, le matelas et le coussin adapté au patient. Cet équipement doit être anti-escarre pour optimiser le traitement. 

Trouver son âme sœur après 60 ans

L’amour n’a pas d’âge dit-on souvent. Même après 60 ans, il est possible de trouver son âme-sœur et vivre le parfait amour. En France, des millions de personnes âgées vivent seules et sont en perpétuelle quête d’amour. Après le décès de leurs partenaires, bon nombre de seniors finissent leurs jours seuls dans l’isolement. De plus, à cause du taux de divorce élevé en Europe, il existe de nombreuses personnes qui vivent seules. Comment trouver l’amour en tant que senior ?

Soyez défini sur ce que vous voulez

Les attentes d’une personne âgée en amour ne sont pas les mêmes que celles d’une personne encore jeune. Après 60 ans, on cherche une personne avec qui partager le reste de sa vie en toute harmonie, avec des critères différents. Tout de même, n’hésitez pas à être ouvert d’esprit et à embrasser le changement.  Tandis que certains cherchent à se marier, d’autres cherchent plutôt à vivre une relation amoureuse qui ne va pas nécessairement aboutir au mariage.

Selon quelques statistiques, les hommes de plus de 60 ans recherchent des femmes plus jeunes, ce qui n’est pas avantageux pour les femmes seniors. C’est la raison pour laquelle il est important de savoir ce que vous voulez, mais ne pas avoir peur d’ajuster vos attentes. Ce n’est que sur cette base que vous allez attirer la bonne personne dans votre vie après 60 ans.

En outre, ne désespérez surtout pas. Sachez qu’il y a une personne quelque part qui n’attend que vous pour vivre le parfait amour. Si vous ne trouvez pas l’amour dès votre première tentative, ce n’est pas une fatalité. Ce ni à cause de votre âge, ni à cause de vos défauts. Soyez tout simplement persévérant dans vos recherches.

Les sites de rencontre : vos meilleurs alliés

Pour les mordus de l’internet, les sites de rencontres sont les meilleurs endroits pour trouver l’amour. Le principal avantage est que vous n’avez pas à vous déplacer. Depuis le confort de votre maison que ce soit au téléphone ou sur ordinateur portable, inscrivez-vous sur les sites de rencontres pour senior. Pour maximiser vos chances de trouver l’amour, créez un profil certifié sur la plateforme de rencontre.

Ensuite, créez un profil attirant en mettant votre photo, vos centres d’intérêt. Surtout, mentionnez que vous êtes à la recherche de l’amour. Cela vous permettra de trouver les personnes qui répondent à votre profil. Trouver son âme sœur n’est pas l’affaire d’une seule journée. Après l’inscription sur un site de rencontre, discutez avec les autres inscrits et planifiez des rencontres physiques avec vos nouvelles rencontres.

Essayez les clubs de sports pour seniors et les clubs de loisirs

Aujourd’hui, les clubs de sport ne sont plus seulement des lieux pour faire des exercices physiques. Ce sont aussi des lieux de rencontres par excellence. Dans un club de sport pour senior, vous allez rencontrer les personnes de votre génération, celles qui ont les mêmes centres d’intérêt que vous.

Il existe différents autres lieux où vous pouvez trouver l’amour. Par exemple, dans les clubs de lecture, les centres de danse, les ateliers de poésie ou de peinture, les clubs de dessin, les parcs animaliers et autres, vous pouvez trouver l’amour de votre vie. Il faut tout simplement avoir l’esprit ouvert et rencontrer de nouvelles personnes.

En élargissant votre cercle relationnel, vous trouverez certainement des personnes avec qui passer du temps. Éventuellement, parmi elles, vous trouverez votre âme sœur, la personne avec qui vous passerez le reste de votre vie et vivrez des histoires d’amour formidables.

Trouvez l’amour dans le monde professionnel ou lors de vos voyages

Les temps ont bien changé de nos jours. Les seniors sont toujours actifs après 60 ans, que ce soit dans le privé tout comme dans le secteur public. En tant que senior, il est possible de trouver l’amour lors des réunions d’affaires et des rencontres professionnelles. Notez bien que de nombreux autres seniors sont à la recherche d’amour tout comme vous. Alors, n’ayez pas peur de faire le premier pas si vous trouvez une personne que vous appréciez fortement.

Un autre lieu pour trouver l’amour est de le faire lors de vos voyages, qu’ils soient professionnels ou de simples vacances. Lorsque vous voyagez, vous avez la possibilité de rencontrer de merveilleuses personnes. Qu’elles soient seniors ou non, elles peuvent vous intéresser. Ainsi, soyez ouverts à toute forme de rencontre lorsque vous voyagez. Que ce soit en avion, au bord d’une plage, dans un restaurant ou dans la rue, les opportunités sont multiples.

Après 60 ans, on sait ce qu’on veut et on ne laisse pas les opportunités s’envoler. Si vous trouvez une personne que vous pensez être votre âme sœur, parlez-lui et ne laissez pas passer cette opportunité. Trouver l’amour après 60 ans, c’est bien possible et cela ne relève pas du miracle. Vous aussi vous pouvez vivre l’amour, croyez-le et attirez-le tout simplement.

Seniors toujours en activité : mode d’emploi

Il y a quelques années, les départements des ressources humaines planifient la retraite des personnes âgées à partir de 50 ans. La retraite était ancrée dans les mentalités lorsqu’on atteignait un certain âge. Cependant, les dynamiques et manières de faire ont changé. Il est possible de travailler après 50 ans, d’obtenir un CDD, d’être épanoui professionnellement dans le secteur public et dans le privé. On vous dit tout.

Retraite sous condition et possibilité de cumuler un emploi

D’entrée, il est important de mentionner qu’il est possible pour les séniors retraités du régime général et pour les fonctionnaires d’avoir une activité professionnelle. Même à la retraite, ils ont la possibilité d’avoir d’autres sources de revenus additionnelles aux pensions de retraite. Cependant, ceci est encadré par la loi afin que tout se passe dans les normes.

Comme première condition pour cumuler un travail aux pensions de retraite, il faut cesser son activité dans tous les régimes de retraite. Cependant, certains seniors dans les secteurs comme l’art, la science, la littérature, l’hébergement en milieu rural, les métiers du droit sont exemptés de cette loi.

En outre, pour cumuler un emploi sous retraite, il faut aussi avoir liquidé toutes ses retraites de base et celles complémentaires. Le senior doit aussi avoir atteint l’âge d’obtention de la retraite à taux plein. De l’autre côté, si cet âge n’est pas atteint, il doit avoir l’âge légal de départ à la retraite et avoir validé la durée d’assurance nécessaire pour que la retraite à taux plein soit obtenue.

Si un senior ne remplit pas ces conditions pour bénéficier du cumul intégral des deux formes de ressources, ils ont la possibilité de cumuler sans dépasser un certain seuil de revenus. En d’autres termes, la somme totale des revenus d’un emploi et des pensions de retraite doit être inférieure à la moyenne mensuelle des revenus d’activité acquis sur les trois derniers mois civils ou à 1,6 fois le Smic.

Il est à noter que les seniors qui relèvent du RSI ont aussi la possibilité de cumuler un emploi et de percevoir les pensions de retraite. Ils doivent être dépendants d’un autre régime social dans le cadre où leurs revenus ne dépassent pas un certain seuil ou ils doivent embrasser une activité indépendante.

Chômage et emploi des seniors : que savoir ?

De nos jours, il existe de nombreuses aides pour permettre aux seniors de trouver un emploi. Même ceux qui en ont, n’ont plus à être poussés à la retraite rapidement. Selon certaines statistiques, il y a un grand nombre de seniors au chômage. C’est la raison pour laquelle Pôle emploi a mis en place des dispositions plus favorables pour les demandeurs d’emploi seniors.

Par exemple, la durée d’indemnisation est :

–          de 24 mois vous avez entre 50 et 52 ans

–          de 30 mois si vous avez entre 53 et 54 mois

–          de 36 mois si vous avez entre 55 ans et plus

En outre, les conditions pour recevoir l’allocation chômage sont devenues plus souples pour les personnes à partir de 53 ans. Alors que la période de référence au cours de laquelle vous devez avoir travaillé est de 6 mois, elle est maintenant passée entre 2 et 3 mois.

De plus, si vous avez plus de 50 ans, il est possible de percevoir à tout moment l’Allocation de solidarité (ASS) en lieu et place de l’ARE (Allocation de retour à l’emploi). Même si vos droits à l’ARE existent encore, vous pouvez toujours percevoir l’ASS. Cette situation arrange les seniors dont les droits au chômage sont élevés. Il faut noter que pour les seniors de plus de 61 ans, certaines modalités spécifiques sont proposées.

Saviez-vous qu’il est possible d’obtenir un CDD à partir de 57 ans ? Eh oui, même si vous avez 57 ans, les entreprises peuvent toujours vous courtiser et vous proposer de bons contrats. Cependant, l’une de ces deux conditions doit être respectée :

–          vous devez être au chômage au moins depuis 3 mois

–          vous devez être bénéficiaire d’une CRP (convention de reclassement personnalisé)

La particularité avec les CDD pour seniors, c’est qu’ils peuvent être signés en toutes situations. En effet, les CDD ne sont signés que s’il y a un remplacement d’un salarié absent, un pic d’activité ponctuel ou encore dans certains corps de métiers. Lorsque vous êtes un senior ayant signé un CDD, votre contrat peut durer jusqu’à 3 ans, renouvelable une fois.

Grâce à cette formule, il est plus facile pour un employeur de signer votre contrat s’il a des craintes concernant votre engagement. En signant un CDD en tant que senior, vous avez la possibilité d’amasser des droits et de rester en pleine activité.

De nos jours, être senior n’est plus un désavantage. Les personnes âgées ont beaucoup d’opportunités à exploiter dans le monde professionnel et à cumuler leurs revenus.

Vivre avec un senior en situation de handicap

Les personnes âgées vivant avec un handicap peuvent être exposées à un vieillissement difficile. Entre les risques de ruptures sociales et les problèmes de santé qui peuvent dégénérer, il est important de leur apporter le soutien nécessaire. Il existe différentes solutions pour accompagner et vivre avec un senior en situation de handicap, quel que soit ce handicap. Comment vivre avec un senior en situation de handicap ?

Adoptez de bonnes attitudes pour avoir une bonne cohésion dans le logement

Les personnes âgées ne sont pas nécessairement faciles à vivre. De surcroît, s’ils sont dans une situation de handicap, il est important de s’armer de courage. La première chose à prendre en compte lorsque vous vivez avec un senior en situation de handicap est votre attitude. Le plus souvent, on a tendance à les traiter comme des enfants. Non, ils ne le sont pas. Vous devez les traiter avec respect.

Ensuite, apprenez à être patient et à comprendre les besoins des seniors qui vivent avec un handicap. Tout de même, il est important de savoir que des solutions ont été développées ces dernières années pour accompagner les personnes âgées vieillissantes. Vous pouvez obtenir tous les renseignements auprès de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées).

Sachez que la vie avec une personne vieillissante en situation de handicap peut modifier complètement vos habitudes. Cela nécessite un don de soi et la capacité à s’adapter à tous les défis qui se présentent devant vous.

Faire des aménagements dans le domicile

Le deuxième élément important à considérer lorsqu’on vit avec une personne vieillissante en situation de handicap est la réalisation des aménagements du domicile. Avec le vieillissement, les risques de chutes sont plus nombreux dans les logements. Le plus souvent, cela se produit au moment de la marche, des toilettes, au moment du coucher ou du lever, etc.

Il faut maintenant penser à réaménager les locaux en fonction du handicap du senior. Tout de même, ce qui est commun à tous, c’est la mise en place des monte-escaliers dans les logements. S’il y a des étages, il est important d’installer ces équipements pour faciliter la mobilité.

Ensuite, vous devez penser à éliminer le trop plein d’affaires dans la maison. Même si elle doit être décorée, votre décoration doit être minimaliste avec des couleurs neutres. Évitez un encombrement de meubles dans le logement. Il est aussi préférable d’opter pour les revêtements antidérapants sur le sol dans le domicile.

A moins que le senior ne soit complètement aveugle, il est important de mettre l’emphase sur la mise en place de luminaires dans la maison. Ils permettront de faciliter les déplacements et éviter les chutes et accidents dans le noir.

Vous n’avez pas nécessairement besoin de vous lancer dans de grands travaux. Faites de petits arrangements et assurez-vous que l’espace soit habitable et adapté aux besoins du senior. Vous pouvez demander l’aide des experts.

Les solutions d’accompagnement à domicile pour un senior en situation handicap

Pour vivre avec un senior en situation de handicap en vieillissant, il faut mettre toutes les chances de son côté. C’est la raison pour laquelle vous pouvez explorer les services de soins à domicile qui existent. Ces derniers permettent de répondre à la dépendance des personnes âgées en termes de toilettes, de ménage, d’habillement, etc.

Voici quelques services qui pourraient vous intéresser :

–          Les services d’aide et d’accompagnement à domicile : ils concernent l’aide à la personne comme l’aide au lever, l’aide aux courses, l’aide aux toilettes, l’entretien du logement et bien d’autres. Les aides disponibles pour ces services sont l’APA et la PCH.

–          Les services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) : ce sont des services spécifiques aux personnes âgées vivant avec un handicap. Ils leur permettent d’apprendre à être autonome. Ils accompagnent aussi les seniors pour les actes essentiels de la vie.

–          Les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) : ils proposent une combinaison de soins infirmiers et des aides à domicile

–          Les services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) : ce sont les mêmes services que les SAVS en plus d’un suivi médical et paramédical proposés au senior en situation de handicap. Il faut être reconnu comme handicapé pour bénéficier de cette offre

–          Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) : ce sont des services spécifiques sur prescription médicale. Ils concernent les actes infirmiers et les soins de nursing.

Notez bien que ces services peuvent venir en complément aux proches aidants. Il est important de savoir que vous avez aussi des activités auxquelles vous voudriez vaquer. Pour cela, ces services peuvent prendre le relais, permettant au senior vieillissant en situation de handicap de mieux vivre. Il faut faire le choix en fonction de vos besoins. Certains d’entre eux sont adaptés aux personnes âgées, d’autres aux personnes handicapées et d’autres aux deux groupes de personnes.

Quels avantages pour les seniors dans les transports ?

Tout le monde peut bénéficier de rabais sur les tarifs dans les transports collectifs. C’est le cas des seniors qui ont de nombreuses opportunités à exploiter. Néanmoins, aucune loi n’impose aux entreprises de transport, la réduction de frais de tarifs aux personnes âgées. Il existe de nombreuses solutions qui peuvent être exploitées par les seniors. Que savoir sur les avantages pour seniors dans les transports en commun ?

Réductions dans les transports pour les seniors résidents à Paris : cas particulier

Le Pass Paris Senior Access permet de se déplacer gratuitement en Île-de-France. Trois conditions sont nécessaires pour obtenir ce pass. Il faut en premier lieu avoir 65 ans ou 60 ans si vous êtes inapte au travail. Ensuite, vous devez être membre d’un foyer fiscal dont le paiement des impôts est soumis au barème inférieur ou égal à 2028€ pour la première demande. Pour le renouvellement du pass, le montant doit être de 2430€.

Les conditions de ressources ne concernent pas les veufs (ves) de guerre et les anciens combattants. Comme dernière condition, vous devez résider à Paris depuis au moins 3 ans. Les seniors en situation de handicap peuvent aussi faire la demande de ce pass et l’obtenir.

La carte SNCF pour seniors

La SNCF propose de nombreux avantages aux seniors grâce à sa carte. La carte Avantage remplace la carte Senior+. Elle est accessible à seulement 49 euros par an. Grâce à elle, la personne âgée peut bénéficier de 30% de réduction sur tous les trajets en train INOUI, TGV, Intercités et TER. La réduction est valable pour les transports à l’intérieur de la France et vers d’autres pays de l’Europe. Elle donne droit aussi à 30% de réduction sur le prix du billet Prem’s.

Grâce à la carte Avantage de la SNCF, le senior jouit également de prix de deuxième classe qui ne dépassent pas un certain seuil sur l’ensemble des destinations en France. Ces prix sont de :

–          39€ pour les trajets de courte durée (en dessous de 1h30)

–          59€ pour les trajets intermédiaires (entre 1h30 et 3h)

–          79€ pour les trajets les plus longs (plus de 3h)

Pour obtenir cette carte et bénéficier des réductions sur les transports dans toute la France, il suffit de contacter la SNCF.

La carte senior Air France

La compagnie aérienne Air France propose aussi de nombreuses réductions aux seniors. Pour les plus de 65 ans, il est possible d’obtenir la carte Senior. Elle donne droit à une réduction de 30% et plus sur tous les vols nationaux sur les tarifs Basic+ et Smart. Avec cette carte, vous pouvez aussi modifier votre vol à seulement 10€. Grâce à cette carte, les seniors peuvent obtenir un remboursement de billets d’avion pour 20€ seulement. La carte coûte 59 euros l’année et permet au senior de voyager sans être ruiné.

La carte de transports urbains

Dans la majorité des villes françaises par exemple, il existe des ‘’cartes Seniors’’ proposant des réductions aux personnes âgées lorsqu’elles présentent des justificatifs de retraite. Pour jouir de cette offre, faites une demande sur le site de la société de transport de votre ville ou dans les points de vente.

Les seniors de plus de 62 ans avec une activité professionnelle inférieure à un mi-temps ou sans activité professionnelle ont droit à la moitié des tarifs avec la carte Navigo Annuel à tarif Senior. Par exemple, les transports en commun sont gratuits à Toulouse pour les plus de 65 ans grâce à la carte Tisséo.

La carte Club Senior Avis

La compagnie Avis a mis en place la carte Club Senior permettant à toute personne âgée de plus de 65 ans d’avoir de nombreux avantages. Accessible à seulement 65 euros sur deux ans, elle permet de bénéficier de 10 à 20% de réduction sur les surclassements à chaque location de voiture. Si vous conduisez et louez régulièrement des voitures, votre carte pourrait être très vite rentabilisée.

La carte de réduction pour les seniors actifs

Avez-vous déjà entendu parler de la carte ‘’Réduc-seniors’’ ? C’est une carte destinée aux plus de 55 ans qu’on appelle aussi les ‘’Happy Boomers.’’ Elle est vendue au prix de 49 euros pour les personnes âgées qui adorent voyager et faire des sorties. Elle permet d’obtenir des réductions dans tout le pays. Que ce soit dans les agences de voyage lors de la réservation d’un billet de train ou de voyage ou pour la location de campings, cette carte permet d’obtenir des rabais. La carte permet aussi d’obtenir des réductions dans les thalassos, hôtels et autres.

Les réductions sont nombreuses lorsqu’il s’agit des transports des seniors. Que vous ayez plus de 50 ans ou plus de 60 ans, les offres sont multiples et variées. Ainsi, il suffit de choisir parmi toutes ces cartes précitées ou les obtenir toutes pour bénéficier de tous leurs avantages. 

Tout savoir sur la carte SNCF pour les seniors

La  SNCF (Société nationale des chemins de fer français) est l’entreprise ferroviaire française. En plus de la gestion des trains, elle propose de nombreuses offres aux citoyens français, dont la carte SNCF. Il s’agit d’une carte de réduction pour les seniors. Elle leur permet de bénéficier de plusieurs avantages. C’est quoi la carte SNCF pour seniors ? Quelle est son utilité ?

La carte SNCF c’est quoi ?

La carte SNCF pour senior est celle que l’entreprise propose aux seniors. Il s’agit de la Carte Avantage Senior. Autrefois, elle était connue comme la carte Senior+ ou carte Vermeil. Elle permet d’obtenir des réductions sur les billets de train INOUI et TGV, les TER et INTERCITES. Elle permet aussi de bénéficier de rabais sur les trains allant dans les autres pays voisins.

La carte SNCF pour senior contient votre nom complet ainsi que votre photo de profil. Sa durée de validité est d’une année. Pour l’obtenir, il faut avoir plus de 60 ans. Elle est accessible à un prix unique de 49 euros par an avec tous ses avantages

Comment et où obtenir sa carte SNCF ?

Il est très facile d’obtenir une carte SNCF pour senior. Alors qu’elle était encore connue sous le nom de carte Vermeil, elle n’était disponible qu’aux hommes de plus de 65 ans et aux femmes de plus de 60 ans. Aujourd’hui, pour obtenir la carte SNCF pour senior, il suffit d’avoir 60 ans au minimum, tout genre confondu.

Pour cette carte, vous n’avez pas à présenter de justificatif de revenus ou être contraint par un plafond de ressources. Tout de même, avant de l’obtenir, assurez-vous de vous munir d’un justificatif et d’une photo d’identité.

Vous pouvez acheter votre carte SNCF pour senior dans une boutique SNCF, dans les agences de voyages agréées, aux guichets des gares. Il est aussi possible d’appeler le 3635 pour acheter votre carte. Si vous avez accès à internet, rendez-vous simplement sur le site https://www.oui.sncf/train/carte-abonnement-train/avantage-senior où vous pouvez effectuer votre achat facilement.

Après avoir passé la commande de votre carte, vous recevrez un e-mail de la part de la SNCF contenant la carte sous un format digital. Ensuite, vous devez aller au guichet d’une gare ou en borne jaune ou blanche du guichet pour réceptionner votre carte sous  format papier. Vous devez aussi fournir la référence à 6 chiffres qui vous a été envoyée dans le mail de confirmation de votre achat. C’est avec ce code que l’agent fabriquera la carte physique.

Les avantages de la carte SNCF

Cette nouvelle carte de l’entreprise pour les seniors présente plusieurs avantages.

Les avantages liés aux voyages

Pour les seniors qui aiment beaucoup voyager en France ou qui sont passionnés de voyages vers les pays voisins, cette carte est une véritable aubaine pour eux.

–          Les réductions sur les billets de train sont disponibles chaque jour, sans condition d’aller-retour

–          60% de réduction pour les prix des billets des enfants qui accompagnent les seniors ayant la carte SNCF au cours de leur voyage. Cette offre est disponible dans la limite de 3 enfants dont l’âge est compris entre 4 et 11 ans

–          30% de réduction sur les coûts des billets sur toutes les destinations en France, à n’importe quelle heure de réservation et peu importe le jour de voyage

–          30% de réduction sur le prix des billets pour les voyages vers l’international (les pays voisins comme la Suisse, l’Espagne, l’Italie, etc.)

–          30% de réduction sur le prix du billet Prem’s

–          15% de réduction sur la location de véhicules

–          Il faut noter que cette carte est totalement dématérialisée

Autres avantages de la carte SNCF pour senior

En plus de la réduction sur les billets de voyage en train, la carte permet aussi d’obtenir d’autres avantages :

–          15% de rabais sur le prix des bagages. Grâce à ce service, le senior peut voyager léger. Les bagages du senior sont acheminés vers le lieu indiqué ou livrés à domicile.

–          15% de réduction sur la location AVIS, la location de véhicules

–          15% de réduction sur la restauration à bord des trains

Somme toute, la carte Avantage Senior se veut être simple et avantageuse pour les seniors. Grâce à elle, la SNCF souhaite fidéliser ses clients qui représentent au moins un million d’utilisateurs en France. Cette carte poursuit de nombreux autres objectifs. Elle permet aux seniors de voyager dans de bonnes conditions, de leur éviter l’isolement dans la vie de tous les jours.

En plus, les personnes âgées peuvent bénéficier de services de livraison de repas et colis à domicile. Il existe des applications de l’entreprise permettant de faciliter la communication avec les seniors. Cette carte contribue à améliorer la qualité de vie des seniors, ce qui leur permet de vivre des jours heureux dans leur vieillesse. 

L’assurance retraite : conseils et mode d’emploi

La retraite est une période dans la vie d’un travailleur où il est enlevé de la vie active. Pendant cette période, il touche régulièrement une somme d’argent appelée pension de retraite. En France, l’âge légal pour partir à la retraite est de 62 ans. Ainsi, avant de quitter la vie active en tant que senior, il est important de souscrire à l’assurance retraite, un dispositif qui calcule et verse la pension de retraite. Que savoir de l’assurance retraite et comment ça se passe ?

L’assurance retraite : ça sert à quoi ?

L’Assurance retraite est l’institution qui gère le paiement de la pension de retraite à tous ceux qui en ont droit. Elle paie les pensions de retraite de base aux salariés du secteur privé, aux contractuels de droit public, aux travailleurs indépendants et aux artistes-auteurs. Elle verse la pension à plus de 15 millions de français retraités.

Plus de 90% des travailleurs sont concernés par l’assurance retraite. Elle est mise en œuvre par la Cnav (Caisse nationale d’assurance vieillesse).  Cette dernière est subdivisée en plusieurs compartiments dont la Carsat (Caisse d’assurance retraite et de santé au travail).

Que savoir sur les assurances de retraite ?

L’assurance retraite est une solution proposée aux salariés et qui leur garantit une retraite paisible au moment venu. Elle leur permet aussi de percevoir une allocation mensuelle pour garder leur niveau de vie, une fois qu’ils sont retraités.

En France, il existe trois régimes dans l’assurance retraite. Il y a en premier le régime de base ou le régime général, ensuite le régime complémentaire et enfin, les différentes formes d’épargnes retraites. Ces dernières peuvent être individuelles ou collectives. Ce sont elles qui sont gérées par les sociétés d’assurance. En termes de complément de retraite, il existe une large gamme de contrats d’assurance sur le marché. Voici les plus connus :

–          Les contrats à prestations définies

–          Les contrats en sursalaires

–          Les contrats à cotisations spécifiques

–          Les indemnités de fin de carrière.

Il est important de noter que les solutions retraite proposées par les établissements d’assurance sont le plus souvent basées sur la loi Madelin. Grâce à ce dispositif, les salariés ont la possibilité de jouir d’un complément de pension de retraite. En plus, remarquez que les contrats d’assurance sur le marché dépendent du statut du travailleur.

Les principaux types d’assurance retraite

L’assurance retraite fonctionne comme l’assurance vie. Il existe trois différents types de contrats d’assurance retraite sur le marché actuellement.

–          Le contrat d’assurance retraite des gérants majoritaires : il est caractérisé par le paiement des cotisations. C’est une catégorie de contrats d’assurance par capitalisation. Pour ces contrats, c’est l’entreprise ou la société qui se charge de les signer. La solution proposée est marquée dans les charges déductibles de l’entreprise.

–          Le contrat d’assurance pour les professions artisanale, médicale et libérale : il est aussi caractérisé par le paiement des cotisations. Elle entre dans les charges déductibles de l’impôt sur le revenu. Contrairement au contrat d’assurance retraite des gérants majoritaires, celui-ci est souscrit de manière individuelle.

–          Le contrat d’assurance retraite pour les salariés : ce type de contrat est souscrit par l’entreprise pour ses employés. Il en existe plusieurs sortes sur le marché. Entre autres, on peut citer le contrat article 83, le contrat par capitalisation à court terme et à long terme.

Les contrats de retraite complémentaires ou surcomplémentaires : avantages

Il est important de noter que les assurances retraite sont des sources de revenus complémentaires pour les retraités, leur permettant de bien vivre après la vie active. Ces complémentaires, comme leur nom l’indique, permettent de suppléer les revenus perçus par les régimes généraux et complémentaires conventionnels.

Les sociétés d’assurance proposent différents autres contrats de retraites pour les nombreuses catégories de travailleurs qui existent. Pour trouver le bon contrat, il est important de prendre rendez-vous avec un professionnel afin d’obtenir toutes les informations nécessaires et de se lancer convenablement.

En effet, les pensions de retraite proposées par le régime complémentaire et le régime de base sont revues à la baisse. La première raison est que la plupart des retraités ont une espérance de vie plus longue. En plus, la plupart des personnes entrent tardivement dans la vie active, ce qui crée un nombre important de retraités à gérer par les institutions compétentes. Les cotisations des travailleurs ne sont plus suffisantes pour financer les pensions de retraite.

C’est dans cette optique qu’il y a la retraite supplémentaire qui est facultative. Elle peut être souscrite auprès d’une société de prévoyance, d’une banque ou d’un assureur retraite en ligne. Dans les entreprises, l’employeur peut souscrire à ce type de contrat pour le compte de ses employés.

Dans ce cas, la personne active ou le salarié doit verser des primes pendant toute la durée de son activité professionnelle. C’est cette somme qui lui servira d’épargne retraite. Lorsqu’il sera effectivement en retraite, il pourra bénéficier de rentes viagères ou d’un capital en fonction du contrat signé. La retraite supplémentaire se décline souvent sous deux formes : la retraite supplémentaire à prestations définies et celle à cotisation définies.

Quels sont les meilleurs services de généalogie ?

Bon nombre de personnes cherchent à mieux connaître leurs histoires et leurs origines. Même sans avoir été adopté, il existe ce besoin d’en apprendre plus sur sa lignée. Selon une enquête Ipsos de 2010, plus de 6 français sur 10 s’intéresseraient à la généalogie. La plupart ont déjà entrepris des recherches sur leurs familles et noms. Si vous êtes dans cette catégorie de personnes intéressées par la généalogie et que vous ne savez pas comment vous y prendre, voici quelques sites sur lesquels vous pouvez commencer.

Guide-genealogie.com : pour bien débuter

Comme son nom l’indique, guide-genealogie.com a pour vocation de guider vos premiers pas dans le monde de la généalogie. Dans la section « guide de généalogie », vous trouverez des articles complets sur la méthodologie, les sources ou encore les outils disponibles. Le site met aussi à votre disposition de nombreuses adresses pour vous aider dans vos recherches, un forum d’entraide et une base de données de cartes postales anciennes. Enfin, il propose son propre logiciel, Généatique, permettant de construire son arbre généalogique en ligne (essai gratuit avant l’achat).

Geneanet : le site par lequel vous pouvez commencer vos recherches

Geneanet.org est un site très populaire. Il est simple à utiliser et vous permet de faire des recherches sur vos parents et sur l’histoire de votre famille. Plateforme ergonomique, il est facile de créer et de trouver son arbre généalogique en ligne. Les concepteurs du site l’ont doté de puissants outils de recherches pour vous aider à retrouver vos racines. Même si certains de ces outils sont gratuits, d’autres sont payants. Si vous voulez des informations justes et si vous voulez aller en profondeur, il est préférable d’utiliser les outils payants. Le site est aussi doté d’une bibliothèque généalogique à la portée de tous. Sur le site, vous trouverez aussi une large communauté avec laquelle vous pouvez échanger et vous entraider sur le forum en ligne.

Culture.fr/Genealogie : une plateforme qui vous permet d’accéder aux archives

C’est le site officiel du ministère de la Culture et de la Communication. Il y a une section dédiée à la recherche de la généalogie, gérée par le service interministériel des Archives de France. Vous y trouverez un moteur de recherche capable de donner des informations liées à vos questionnements. La base de données sur le site est alimentée par les archives des départements, ce qui vous permet d’accéder à des millions de documents tels que les actes notariés, les états civils, etc. Si vous voulez connaître vos origines, peut-être que vous devriez commencer par cette plateforme et vous aurez toutes les informations que vous voulez.

Genefede.eu : la plateforme qui fédère les associations

Si vous voulez trouver des données sur votre généalogie, ce site est un incontournable. En réalité, Genefede.eu est le site de la Fédération française de généalogie. Sur la plateforme, vous avez accès à une base de données assez grande qui répondra à votre curiosité. Par exemple, les bases de données comme Bigenet vous donnent accès à des informations proposées par des dizaines d’associations spécialisées dans la généalogie. Il y a d’autres bases de données telles que Genebank, Ring, et Origine sur lesquelles vous pouvez trouver certainement toutes les données dont vous avez besoin. Sur la plateforme, bénéficiez de conseils vous permettant de retrouver les membres de votre lignée et de reconstituer votre arbre généalogique. En plus, le site vous permet d’avoir accès à un annuaire des associations et cercles généalogiques fédérés du pays.

Filae.com : le nouveau nom du site Genealogie.com

Genealogie.com fait partie des incontournables lorsque vous voulez trouver des informations fiables sur vos ancêtres et sur l’histoire de votre famille. La plateforme est intuitive et vous aide à retrouver les données exactes. Ce site est payant et vous devez tout de même faire un abonnement afin d’effectuer vos recherches en toute liberté. Filae vous donne accès à plusieurs bases de données, celles des archives départementales. Vous y trouverez aussi un annuaire des associations généalogiques. Grâce à cette plateforme, vous pouvez trouver de précieuses informations sur qui vous êtes et sur vos origines.

Il n’est jamais trop tard pour connaître ses origines. Le plus souvent, bon nombre de personnes pensent que la recherche de la généalogie est le travail des seniors qui n’ont rien à faire. Même si ce sont eux qui sont le plus intéressés par ces découvertes, il est important de connaître et de comprendre d’où l’on vient. Peut-être que vous vous sentez déconnectés de vos origines et que vous avez entendu des histoires par ici et par là mais, vous n’êtes pas sûr. Pourquoi ne pas prendre le premier pas et aller sur l’un de ces sites internet afin d’y trouver des données sur qui vous êtes. Les recherches peuvent être longues et infructueuses par moment. Mais lorsque vous êtes déterminé, vous trouverez certainement des éléments de réponse à vos questions. 

Les sites et magazines pour trouver des mots fléchés

Lorsqu’on prend de l’âge, il est important de faire des activités stimulatrices du cerveau et qui permettent de réfléchir. Parmi ces activités, on peut trouver les mots croisés qui aident à améliorer et à conserver les capacités mentales et cérébrales. Si les mots croisés sont des jeux qu’on trouvait dans les magazines et journaux en papier, aujourd’hui, il est possible de les trouver en ligne. Certains sites et magazines vous proposent des mots croisés à tout moment. Zoom sur ces plateformes sur lesquelles vous pouvez stimuler votre activité mentale et passer de bons moments.

Tele7jeux.fr

Le site et magazine en ligne tete7jeux.fr est l’une des meilleures plateformes pour s’amuser et jouer aux mots croisés. La plateforme est simple et facile à utiliser. Même lorsque vous ne maîtrisez pas l’outil internet, il suffit tout simplement d’utiliser votre tablette, téléphone portable ou laptop pour vous connecter dessus. Une fois sur le magazine en ligne, de nombreuses options sont proposées aux joueurs. Vous avez les mots croisés, les mots fléchés, le Sudoku, le Kakuro, les lettramots et bien d’autres. Les grilles des mots croisés ont une interface intuitive permettant au sénior de s’adapter au jeu et de trouver les mots manquants de la grille.

Jeux du magazine Femme Actuelle : www.femmeactuelle.fr/jeux

Femme Actuelle est un magazine en ligne très connu qui propose des contenus divers destinés à une cible large et variée. Tout de même, sur le magazine en ligne, vous avez la possibilité de vous épanouir et de jouer aux jeux tels que les mots croisés. Sur le site, une fois que vous allez dans la section des jeux, ces derniers sont regroupés en plusieurs catégories. Il s’agit entre autres des jeux de lettres, de chiffres et de familles. Sur le site, cliquez sur l’onglet l’icône des mots croisés et laissez-vous emporter dans des moments de jeux inoubliables. Que vous soyez seul ou en famille, jouez aux mots croisés sur le magazine en ligne Femme Actuelle et mettez en œuvre vos capacités mentales.

Jeux 20Minutes.fr : https://www.20minutes.fr/services/jeux

Le site propose une diversité de jeux que vous aimeriez probablement. Entre autres, vous y trouverez des mots fléchés, le Takuzu, le Sudoku, les mots croisés, la ronde des mots, etc. Une fois sur le site, cliquez sur l’icône des mots croisés. Vous serez redirigés vers une autre page sur laquelle vous pourrez jouer à votre jeu en toute quiétude. Notez bien que cette plateforme est intuitive et ergonomique. Son design responsive fait que vous pouvez accéder à son contenu depuis votre smartphone ou depuis votre tablette. L’un des avantages de ce site est que chaque jour, vous avez la possibilité de découvrir une nouvelle grille. Ceci vous permettra de toujours vous lancer dans de nouveaux défis chaque jour. Vous ne pouvez jamais vous ennuyer sur ce site.

RCI Jeux : www.rci-jeux.com/jeuxweb.html

Sur le site, vous trouverez un grand nombre de jeux de chiffres et de lettres mais également des jeux d’observation, des questions, etc. Ainsi, pour jouer à votre jeu favori, les mots croisés, il suffit de cliquer sur l’icône de la grille et le tour est joué. Vous serez dirigé vers une nouvelle page sur laquelle vous pourrez trouver les mots croisés dans la grille.

Jeux LCI : www.lci.fr/jeux / https://www.tf1info.fr/jeux/

La chaine de télévision LCI du groupe TF1 vous propose aussi une gamme variée de jeux sur son site internet. Ainsi que ce soit sur le site de la télévision ou sur celui du groupe, découvrez une multitude de jeux qui vous passionnent. Néanmoins, sur la plateforme, cliquez sur le lien ou l’image correspondant et laissez-vous emporter dans cet univers magique à la découverte des mots croisés proposés sur la plateforme. Si c’est votre première fois de jouer à ce jeu, ne vous en faites pas, vous serez séduit par les défis qui s’offrent à vous.

Sportcerebral.fr : https://www.sportcerebral.com/produits/mots-croises

Il s’agit d’un site créé pour vous permettre d’utiliser votre matière grise. Si vous êtes fatigué de relever de petits défis en termes de mots croisés, sur cette plateforme, vous en aurez pour votre goût. Le niveau du jeu est élevé et vous pouvez ainsi emmener votre intuition à un autre niveau. Grâce à ce site, passez vos journées à atteindre de nouveaux objectifs chaque jour. Comme le nom du site l’indique, en jouant sur la plateforme, vous êtes en train de faire du sport cérébral pour maintenir vos capacités mentales en pleine forme.

Motscroisesmagazine.fr : https://www.motscroisesmagazine.fr/

Sur ce magazine en ligne, il vous suffit tout simplement de vous connecter grâce au terminal de votre choix. La particularité avec ce magazine est qu’il est payant, et donc vous devez non seulement créer votre compte pour vous identifier, mais aussi payer un abonnement mensuel ou annuel pour profiter de tous les jeux offerts sur la plateforme. En utilisant votre carte bancaire, faites-vous plaisir avec seulement quelques euros, et choisissez les jeux de mots croisés qui conviennent à votre niveau de jeu.

Quelles huiles essentielles pour bien vieillir ?

Les bienfaits des huiles essentielles sont connus de tous. Pour les seniors, il s’agit d’un atout considérable pour vieillir dans de bonnes conditions. Les connaître et savoir comment les utiliser permet d’ajouter quelques années à son expérience et de vivre surtout en parfaite santé. Il existe de nombreuses huiles essentielles dans le monde. Quelles sont celles qui sont utiles pour bien vieillir ?

Les huiles essentielles pour un meilleur confort et le bien-être

En vieillissant, le corps peut avoir de nombreux problèmes. C’est la raison pour laquelle les huiles essentielles vous permettent de le maintenir en bonne santé et de jouir d’un meilleur confort.

·         Pour le massage du corps par exemple, utilisez des huiles comme la camomille, la lavande absolue, le bois d’hinoki, l’ylang ylang. Pour bien les utiliser, il est recommandé de les diluer afin d’éviter les brûlures et les irritations de la peau.

·         Pour bénéficier d’un air frais dans le milieu ambiant et vous débarrasser des mauvaises odeurs dans votre pièce, utilisez l’huile essentielle de citron dans un diffuseur. L’huile d’Eucalyptus est aussi un parfait désinfectant. Vous pouvez aussi mettre une à deux gouttes de ces huiles dans un bol rempli d’eau tiède et inhaler directement. Vous allez améliorer votre système immunitaire.

·         Pour bénéficier d’un bon bain pour relaxer le corps et le débarrasser de la fatigue, les huiles essentielles sont vos meilleurs alliés. Par exemple, diluez quelques gouttes d’huiles de mandarine verte, de pamplemousse, d’orange douce ou de petit grain bigarade dans votre eau chaude ou tiède. Les bienfaits sont énormes parce que l’eau chaude ou tiède permet d’ouvrir les pores de l’épiderme.

Les huiles essentielles pour éviter le vieillissement cutané

Lorsqu’on prend de l’âge, les rides apparaissent sur plusieurs parties du corps. Elles peuvent être une source d’inconfort et de faible estime de soi surtout chez les femmes. C’est la raison pour laquelle vous devez savoir quelle huile essentielle utiliser pour garder l’épiderme de votre peau ferme et jeune.

Dans certains cas, vous aurez à faire des mélanges d’huiles essentielles et d’huiles végétales pour obtenir de meilleurs résultats. Par exemple, utilisez l’huile essentielle millefeuille, celle de la carotte et l’huile essentielle immortelle avec les huiles végétales d’abricot, d’onagre, de jojoba, de carotte, de bourrache et de germes. Utilisez les huiles essentielles à 1ml et les huiles végétales à 15 ml. Mélangez le tout dans un bol et appliquez sur tout le corps matin et soir. Vous aurez une peau de bébé en seulement quelques jours d’utilisation.

Quelques huiles essentielles pour être en bonne santé

Les problèmes de santé, il n’en manque pas lorsqu’on vieillit. Fort heureusement, il existe des huiles essentielles permettant de rester en pleine forme comme un jeune lion. Pour soulager les douleurs articulaires et les rhumatismes chez les personnes âgées, vous pouvez diluer les huiles de genévrier, de lavande, de lemongrass, d’eucalyptus citronné ou de gingembre. Massez les parties où vous ressentez les douleurs avec ces huiles diluées.

En plus, utilisez les huiles d’origan vert, de thym, de camomille ou de romarin pour réaliser un bain. Vous allez éliminer considérablement les douleurs dans votre corps. Souffrez-vous de sinusite ou de rhume, diffusez quelques gouttes d’huiles essentielles de bois de rose, de lavande, de marjolaine à coquille ou d’eucalyptus dans l’air. Certaines de ces huiles peuvent irriter la peau, et donc elles doivent être diluées avant utilisation.

Pour les angines il est possible d’utiliser à l’interne, l’huile d’arbre à thé, de thym à linalol ou de cannelle de Ceylan pour vous soulager. Vous pouvez aussi diffuser dans l’air, l’huile de lavande d’aspic fine ou d’abrial, de pin sylvestre ou de menthe poivrée. Si vous souffrez de bronchite, n’hésitez pas à diffuser dans l’air ambiant quelques gouttes d’huiles essentielles de bois de rose, de citron, de lavande, etc. En cas de fièvre ou de grippe, pensez à utiliser l’huile essentielle de citronnelle ou de sarriette des montagnes pour baisser la température. Contre la grippe, les huiles de cannelle de Ceylan, d’eucalyptus, d’arbre à thé et bien d’autres sont de bonnes solutions.

Certaines huiles peuvent aussi aider à soulager le stress chez les seniors. Par exemple, la diffusion de quelques gouttes d’huile de cèdre de l’Atlas, du basilic et de lavande fine peut permettre de réguler la pression du senior. Que ce soit en inhalation sèche ou dans un bain, l’huile de basilic, de camomille romaine et de lavande aspic permettent de régler les troubles de l’humeur et de réduire le stress chez le senior.

Pour régler les troubles de digestion, il suffit tout simplement de prendre en usage interne l’huile de basilic, de bergamote, de citron et de menthe poivrée. En plus, l’huile de basilic, de gingembre ou de pamplemousse diluée dans une huile végétale permet d’obtenir de bons résultats.

Notez bien que les troubles de sommeil peuvent être aussi réglés par l’utilisation d’huiles essentielles de lavande, de camomille ou de mandarine en interne.

Adapter son domicile au grand âge

Si la question de l’adaptation de son logement au grand âge se pose, il est important de savoir comment le faire. Avec l’âge, les besoins de mobilité et de confort changent, ce qui implique de faire quelques travaux de rénovation. Ainsi, pour des raisons sécuritaires, de confort et de bien-être, il est important d’effectuer des travaux d’adaptation de son logement pour y vivre. Comment ça se passe ?

Pourquoi adapter sa maison au grand âge ?

Avec l’âge tout change dans la vie d’une personne. La vision diminue, la vigueur s’estompe petit à petit, certaines fois, il est impossible de se déplacer tout seul, etc. Face à tous ces changements, le mode et l’environnement de vie doivent aussi subir des modifications.

Selon certaines études récentes, plus de 10000 personnes âgées seraient décédées suite à une chute dans leurs logements. Plus de 450000 seniors de plus de 65 ans font l’objet de chutes chaque année, ce qui amène certains dans des urgences. Les conséquences psychologiques et physiques ne sont pas à compter.

Votre sécurité est importante lorsque vous prenez de l’âge. Vous n’avez plus les mêmes réflexes, ainsi que votre énergie de jeunesse. C’est effrayant, oui ! Mais la vie est faite de saisons. Pour vivre en toute sécurité et augmenter votre capacité à vivre longtemps, des aménagements de votre domicile doivent être faits.

Par exemple, dans le logement, il faut plus d’éclairage pour faciliter les mouvements, il faut désencombrer l’espace et le rendre plus aéré, etc. L’aménagement du domicile au grand âge est réalisé pour garantir  la sécurité, le confort et le bien-être de la personne âgée.

Comment faire l’aménagement ?

L’aménagement n’est pas une chose à prendre à la légère. Il ne s’agit pas de travaux de rénovation habituels. La première chose à faire est de considérer tout ce qui a changé. Tout le monde n’a pas les mêmes besoins dans la vieillesse. Par exemple, si votre vision a baissé, ou si vous n’arrivez pas à marcher convenablement, veuillez le noter. Cela vous permettra de savoir par où commencer.

Avant de se lancer dans la réalisation de grands travaux, certaines choses peuvent être changées. Commencez par mieux ranger les choses. Il faut plus d’espace dans le logement pour faciliter la mobilité. Les affaires et articles doivent être bien rangés. Préférez les étagères et les meubles qui ne sont pas trop en hauteur. Cela vous permettra de ne pas trop vous baisser, mais aussi de ne pas aller les chercher en hauteur.

En outre, pensez à changer la fonctionnalité des pièces. Si vous avez votre bureau au rez-de chaussée et que votre chambre se trouve à l’étage, c’est le moment de faire l’inverse. Pensez à faire de votre bureau, la chambre pour dormir. Cela vous permettra de faire moins d’effort, et même de travailler depuis votre chambre. Les fils et câbles électriques doivent être bien rangés afin d’éviter tout risque à l’électrocution et préserver la santé de tous ceux qui vivent dans le logement.

Maintenant, il faut penser aux grands travaux. Certaines pièces ont besoin d’un peu plus d’aménagement. Tout de même, il faut que les travaux soient effectués par priorité. Posez-vous la question : quelles sont les pièces que vous utilisez généralement ? Selon certains experts, la salle de bain, la cuisine et le salon sont les pièces les plus utilisées dans la maison.

Commencez par aménager la salle de bain. Supprimez la baignoire et faites installer une douche. En plus, n’hésitez pas à opter pour une barre d’appui dans la pièce et un tabouret pour vous asseoir. Concernant le salon par exemple, optez pour un style minimaliste. Il sera peut-être nécessaire de supprimer les tapis et moquettes et utiliser les revêtements antidérapants.

Pour votre chambre à coucher et les couloirs par exemple, débarrassez-vous des meubles que vous n’utilisez pas souvent. Par exemple, enlevez les pots de fleurs, les objets qui peuvent obstruer le passage à tout moment de la journée.

L’utilisation des luminaires est importante pour éclairer au maximum la pièce. Au grand âge, la vision diminue progressivement. C’est la raison pour laquelle il est important d’utiliser différents types de luminaires additionnels. Par exemple, mettez des appliques, des lampadaires pour mieux éclairer les pièces.

Quelles sont les aides financières disponibles pour l’aménagement de logement au grand âge ?

Il existe différentes aides pour aménager son logement. En fonction de celle que vous aurez choisie, il peut y avoir des conditions à respecter. Vous pouvez solliciter la CARSAT pour bénéficier de l’aide à l’habitat. Il y a aussi l’APA, l’ANAH, les aides fiscales et bien d’autres.

Pour ceux qui ne bénéficient pas de l’APA, ils peuvent opter pour l’Aide à l’habitat et le kit prévention.

Toutes ces aides vous permettent de réduire les dépenses destinées à l’aménagement de votre domicile. Profitez de ces aides financières pour vivre vos derniers jours dans le bonheur.

 Installer un monte-escalier : mode d’emploi

Les seniors sont fragiles, mais ils ont besoin de se déplacer d’un étage à un autre en toute sécurité. Son installation ne peut être réalisée que par un professionnel et doit être fait en tenant compte des besoins du senior. Il existe plusieurs types de monte-escaliers sur le marché parmi lesquels vous pouvez choisir le modèle à installer. Quel modèle choisir pour installer afin de limiter les risques d’accidents et de chutes dans les escaliers à la maison ?

Les types de monte-escalier qui existent

Tout d’abord, il est important de noter que tous les appareils ne sont pas adaptés à tous les moteurs ou appareils de monte-escaliers. C’est la raison pour laquelle il faut bien choisir celui à installer chez soi.

–          La chaise élévatrice : c’est le type d’appareil qui sied à toutes les maisons. Il permet d’aller d’un étage à l’autre en toute sécurité et il est facile à installer.

–          Le monte-escalier droit : c’est le modèle le plus vulgarisé sur le marché. Il est installé sur un escalier droit ayant un rampant de marches. La montée vers l’étage se fait en ligne droite. Pour l’installer, la largeur de l’escalier doit être d’au moins 65 cm.

–          Le monte-escalier en colimaçon : c’est un type d’appareil qui est installé sur les escaliers en colimaçon. Ces derniers sont fréquents dans les maisons contemporaines de nos jours. Ce monte-escalier est doté de rails cintrés en continu pour suivre la spirale lors de la montée vers l’étage.

–          Le monte-escalier tournant : c’est le type de monte-escalier le plus vendu en France. Dans la plupart des maisons françaises, les escaliers sont orientés et ont de nombreux pans avec des paliers. Grâce à cet appareil, il est facile de monter et de descendre les escaliers en toute sécurité. Cet appareil peut monter les virages sans grandes difficultés.

–          Le monte-escalier debout ou encore la plateforme monte-escalier : il s’agit d’un type d’ascenseur pour escalier. Il est adapté pour les seniors en chaises roulantes. C’est un dispositif solide permettant l’accès aux étages en toute sécurité. Cependant, son installation est compliquée.

–          Le monte-escalier pour extérieur : c’est un modèle conçu pour résister aux rayons UV, à la pluie, au gel et à toutes les intempéries. Il permet au senior d’aller dans son jardin ou sur le balcon, etc.  

Comment choisir le monte-escalier à installer chez soi ?

Le choix d’un monte-escalier tient compte de plusieurs critères. Le premier élément à considérer est la sécurité. C’est la raison pour laquelle, quel que soit le modèle choisi, la ceinture de sécurité sur le siège élévateur et le coupe-circuit sont indispensables. Ensuite, les fonctionnalités de l’appareil sont un véritable indicateur de choix. Les modèles électriques sont les plus prisés parce qu’ils sont dotés d’un système à rails fixés sur les marches permettant la mobilité de l’élévateur.

Comment se fait l’installation d’un monte-escalier ?

L’installation d’un monte-escalier est réalisée par un professionnel. Même si les travaux ont l’air simple, ils sont complexes et nécessitent assez de temps pour que le travail soit bien fait. La première étape de l’installation consiste à demander un devis aux professionnels. Le devis vous informe sur le type de monte-escalier adapté à votre maison, les normes sécuritaires à prendre en compte, la durée des travaux, le coût total de l’installation, etc.

Ensuite, il y a l’étape de fabrication du monte-escalier sur mesure pour votre logement. Dès que la fabrication est terminée, le professionnel arrive chez vous pour les travaux d’installation. Le spécialiste arrive avec tous les équipements nécessaires pour les travaux d’installation. Il commence par poser les rails. C’est une étape de suivre les règles de sécurité de manière stricte. La vérification des rails est réalisée après la pose pour s’assurer qu’il est stable et que son acheminement suit la ligne de l’escalier.

Le fauteuil est posé, ajusté et fixé sur le rail. L’expert se charge de vérifier que le fauteuil est bien installé après l’avoir bien vissé. La vérification des points d’arrêt et des options de vitesse est ensuite faite. L’expert va alors utiliser le monte-escalier lui-même pour apprécier son fonctionnement.

L’installation ne se résume pas à ces travaux précités. Le spécialiste effectue aussi les services de maintenance et de conseil aux seniors. Notez bien que le professionnel choisi doit répondre à certaines obligations. Entre autres, l’appareil doit être équipé d’un interrupteur de verrouillage, le monte-escalier doit être doté d’une fonctionnalité lui permettant de s’arrêter lorsqu’il détecte un dysfonctionnement.

Les aides financières relatives à l’installation d’un monte-escalier

Les monte-escaliers sont onéreux et tout le monde ne peut pas se l’offrir. Fort heureusement, il existe des subventions et aides financières permettant de les acquérir. Parmi eux, on peut citer :

–          les aides des assurances

–          les aides des caisses de retraite,

–          les aides de l’ANAH,

–          la CAF (Caisse d’Allocation Familiale),

–          les aides fiscales

–          les aides d’assistance à la mobilité

Que faire en cas de perte d’audition ?

La perte auditive est un problème de santé courant chez les personnes âgées. Cette situation est due à de nombreux facteurs. Entre autres, on peut citer les traumatismes, les mauvaises habitudes de santé et la prise de médicaments. Selon certaines statistiques, plus de 5 millions de français souffrent de ce problème. Les seniors représentent une grande partie de ce nombre. Que faire en cas de perte d’audition lorsqu’on est une personne âgée ?

Quels sont les causes et symptômes de la perte auditive chez un senior ?

Avant de parler de traitement de perte auditive, il est important de parler des causes et symptômes de la maladie. La perte auditive est très présente chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Elle se manifeste par une réduction de la perception des sons. A ce jour, il n’existe pas de solutions pour guérir complètement les problèmes auditifs. Cependant, certaines méthodes et techniques permettent d’améliorer considérablement d’audition chez le senior.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la baisse des perceptions de l’audition chez la personne âgée. En effet, l’oreille est constituée de cellules fragiles. Avec le vieillissement, ces cellules peuvent avoir des lésions et être dysfonctionnelles. On parle alors de presbyacousie ou surdité naturelle. La surdité chez le senior peut provenir des effets secondaires de certains produits pharmaceutiques.

En effet, certaines maladies peuvent être à l’origine de la surdité chez le senior. Par exemple, l’oreillon, la méningite et la maladie Ménière peuvent causer des troubles auditifs chez le senior. En plus, une exposition de l’oreille à des bruits trop forts peut être la cause des troubles de l’audition chez le senior.

Les différents traitements en cas de perte d’audition

Même s’il n’existe pas encore des solutions permettant de guérir complètement les troubles de l’audition, celles existantes permettent de les améliorer. De nombreuses solutions sont proposées aux patients.

Les appareils auditifs

Ce sont des dispositifs permettant d’améliorer la perception des sons. Ils existent en différentes formes sur le marché. Les besoins du patient permettront de déterminer le type à choisir.

–          Les contours d’oreille : ils sont recommandés aux patients souffrant d’une perte de l’audition sévère. Ils sont très prisés parce qu’ils sont pratiques et proposent des solutions durables.

–          Les intra-auriculaires : ce sont des appareils sur mesure et très discrets. Ils sont souvent introduits dans le conduit auditif du patient. La conception de la coque se fait par moulage en tenant compte de la forme de l’oreille du patient.

–          Les mini-contours : ce sont des alternatives aux deux premières solutions. On distingue les mini-contours open et ceux à écouteur.

La chirurgie

Il existe différents types de chirurgies réalisées sur les patients en fonction des problèmes auditifs dont ils souffrent. Par exemple, il y a les implants cochléaires qui sont des stimulations électriques des nerfs auditifs. Elle est réalisée uniquement chez les personnes sourdes. Ensuite, il y a la stapédectomie qui consiste à poser une prothèse au niveau de l’étrier de l’oreille. Dans certains cas, les spécialistes peuvent aussi implanter des aérateurs tympaniques dans les oreilles.

Ce sont des appareils dont le rôle consiste à fluidifier les trompes d’Eustache. Il y a aussi par exemple la tympanoplastie qui consiste à réparer un tympan abîmé au bloc opératoire. L’opération est réalisée par voie rétro-auriculaire ou par voie du conduit.  

Avant de choisir l’une ou l’autre de ces méthodes pour aider le senior à améliorer ses performances auditives, une consultation s’impose. Lors de la consultation, le spécialiste prendra le temps de déterminer la cause de la maladie et son stade d’évolution afin de trouver la solution adaptée.

Comment limiter les pertes d’audition en tant que senior ?

Bien plus que de traiter la maladie, il est possible de l’éviter ou même de réduire ses effets en adoptant une bonne hygiène de vie. Quelques conseils sont nécessaires pour que cela devienne une réalité.

Premièrement, la personne âgée doit limiter la prise de médicaments à l’excès. En effet, ces derniers contiennent des substances nocives et toxiques pour les oreilles. Ensuite, vous devez nettoyer vos oreilles avec précaution. La présence du cérumen en trop grande quantité dans l’oreille peut être nuisible. Cependant, il permet de lutter contre les agressions externes dans l’oreille. C’est la raison pour laquelle il faut nettoyer l’oreille avec précaution afin de ne pas abîmer le tympan.

Une bonne alimentation permet aussi d’optimiser les performances auditives. Les vitamines D, E, C et A sont importantes pour la santé de l’oreille. Alors que la vitamine D assure la protection osseuse de l’oreille, les autres vitamines et le magnésium protègent les oreilles lorsqu’elles sont exposées aux bruits. Ensuite, une exposition aux bruits n’est pas bénéfique pour la santé des oreilles du sénior.

Il est aussi conseillé de faire appel à un professionnel dans les délais de rigueur lorsque vous commencez par ressentir de l’inconfort au niveau des oreilles. Lorsque la prise en charge est faite le plus tôt possible, les oreilles sont mieux préservées.

Tout savoir sur le viager

Si vous êtes senior, vous avez la possibilité de multiplier vos revenus sans céder vos biens à vos héritiers. On parle de viager, c’est-à-dire la cession de votre propriété à un tiers qui doit verser une somme précise comme avance et une garantie à vie. Le viager concerne principalement les personnes âgées. Il a des avantages et des inconvénients. Bien plus, il existe des méthodes pour le calculer. Que savoir du viager et de tout ce qui le concerne ?

Le viager : qu’est-ce que c’est ?

Le viager est une vente d’un bien immobilier à un tiers en échange d’une rentre viagère. Cette dernière est périodique et peut être annuelle, trimestrielle ou mensuelle. C’est un type de vente permettant au senior d’obtenir des compléments de revenus sans transmettre le bien à ses héritiers. Dans le viager, le vendeur est appelé crédirentier auquel le tiers verse une garantie à vie et une avance sur le paiement du bien. La rente viagère est perçue par le vendeur jusqu’à sa mort lorsqu’il s’agit d’un viager sur une tête. Pour les viagers sur plusieurs têtes, le tiers verse la rente jusqu’au décès de la dernière personne vivante. Il existe trois types de viagers :

–          Le viager libre : dans ce cas, le vendeur ne vit plus dans le logement. Le tiers acheteur possède le bien immédiatement.

–          Le viager occupé : dans ce cas, le vendeur habite le bien immobilier jusqu’à sa mort. Le viager occupé représente alors 95% des transactions

–          Le viager loué : l’acheteur perçoit les loyers, ce qui lui assure un allégement d’une partie ou de la totalité de la rente.

Il faut noter que la vente viagère tient compte du principe d’aléa. En effet, au moment de la vente, ni l’acquéreur, ni le vendeur ne connaissent le prix de vente du bien immobilier. Ce prix ne sera déterminé qu’à la mort du vendeur. Ainsi, une vente dans laquelle l’aléa est absent peut être annulée.

Quels sont les avantages du viager ?

Les avantages peuvent être séparés en deux catégories : ceux du vendeur et ceux de l’acquéreur.

Les avantages pour le vendeur encore appelé le crédirentier :

–          La possibilité de vivre dans le bien jusqu’à sa mort

–          La réception de la rente viagère qui peut être considérée comme un complément de revenu et/ou un bouquet (la partie du prix de vente versée à la signature du contrat de vente).

–          En cas d’usufruit, le vendeur peut louer son propre bien

–          Dans certains cas, le crédirentier ne paie plus les taxes foncières, ni les travaux de réparation à la charge de l’acquéreur. Tout de même, cela doit être négocié entre les deux parties.

Les avantages pour l’acquéreur ou le débirentier

–          Possibilité de bénéficier d’une décote sur la valeur vénale du bien en fonction de la durée de vie du vendeur

–          L’acquéreur a la possibilité de revendre le bien qu’il a acheté

–          Il n’est pas tenu de payer les charges courantes du logement pour la simple raison que le vendeur y vit encore. C’est lui qui se charge de régler toutes les charges en fonction du contrat signé

–          Il n’est pas nécessaire d’obtenir un prêt bancaire pour le paiement de la rente viagère

Les inconvénients et pièges à éviter du viager

Le viager présente des risques pour le vendeur et pour l’acheteur.

Les inconvénients pour le vendeur :

–          Il n’a pas la possibilité de louer son bien

–          Il doit payer la taxe d’habitation et les différentes charges du logement

–          Dans le cadre d’un viager familial, il peut être considéré comme une donation déguisée inscrite dans le Code civil

–          Il existe aussi le risque de présomption de propriété. Dans ce cas, le vendeur qui vend le viager à son héritier doit se réserver le droit d’usufruit

Les inconvénients pour l’acheteur :

–          Le principal inconvénient est le principe de l’aléa. Cela veut dire que le véritable prix de vente ne peut être déterminé qu’à la mort du vendeur

–          Il est souvent celui en charge des gros travaux et de la taxe foncière selon l’article 606 du Code civil

–          Si l’acheteur décède, les rentes doivent être versées par ses héritiers jusqu’à leur décès. Cependant il existe des moyens pour contrer cela

–          Le débirentier ne peut pas jouir du bien tant que le crédirentier ne décède pas.

Calcul et annulation du viager

Le calcul du viager tient compte de plusieurs paramètres qui sont fixés dans l’acte de vente. il tient compte :

–          De la valeur foncière du bien

–          Du versement d’un bouquet

–          Du statut du viager vendu

–          De l’âge du vendeur.

Il est possible d’annuler la vente d’un viager sous certaines conditions. Entre autres, on peut citer le non-consentement du conjoint du crédirentier, le décès prématuré du vendeur, le défaut de paiement de la rente viagère, la vente à un prix dérisoire et la suspicion de donation déguisée à un héritier. 

Aménager son logement pour un maintien à domicile le plus longtemps possible

Vous avancez en âge et vous refusez catégoriquement de finir vos jours dans une maison de retraite ou dans un centre de santé ? Eh bien, il est possible de rester chez vous. Tout de même, vous devez aménager les pièces afin qu’elles soient plus sécurisées et adaptées à votre nouveau style de vie. Il existe de nombreuses méthodes à utiliser pour s’assurer que le logement est bien aménagé. En outre, certaines aides financières sont possibles lorsque vous vous lancez dans ce processus. Que savoir du maintien à domicile ?

Pourquoi devriez-vous adapter votre domicile pour un maintien à domicile ?

L’aménagement de logement pour maintien à domicile est une forme de rénovation. Il s’agit d’équiper convenablement la maison pour répondre aux nouveaux besoins de la personne âgée. Avec l’âge, la sécurité devient une question importante lorsqu’il s’agit de mobilité. Alors, quelles que soient vos conditions de santé, l’aménagement du logement permettra d’y vivre dans de meilleures conditions. Toutes les informations et conseils relatifs à ces travaux peuvent être trouvés dans un CICAT (centre d’information et de conseil en aides techniques).

L’aménagement d’un logement pour maintien à domicile est un moyen de sécuriser la vie du senior dans sa maison. Elle permet aussi d’équiper toutes les pièces du logement afin d’assurer un confort indéniable. Par exemple, il s’agira d’installer des modules et systèmes d’éclairage adaptés pour éviter les risques de chutes du senior.

Pour la réalisation des travaux, il faut faire un inventaire sur les besoins de la personne âgée et prendre connaissance de son état de santé. En outre, il faut savoir s’il vivra seul dans la maison ou s’il bénéficiera des services d’assistance à domicile.

Quand faire les aménagements ?

Selon les experts, le meilleur moment pour faire les aménagements est le plus tôt possible. Dans votre jeune âge, lorsque vous êtes en pleine forme, vous n’avez pas besoin de faire ces genres de travaux. Cependant, vous savez qu’il viendra un temps où vous allez vous déplacer lentement et que vous devriez faire attention à vos mouvements, faits et gestes.

Pour cela, préparez votre vieillesse et engagez les travaux sur le long terme. Cela vous permettra de faire moins de dépenses en un seul coup. Anticiper l’aménagement pour maintien à domicile permet de réaliser soi-même les travaux avec l’aide de ses proches si nécessaire.

Comment réaliser les aménagements pour le maintien à domicile ?

Les travaux d’aménagement n’ont pas à être complexes. En fonction des besoins de la personne âgée et de sa condition physique, plusieurs types de travaux peuvent être envisagés. Quelques travaux simples peuvent être effectués. Pensez premièrement à adapter l’éclairage du logement aux besoins du senior. Cela veut dire, ajouter plus de lampes, mettre des interrupteurs dans le couloir, opter pour un système d’éclairage automatique s’il le faut. En plus, éliminez les tapis et moquettes.

Préférez les revêtements antidérapants, favorisant la mobilité du senior dans le logement. Rangez ou fixez les fils et câbles électriques dans la maison afin d’éviter tout risque d’électrocution. La fonction des pièces peut aussi changer. Cela veut dire que votre bureau du rez-de-chaussée peut se transformer en chambre par exemple. Cela permet d’éviter de monter les escaliers et de trébucher.

Les grands travaux sont aussi possibles. Seulement, il faut les faire par priorité. Certains experts vous recommandent de commencer par la salle de bain. Par exemple, supprimez la baignoire et faites installer une douche à l’italienne, un fauteuil et une rampe. Pensez aussi à optimiser l’espace et à supprimer tous les obstacles qui pourraient faire chuter le senior en perte d’autonomie.

Ensuite, l’habitat doit être plus fonctionnel en évitant les rangements en hauteur. La modernisation et la motorisation des équipements du logement sont des points importants sur lesquels il faut mettre de l’emphase.

Existe-t-il des aides financières pour l’aménagement de son logement pour le maintien à domicile ?

Les propriétaires seniors souhaitant rester chez eux en réalisant des travaux d’aménagement peuvent bénéficier de certaines aides. Les locataires seniors ont aussi droit à ces aides. De nombreuses organisations proposent des aides financières aux seniors qui sont dans ce cas. Les conditions et montants octroyés dépendent d’une organisation à une autre.

Il y a les aides de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat). Pour en bénéficier consultez le référent de l’ANAH de votre territoire qui vous parlera de toutes les conditions nécessaires pour être éligible à cette aide.

Certaines collectivités territoriales proposent des aides financières, des subventions et des prêts. Adressez-vous à un point de rénovation service afin d’obtenir toutes les informations dans ce cas. Contactez une ADIL ou consultez sur le site de l’ANIL.

Il existe aussi les aides de l’APA et de la PCH qui sont respectivement APA (allocation personnalisée d’autonomie) et PCH (prestation de compensation du handicap). Il y a aussi l’aide d’Action Logement, les aides fiscales et les aides des caisses de retraites.

Faire une visio avec ses enfants : mode d’emploi

La communication par vidéo est une nécessité de nos jours. Dans les lieux de travail, dans les maisons, dans les écoles, partout dans les villes et pays, elle est très utilisée. De plus, les seniors l’utilisent pour communiquer avec leurs enfants partout où ils se trouvent dans le monde. Faire une visio avec ses enfants et proches est un moyen idéal de rester connectés de la meilleure manière. Comment ça se passe et quelles sont les applications propices pour effectuer ce type d’appel ?

1-      Skype

L’application Skype fait partie des logiciels les plus utilisés pour rester en communication avec ses proches. Son avantage est qu’elle peut être téléchargée sur la plupart des terminaux. Que ce soit sur smartphone Android ou iOS ou sur ordinateur portable, vous pouvez la télécharger gratuitement. Il existe tout de même certaines de ses fonctionnalités qui sont payantes. Elle jouit d’une bonne interface ergonomique et simple à utiliser. Skype peut être téléchargée en seulement quelques clics. Il est possible de l’utiliser avec un numéro de téléphone local pour recevoir des appels. Un autre paramètre important de Skype est qu’il est possible d’obtenir des sous-titres afin de comprendre les mots utilisés par les personnes impliquées dans la communication.

2-      WhatsApp

WhatsApp est une application mobile qui peut être aussi installée sur le PC. Elle peut être utilisée sur tous les terminaux mobiles (iOS et Android). Avec ce logiciel, vous avez la possibilité de communiquer avec vos enfants par appel vidéo. Le nombre total autorisé est de 8 personnes en appel vidéo sur l’application. Avec vos données mobiles ou celles du Wifi, vous pouvez utiliser l’application. L’une des nouvelles fonctionnalités, c’est que vous pouvez utiliser l’application sur le PC et celle sur le téléphone de manière autonome.

3-      Zoom

Zoom est une application pour les conférences et facile à utiliser. Avec elle, vous pouvez communiquer avec vos enfants en toute aisance. La version gratuite de ce logiciel vous permet de discuter avec vos enfants en appel vidéo pendant 40 minutes. Avec la version payante, vous pouvez rester longtemps sur l’application le temps que vous voulez. Avec zoom, vous avez la possibilité de partager votre écran avec les fichiers et documents à montrer à vos enfants. De l’autre côté, vos enfants aussi peuvent partager leurs fichiers et documents avec vous. Il suffit tout simplement de télécharger cette application et d’appeler vos enfants.

4-      Google Hangouts et Google Duo

Il s’agit de deux applications différentes que vous pouvez utiliser avec ou sans téléchargement du logiciel. Si vous avez un compte Gmail et que vos enfants aussi l’ont. Il suffit tout simplement de lancer l’appel vidéo depuis votre compte et vous pouvez communiquer directement avec eux. En plus, il est possible d’utiliser Google Duo directement depuis le navigateur Chrome si vous utilisez un ordinateur portable. Vous pouvez aussi télécharger ces deux applications sur votre téléphone Android ou iOS pour bénéficier de leurs avantages.

5-      Appel vidéo Facebook

Depuis votre compte Facebook, vous pouvez effectuer des appels vidéo et communiquer facilement avec vos enfants facilement. Par exemple, sur PC, vous pouvez effectuer ces appels si vous utilisez les navigateurs comme Microsoft Edge, Google Chrome et Opera mini. Sur téléphone, il est possible de télécharger l’application « Messenger ». Une fois dans le logiciel, appelez tout simplement vos enfants et passez de bons moments avec eux. Il est aussi possible de faire des appels vidéo sur Instagram. Notez bien que Meta est l’entreprise qui détient toutes ces applications. De nos jours, il est aussi possible d’enregistrer les appels sur Facebook.

6-      Facetime

Il s’agit d’une application de visioconférence créée par la marque Apple et qui est disponible sur tous les appareils fonctionnant sur iOS. L’application fonctionne aussi sur les ordinateurs fonctionnant sous Mac à partir d’OS X 10.6.4. Aujourd’hui, il est aussi possible de télécharger et d’utiliser cette application sur Android. Si vous et vos enfants utilisez des appareils de la marque Apple, alors cette application est pour vous. Faites des Facetime et jouissez de vos moments de famille ensemble.

7-      Tango

C’est l’un des logiciels pour appel vidéo les plus connus dans le monde. Avec ses plus de 200 millions d’utilisateurs, Tango représente une meilleure option pour les communications en famille. Peu importe l’endroit où vous et vos enfants se trouvent, il suffit de se connecter à internet pour discuter. Que ce soit sur PC ou sur mobile, téléchargez tout simplement le logiciel et profitez de vos moments ensemble.

8-      Viber

Viber est un logiciel permettant de faire des appels vidéo sécurisés et gratuits sur mobile et sur ordinateur portable. Il faut noter que c’est une plateforme de réseau social comme Facebook et les autres. Une fois que vous et vos enfants êtes inscrits dessus, la communication devient facile et aisée. Essayez et vous ne serez pas déçu.

Il existe d’autres plateformes sur lesquelles vous pouvez appeler vos enfants et communiquer avec eux en toute facilité.         

Se faire vacciner contre la grippe : mode d’emploi

La grippe est une maladie contagieuse qui peut être grave chez les personnes âgées et fragiles. Chaque année, la grippe touche entre 2 à 6 millions de personnes en France et est responsable d’hospitalisations et même des cas de décès. Selon certaines études, les seniors de plus de 65 ans sont plus vulnérables à la maladie et doivent recevoir au moins un vaccin chaque année contre le virus de la grippe. Que savoir de cette maladie et comment se protéger d’elle ?

La grippe : définition, causes et symptômes

La grippe, encore appelée influenza, est une maladie infectieuse et virale. Elle est contagieuse et est causée par des virus à ARN. En fonction des virus, on peut avoir le virus de la grippe A, celui de la grippe B, celui de la grippe C et celui de la grippe D. C’est une maladie qui touche les oiseaux et certains mammifères.

La grippe est présente chez les êtres humains et touche les personnes dont le système immunitaire est plus vulnérable. Elle est saisonnière et est présente le plus souvent, dans la saison d’automne et de l’hiver. L’état grippal n’est présent que quelques jours avant de disparaître. Chez les personnes les plus vulnérables, elle peut conduire à l’hospitalisation et dans des cas extrêmes, au décès.

La grippe est une maladie qui attaque les poumons, la gorge et le nez. Elle peut être contractée par les enfants, les personnes âgées, les personnes souffrant d’une maladie chronique, les femmes enceintes et bien d’autres. Ceux qui font le plus la maladie, sont les personnes dont le système immunitaire est déjà affaibli.

Les symptômes de cette maladie combinent un groupe de signes non spécifiques, qui se manifestent différemment d’une personne à une autre. Entre autres, on peut citer la fièvre (39°C), la toux, l’anorexie, les myalgies, les douleurs musculaires, la congestion, les maux de tête chroniques, la fatigue, l’écoulement nasal, les vomissements et diarrhées, etc.

Pourquoi la grippe est-elle plus sévère chez les personnes âgées ?

Selon le ministère français de la Santé publique, la grippe touche environ 2,5 millions de personnes chaque année. Ces dernières guérissent le plus souvent entre une et deux semaines. Seulement, chez la personne âgée, le schéma est différent. Selon certaines analyses, les cas de grippes sont plus fréquents chez les enfants et les personnes âgées. Les cas les plus compliqués sont remarqués chez les personnes âgées.

Les personnes âgées ont un système immunitaire déjà affaibli par des maladies comme le diabète, les problèmes cardiaques, les problèmes de respiration, etc. Ainsi, lorsque le virus de la grippe attaque leurs organismes, ces personnes âgées sont encore plus affaiblies. Par conséquent, il leur arrive d’avoir des complications et même de décéder.

Comment se protéger de la grippe en tant que sénior ?

La vaccination reste le moyen le plus efficace contre la grippe. Mais en réalité, le taux de vaccination des seniors est très faible en France. Pour prévenir la maladie et éviter un taux de mortalité élevé chez les seniors, il est important de les vacciner contre le virus, au moins une fois par an.

Il existe quelques méthodes très simples pour se protéger contre la grippe pendant la saison de la grippe. Entre autres, lavez-vous les mains régulièrement et essuyez-les avec une serviette à usage unique de préférence. La propreté des mains protège contre de nombreuses maladies. Il est aussi possible d’utiliser les gels de main.

En outre, évitez de toucher régulièrement la bouche, les yeux et le nez. Ce sont des portes d’entrée de virus dans l’organisme. Il est aussi conseillé de limiter les contacts avec les personnes qui ont la maladie et surtout de ne pas se déplacer lorsqu’on ressent les symptômes de la maladie.

Comme on le dit souvent, prévenir vaut mieux que guérir. C’est la raison pour laquelle une bonne hygiène de vie vous permet d’éviter de succomber à la maladie en tant que senior.

Quels sont les traitements grippaux pour les personnes âgées ?

Le traitement de la grippe est dirigé vers les symptômes. C’est la raison pour laquelle, ce sont des solutions médicamenteuses qui sont utilisées premièrement. Il est important de noter que les antibiotiques ne sont utilisés qu’en cas d’infection extrême par une bactérie.

Il existe des solutions utilisées dans les maisons de retraite, les centres de santé et dans les domiciles des personnes âgées. Par exemple, des systèmes de purification des pièces à l’ozone, les rayons UVC et les LED. Ce sont des systèmes qui éliminent tous les virus et les substances allergènes dans l’air.

D’autres modèles de purificateurs d’air sont aussi utilisés dans les pièces dans lesquelles vivent les personnes âgées. Le traitement de la grippe est beaucoup plus préventif chez la personne âgée. Tout de même, en fonction de la personne, des traitements adéquats peuvent être proposés pour réduire les risques de la maladie ou la guérir complètement. 

Validation de trimestres de retraite : mode d’emploi

La validation de trimestre est un terme très utilisé, mais pas bien compris. Le système de retraite en France utilise le trimestre retraite pour permettre aux fonctionnaires de bénéficier des pensions retraite à taux plein. De nombreux critères sont importants et nécessaires pour la validation d’un trimestre de retraite. Quels sont ces paramètres ? Comment sont calculés les trimestres de retraite ?

Qu’est-ce qu’un trimestre de retraite ?

Le trimestre de retraite est tout d’abord, une unité choisie par le système de retraite en France pour calculer la retraite de base. La validation d’un nombre défini de trimestres est donc nécessaire pour recevoir les pensions de retraite à taux plein. Il existe deux types de trimestres de retraite dont les trimestres assimilés et les trimestres cotisés.

On parle de trimestre cotisé lorsque votre employeur a versé les cotisations de son employé à la caisse de retraite. Ainsi, les activités déclarées permettent de comptabiliser les trimestres cotisés en tenant compte des versements de cotisations à la caisse de retraite complémentaire ou à la caisse de retraite de base. Les cotisations sont calculées sur la base de l’activité exercée.

Par contre, lorsqu’on parle de trimestre assimilé, on parle d’un trimestre non cotisé, mais qui a été validé. En d’autres termes, les périodes non travaillées, les temps de chômage, les congés professionnels ou parentaux, les congés maladie et d’accidents de travail sont dits assimilés. Pour effectuer le calcul du nombre de trimestres pour atteindre une retraite à taux plein, ces derniers sont pris en compte. Il est important de noter qu’un titulaire de pension d’invalidité peut valider un trimestre assimilé pour chaque trimestre civil de perception de sa pension d’invalidité.

Quand considère-t-on un trimestre comme validé ?

En dépit de ce que bon nombre de personnes pourraient penser, ce n’est pas le nombre d’heures travaillées qui détermine la validation d’un trimestre retraite. En réalité, la validation tient compte uniquement des revenus perçus sur une certaine période. Par conséquent, si vos revenus perçus sont plus élevés sur la période donnée, vous validez plus rapidement votre trimestre retraite. Cependant, veuillez noter qu’il n’est pas possible de valider plus de 4 trimestres l’année, même si vos revenus sont élevés. Ils feront l’objet du seuil défini par le PASS (Plafond de la Sécurité Sociale).

Pour valider un trimestre de retraite, l’individu doit percevoir dans l’année, un salaire soumis aux cotisations. Ce dernier doit être 150 fois le Smic horaire brut. Chaque année, ce montant est en pleine évolution en fonction de la revalorisation du Smic. Par exemple, le Smic était de 10,48€  en 2021, tandis qu’il est passé à 10,57€ en 2022. En somme, il faut avoir gagné au moins 1585,5€ (150 x 10,57€) en 2022 pour valider un trimestre de retraite.

La validation des trimestres supplémentaires en 2022 se font sur la base sur la base de montants perçus :

–          3171€ pour la validation de 2 trimestres

–          4756,5€ pour la validation de 3 trimestres

–          6342€ pour la validation de 4 trimestres

Comment se fait la validation d’un trimestre ?

Tout d’abord, il est important de noter que si vous êtes salarié, votre trimestre est automatiquement validé dès que votre salaire atteint le minimum d’heures soumises aux cotisations vieillesse. Il faut donc :

–          150 heures pour valider un trimestre

–          300 heures pour valider deux trimestres

–          450 heures pour valider trois trimestres

–          600 heures pour valider quatre trimestres.

Il faut noter que le nombre de trimestres pour partir à la retraite à taux plein varie d’une personne à une autre en fonction de plusieurs éléments. Il existe aussi la possibilité de valider les trimestres de retraite assimilés. En réalité, il est possible de comptabiliser certaines de vos heures d’interruption de travail pour optimiser votre nombre d’heures de trimestres. On peut citer par exemple, les allocations de chômage, les périodes de perception d’indemnités, etc. Entre autres, le service militaire donne droit à des trimestres de la même manière que certaines périodes de chômage indemnisé.

Que savoir sur le chômage et la validation de trimestre de retraite ?

Il est possible que les périodes de chômage soient assimilées aux trimestres de retraite. Cela se fait sous le régime général de la Sécurité sociale, et ce dans la limite de 4 trimestres par an. Il faut noter que chaque période contient 50 jours de chômage et est assimilée à un trimestre d’assurance de retraite.

Tout de même, lorsque vous arrêtez d’être indemnisé, la première période de votre chômage est prise en compte. Qu’elle soit continue ou non, elle est considérée dans la limite d’un an et demi, c’est-à-dire 6 trimestres. En outre, chaque période de chômage non indemnisée qui suit une période de chômage indemnisée est prise en compte dans la limite d’un an. Il faut aussi noter que cette limite peut atteindre 5 ans sous certaines conditions

L’imposition chez les retraités : tout savoir

La pension de retraite jouit d’une fiscalité particulière. Alors que les retraités s’acquittent d’un impôt sur le revenu similaire à leurs actifs, il est important de noter que les prélèvements sociaux ont connu des baisses. Il existe plusieurs réglementations concernant l’imposition chez les retraités qu’il est important de connaître. Zoom sur l’imposition chez les retraités.

L’imposition de la pension retraite

La pension de retraite est une rémunération versée aux retraités, leur permettant de vivre décemment et de les remercier pour plusieurs années de travail. C’est en d’autres termes, un revenu versé aux anciens actifs qui ont cotisé tout le long de leur carrière professionnelle. La pension de retraite est un revenu soumis à l’impôt et elle est donc imposable lorsqu’elle dépasse un certain seuil.

En réalité, il est important de savoir que le taux d’imposition est le même pour les revenus professionnels et pour les pensions de retraite. Par contre, le plafond d’abattement ainsi que les prélèvements sociaux ne sont pas les mêmes. Ainsi, les pensions de retraite perçues sous le régime de base, le régime complémentaire et d’un régime spécial sont imposables sur le revenu.

Il existe des avantages octroyés aux pensionnés, mais qui sont imposables. Entre autres, on peut citer les allocations éducation, les rentes viagères issues d’un PER, les majorations de charge familiale et autres.

Comment se fait l’imposition sur les pensions de retraite ?

Tout d’abord, il est important d’établir que les pensions de retraite et les revenus actifs sont soumis au même taux d’imposition. En plus, le taux d’abattement de 10% qui est appliqué automatiquement par le fisc est le même pour les deux types de revenus. Par contre, les seuils de l’abattement et le montant de déduction minimum ne sont pas les mêmes.  

En effet, l’assurance retraite transmet chaque année, le montant de votre retraite de base imposable au fisc. Ce montant se trouve sur votre déclaration préremplie de revenus. Néanmoins, certaines allocations, rentes, pensions et majorations ne sont pas imposables. On peut citer entre autres :

–          l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa)

–          la retraite du combattant

–          les allocation du minimum vieillesse

–          les rentes pour maladie professionnelle

–          les prestations sociales de logement, d’invalidité, de handicap, de famille, etc

–          les pensions de retraite dont le montant est inférieur à 289,90€ par mois pour une personne seule. En plus, il y a exonération si les revenus annuels pour une seule personne sont inférieurs à 10418,40€ et si les revenus pour un couple inférieurs à 16174,59€.

En plus, il est important de noter que le prélèvement à la source concerne les pensions de retraite et les rentes des régimes de retraite supplémentaire. Le PERCO n’en fait pas partie. Si vous êtes imposable, l’Administration fiscale communique un taux d’imposition à votre Assurance retraite. Lorsque vous faites la déclaration de vos impôts en ligne, vous recevrez ce taux. Il peut être aussi trouvé sur votre avis d’imposition.

Si vous n’êtes pas imposable, il n’y aura pas de prélèvements effectués sur vos revenus. Pour obtenir des informations supplémentaires, contactez l’administration fiscale qui sera à votre écoute et à votre disposition.

Quels sont les prélèvements sociaux sur les pensions de retraite ?

Les pensions de retraite acquittent la Contribution sociale généralisée (CSG). En outre, les taux et plafonds du RFR (Revenu Fiscal de Référence) appliqués en 2022 ont été harmonisés. En 2022, le RFR est revalorisé à 0,2%.

En outre, la CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale), la Casa (Contribution de solidarité pour l’autonomie) et la CSG (Contribution Sociale Généralisée) s’appliquent aux pensions de retraite. Il existe quatre taux de CSG au total :

–          l’exonération

–          le taux réduit à 3,8%

–          le taux médian à 6,6%

–          le taux normal à 8,3%

Le taux de la CSG qui sera prélevé sur votre pension est déterminé en tenant compte de votre RFR (Revenu Fiscal de Référence) qui est mentionné sur la première page de la feuille d’imposition et du nombre de parts de votre foyer. Le revenu fiscal peut être majoré si le foyer a des personnes à charge et en tenant compte de la situation de ces dernières. La majoration peut être faite de quarts ou de demi-parts.

Somme toute, il est important de noter que le passage du taux Zéro ou de l’exonération au taux médian n’est appliqué que sur le revenu fiscal si celui-ci a dépassé le plafond correspondant sur deux années consécutives. Dans les calculs, si le revenu fiscal permet d’appliquer l’exonération, l’effet est automatique, il n’y a plus besoin de faire un examen des revenus de l’année précédente.

Il faut aussi savoir que le taux zéro de la CSG implique celle de la Casa à 0,3%, de la CRDS à 0,5%. Par contre, le taux réduit (3,8%) de la CSG implique une exonération de la CASA.

Faire une donation à ses proches : guide pratique

La donation est un acte par lequel une personne transmet la propriété d’une partie ou de la totalité de ses biens à une autre, de son vivant. En tant que senior, c’est l’un des moyens par lequel vous vous assurez que tous vos biens sont entre de bonnes mains. La donation est un acte irréversible et donc un acte très sérieux. C’est la raison pour laquelle vous devez connaître tous ses contours avant de le faire. Que savoir sur la donation et les types de donations qui existent ?

La donation : définition, clauses et obligations

La donation est la transmission d’un de ses biens ou leur totalité à une ou plusieurs personnes de son vivant. Celui qui donne ses biens est appelé donateur et celui qui reçoit le don est appelé donataire. La donation peut porter sur différents types de biens, qu’ils soient mobiliers ou immobiliers. Par exemple, vous pouvez décider de donner un immeuble, des bijoux, des meubles, etc.

Vous pouvez faire des dons à vos enfants, à votre partenaire de vie, aux membres de votre famille, à une église, à une organisation caritative, à une association, etc. Parce que c’est un acte définitif, il est important de prendre en considération tous les contours avant de faire un don.

Afin de préserver vos biens et de sécuriser vos dons, il existe une large gamme d’obligations et de clauses que vous pouvez mettre à la charge de votre donataire. Par exemple, il y a les clauses d’attribution, de donation hors part successorale, d’assistance, avec réserve d’usufruit, de retour conventionnel, etc. C’est pour cette raison que vous devez consulter un professionnel pour vous accompagner dans cette opération.

Zoom sur les différents types de donation

Pour sécuriser votre transmission et vous assurer que vos mains seront entre de bonnes mains, il existe des types de donations que vous pouvez explorer.

–          La donation simple : c’est l’une des opérations les plus simples qui existent en termes de donation. Elle consiste au fait que le donateur transmet une partie ou la totalité de son patrimoine à une ou plusieurs personnes de son vivant. Cette action est irrévocable et peut concerner l’argent, les bijoux, les meubles, les biens immobiliers, etc. La donation simple doit être rédigée par un notaire. Elle est considérée comme une avance sur la part d’héritage qui est un droit de votre bénéficiaire. Ainsi, tous les biens faisant l’objet de donation simple doivent être pris en compte lors de votre succession. Ainsi, elle permettra de calculer la valeur du montant qui revient à chacun de vos héritiers.

–          La donation au dernier vivant ou la donation entre époux : il s’agit d’une donation qui ressemble beaucoup à un testament parce qu’elle prend effet seulement à votre décès. Sa particularité, c’est qu’elle est révocable sauf dans le cadre d’une donation par contrat de mariage. C’est un contrat qui permet de vous protéger mutuellement et il augmente la part légale à laquelle votre conjoint pourra prétendre sur votre succession. En outre, cette donation permet de protéger votre conjoint après votre mort, et lui permet d’avoir droit à ce qui vous appartient.

–          La donation-partage : c’est un type de transmission qui est établi par acte notarié. La donation-partage permet de partager vos biens de manière équitable entre tous vos héritiers de votre vivant. Elle permet d’assurer la paix dans votre famille après votre mort, surtout d’éviter les conflits relatifs à l’héritage. Entre autres, elle permet à tous les bénéficiaires de recevoir la part du patrimoine qui leur revient de votre vivant. En plus, elle est simple et accessible, ce qui vous permet d’accorder des biens à plusieurs générations au sein de votre famille. En plus, avec la donation-partage, il est possible de réintégrer les donations simples antérieures. Avec la donation-partage, la valeur des biens est fixée au moment de la donation et non au jour du décès du donateur.

–          La donation manuelle : le don manuel permet à une personne de transmettre une partie ou la totalité de ses biens à une ou plusieurs personnes de son choix. Par exemple, un senior peut décider de céder un de ses appartements à un de ses filleuls ou donner ses meubles à un de ses amis, etc. Le don manuel permet de donner toutes sortes de biens tels que les obligations, les véhicules, les actions, l’argent, etc. Pour ce type de donation, vous n’avez pas besoin de consulter un notaire pour assurer l’opération. Vous n’avez pas non plus besoin de faire une déclaration au fisc. Cependant, lorsque la valeur de cette donation est importante, il vaut mieux passer par les services d’un professionnel. En outre, en faisant une déclaration de la donation manuelle, vous pourrez profiter de certains abattements.

Il existe différentes solutions relatives aux donations. En fonction de ce que vous voulez, choisissez la meilleure méthode. En plus, n’hésitez pas à consulter un professionnel qui saura mieux vous diriger et vous conseiller. 

Droits de succession : mode d’emploi

L’impôt sur les successions ou encore appelé droits de succession est un prélèvement effectué sur la transmission d’un patrimoine d’une personne physique à une autre après sa mort. En effet, après la personne d’une personne, son patrimoine est transmis à ses héritiers et/ou légataires. Ce sont ces derniers qui paient les droits de succession sur les six mois après la mort du défunt. Que savoir des droits de succession ? Qui les payent et comment ça se passe ?

Qu’appelle-t-on les droits de succession ?

Lorsqu’une personne décède, ses biens sont transmis à ses héritiers et à ses légataires. Au moment de la transmission, un inventaire est réalisé sur le patrimoine du défunt. C’est le notaire qui est chargé de suivre l’opération de la transmission des biens. Il faut  retenir que toute transmission de patrimoine doit être signalée à l’administration fiscale car elle est imposable.

Dans ce cas, il s’agit d’un impôt indirect qui est versé au fisc et qu’on appelle les droits de succession. Le patrimoine pris en compte pour estimer l’impôt sur les successions prend en compte les meubles, les portefeuilles de titres, les immeubles, les comptes d’épargne et bancaires qui appartenaient au défunt.

Il est important de savoir que la famille n’est pas dans l’obligation de passer par un notaire pour la gestion des droits de succession. Cependant, lorsque le patrimoine est assez important et que la famille jouit d’un statut particulier, le recours à un professionnel est conseillé.

Pour la petite histoire, les droits de succession sont nés dans la période de la Révolution française et ont évolué avec le temps. Ils permettent aux citoyens les plus nantis en patrimoine de contribuer en fonction de leurs biens, aux finances de l’Etat.

Qui doit payer les droits de succession ?

Toutes les personnes mentionnées dans le testament d’une personne morte, c’est-à-dire les héritiers et légataires doivent payer les droits de succession. Cependant, un légataire ou un héritier peut refuser la succession. Dans ce cas, il n’est pas soumis aux droits de succession et donc, n’est pas tenu de payer les frais qui en découlent.

Ensuite, il est important de mentionner que l’époux (se) du défunt ou son partenaire pacsé n’est pas soumis aux droits de succession. Dans une certaine mesure et sous certaines conditions, les frères et sœurs du défunt qui vivaient encore sous son toit ne sont pas soumis à ces droits.

Après le décès d’une personne, la déclaration de succession doit être soumise au fisc dans un délai de 6 mois en France métropolitaine et de 12 mois si le décès est survenu à l’étranger. Si le montant brut des biens du défunt est inférieur à 50000 euros, la déclaration n’est pas nécessaire, surtout s’il n’y a pas eu de donation avant la mort de la personne.

Comment se font les calculs des droits de succession ?

Le calcul des droits de succession peut être complexe. Pour le faire, il est important d’estimer en premier la valeur du patrimoine du défunt. Ensuite, il faut déterminer le lien de parenté ou la lignée des héritiers et des légataires. Pour effectuer ce calcul, le professionnel détermine d’abord l’actif net taxable. Il s’agit de la valeur totale des biens du défunt, à laquelle on retranche ses dettes en cours.

Après cela, l’administration fiscale calcule la part de succession de chaque héritier et légataire en considérant un classement par ordre de priorité selon la loi ou selon les désirs du testateur. Les différentes donations effectuées avant le décès de la personne sont aussi considérées dans les calculs.

Lors des calculs, les parts de succession peuvent bénéficier d’un abattement en fonction de l’administration fiscale. Par exemple, si la succession est faite des parents aux enfants, il peut y avoir un abattement fiscal de 100.000 euros. D’un autre côté, une personne handicapée peut aussi avoir un abattement spécial de 159.325 euros. C’est dans cette optique que la part de chaque héritier ou légataire peut être différente l’une de l’autre.

Le montant des droits de succession est calculé en tenant compte de la valeur des biens considérés lors de la succession. Entre autres, les pourcentages appliqués pour les héritiers directs sont de 5% sur les droits de succession si la totalité du patrimoine n’excède pas 8072 euros. Les pourcentages sont de 45% lorsque la valeur des biens est supérieure à 1805677 euros.

Il est possible que l’administration fiscale accorde des rabais sur les droits de succession en considérant le nombre d’enfants à charge du légataire ou de l’héritier. Lorsque l’héritier est mutilé de guerre ou est dans une condition déplorable reconnue par la loi, des rabattements sont aussi réalisés en sa faveur.

Au moment de la déclaration de la succession, les héritiers et légataires doivent payer leurs droits. La déclaration doit être faite 6 mois après le décès en France métropolitaine et 12 mois après si le décès est survenu à l’étranger. Il est possible d’obtenir des délais de paiement en différé ou de manière fractionnée. 

Organiser un enterrement

Quand survient le décès d’un de vos proches, surtout d’un senior, la douleur et le manque frappent toute la famille. Tout de même, cette période difficile doit être dépassée pour organiser ses obsèques. Il existe de nombreuses étapes à respecter lorsqu’il s’agit d’un enterrement d’une personne. Zoom sur toutes ces étapes concernant l’enterrement.

Démarches administratives avant l’enterrement : certificat, déclaration et acte de décès

Après la mort d’un senior, il existe des démarches administratives qui doivent être faites avant l’organisation de l’enterrement. En premier, il s’agira d’établir le certificat médical de décès. Si le décès est survenu à domicile, ce sont les membres de la famille ou les proches qui doivent effectuer cette démarche. Si la personne est morte dans une maison de retraite ou à l’hôpital ou dans un centre de santé, c’est le médecin qui se charge de notifier la mort.  Dans les deux cas, un service de pompe funèbre ou un conseiller funéraire peut effectuer cette démarche. Après un décès, la déclaration doit être faite par un médecin dans les 24 heures qui suivent, ce qui permet de délivrer le « certificat de décès ».

Ensuite, une « déclaration de décès » est effectuée au niveau de la mairie, ce qui servira à enfin réaliser un « acte de décès ». Si par exemple, le décès est survenu sur la voie publique, le certificat de décès est établi par un médecin commis par les autorités compétentes. Elles peuvent être de la police, de la mairie ou de la gendarmerie. Si la mort survient à l’étranger, le décès doit être déclaré au niveau des autorités locales de l’état civil du pays. Ensuite, la déclaration devra être réalisée auprès du consulat français.

Transfert et hébergement du corps : que savoir ?

Avant l’enterrement proprement dit, le corps du défunt doit être transféré ou hébergé dans l’endroit indiqué pour cela. Si le décès a lieu dans une maison de retraite, un hôpital ou une clinique, le corps peut être hébergé gratuitement dans une chambre mortuaire sur trois jours. Si le décès a lieu au domicile du senior, le corps peut y séjourner ou être emmené dans une chambre funéraire. Il existe des frais à payer pour la chambre funéraire qui sont situés entre 280 et 380 euros pour les trois jours ou peut-être plus.

En cas de transfert du corps, il faut obtenir une autorisation du maire obligatoirement. Pour le déplacement du corps avant la mise en bière dans une commune autre que celle du décès, la famille du défunt doit obtenir une autorisation auprès du maire de la commune dans laquelle le décès a eu lieu. En outre, il faut une autorisation du maire de la commune où le décès a eu lieu pour la fermeture du cercueil si le transfert a eu lieu après la mise en bière.

Comment trouver la concession pour l’inhumation du défunt ?

Les démarches doivent être confiées à une entreprise de pompes funèbres. L’inhumation est le processus par lequel le corps du défunt est mis à terre ou dans une sépulture. Le plus souvent, l’enterrement se fait dans un cimetière. L’entreprise de pompes funèbres responsable de l’enterrement s’assure de trouver la concession funéraire dans un cimetière de la commune. Il faut savoir que cet espace dans le cimetière doit être payé, avec une précision de la durée de son utilisation et de ses bénéficiaires. Il est aussi possible que le défunt soit inhumé sur un terrain commun, mais sur un emplacement individuel. Dans ce cas, le terrain est fourni pour 5 ans au moins et la sépulture est aménagée pour l’occasion en fonction des besoins de la famille éplorée ou des souhaits du défunt.

Financement et cérémonie lors des obsèques

Les prix peuvent fortement varier en fonction des prestations choisies au niveau des pompes funèbres. Les frais des obsèques sont généralement prélevés sur le compte du défunt. Leur limite est souvent de 5000 euros. Si le défunt n’a pas cette somme sur son compte, ce sont les héritiers qui complètent cela. Il faut aussi prendre en compte les différents contrats d’assurance et d’assurance vie du défunt pour gérer la facture.

La cérémonie est souvent organisée en tenant compte de la volonté du défunt ou de ses proches. Elle peut être aussi bien civile que religieuse, ou en famille, etc. En famille et en collaboration avec le conseiller funéraire, il est possible de choisir les chants, musiques, les hommages, les fleurs, et autres activités à faire en ce jour de l’inhumation.

Lorsque tous les détails concernant la cérémonie sont connus, il convient alors de concevoir des faire-part et de les envoyer aux invités et autres membres de la famille. Il est aussi possible de publier un avis de décès dans la presse.

Un enterrement ne se prépare pas à la hâte. Il existe de nombreux paramètres à prendre en compte. C’est la raison pour laquelle vous devez travailler avec un conseiller funéraire durant tout le processus.

Transmettre son patrimoine à ses enfants

La transmission d’un patrimoine, quel qu’il soit, ne se fait pas hasard. Elle fait l’objet d’une réflexion mûrie en considérant tous les avantages et les inconvénients. Entre les donations de votre vivant ou les legs après votre mort, vous pouvez rencontrer de nombreux problèmes au niveau de la fiscalité tout comme au niveau des conflits entre les bénéficiaires du patrimoine. Voici quelques informations importantes à savoir pour réussir la transmission de son patrimoine.

Transmettre son patrimoine : le plus grand secret à connaître

Lorsque vous pensez à transmettre un patrimoine, il est nécessaire de savoir quand le faire. Il n’existe pas une règle pour déterminer le moment propice pour céder un patrimoine. Cependant, chaque senior doit comprendre qu’il y a avantages et inconvénients liés au moment auquel la transmission du patrimoine est effectuée. Il est donc important de considérer la réserve héréditaire et la quotité disponible. Transmettre son patrimoine trop tôt ou trop tard peut générer des difficultés financières.

C’est dans cette optique que vous avez besoin de consulter un juriste pour vous aider dans le processus de transmission. Cela vous permettra de protéger vos descendants et votre conjoint des aléas de la vie. Dans le processus de transmission, la prudence est un élément important. Elle vous permet d’évaluer toutes les possibilités offertes à vous afin de prendre de bonnes décisions. Les experts pourront vous accompagner en fonction de la situation familiale dans laquelle vous vous trouvez et de votre statut matrimonial.

La transmission de son patrimoine de son vivant en tant que senior

Il existe différents types de transmissions, chacun avec ses règles.

–          Les dons manuels : le don manuel ou la donation manuelle est le fait pour un senior ou toute autre personne de transmettre un bien à une autre de son vivant. Cette transmission est effectuée de main à main et le plus souvent dans le cadre d’un transfert de patrimoine aux enfants. Les donations manuelles sont imposables parce que l’administration fiscale doit être mise au courant de la transaction. Le don n’a pas besoin d’être fait devant le notaire. C’est un type de donation qui n’est pas conseillé lorsque le senior a beaucoup d’enfants et qu’il fait aussi des donations aux personnes tierces, non membres de sa famille.

–          La donation notariée : elle consiste à faire don d’un patrimoine à un membre de sa famille ou à toute autre personne tierce. Elle concerne les biens immobiliers et les biens mobiliers. Entre autres, on peut citer les maisons, les bijoux, les appartements, les voitures, les meubles, etc. Ce type de donation permet d’éviter les conflits entre les bénéficiaires et entre les personnes tierces à qui le patrimoine a été offert. Le notaire chargé de cette opération s’assure que la volonté du senior qui effectue la donation soit respectée.

La transmission de son patrimoine après sa mort : le legs

Le senior peut décider de transmettre une partie ou la totalité de son patrimoine à une ou plusieurs personnes après sa mort. Pour cela, il fait rédiger un testament par le notaire, un document contenant toute sa volonté. Pour léguer son patrimoine après son décès, il existe trois types de legs :

–          Le legs universel : il permet de transmettre la totalité de ses biens à une ou plusieurs personnes à sa mort. Grâce au legs universel, les légataires ou bénéficiaires ont droit à la totalité des biens du défunt hormis la quotité minimale. Ils sont bénéficiaires des biens à la hauteur des quotes-parts égales du patrimoine. Si le testateur a des dettes, ils doivent aussi les payer en fonction de leurs quotes-parts.

–          Le legs à titre universel : ce type de transmission permet au testateur de transmettre une partie ou la totalité de son patrimoine. Dans ce cas, les légataires reçoivent une quote-part du patrimoine ou d’une certaine catégorie de biens. Ceci est effectué sous réserve des droits des héritiers réservataires.

–          Le legs à titre particulier : le legs à titre particulier permet de léguer ses biens à une ou plusieurs personnes, mais de manière bien précise. Par exemple, le senior peut décider que son appartement sera légué à son fils aîné, ses bijoux à sa femme, etc. Dans ce cas, le légataire peut aussi percevoir un bien immobilier, des mobiliers et autres sous réserve des héritiers réservataires. Il est aussi important de noter que le légataire à titre particulier n’est pas dans l’obligation de payer les dettes du défunt.

Somme toute, il est important de noter qu’il existe plusieurs moyens et méthodes concernant la transmission de son patrimoine. Que ce soit de votre vivant ou de votre mort en tant que senior, vous devez consulter des experts pour obtenir de meilleurs conseils. Par exemple, il existe des conditions de transmission et des avantages pour les seniors de moins de 70 ans, ceux de 70 ans et pour ceux de 80 ans. Les experts vous en diront plus dans votre projet de transmission de patrimoines.  

Les problèmes cardiaques chez les seniors

Chaque année, des milliers de personnes meurent à cause des maladies cardiovasculaires. Ces dernières regroupent les troubles et pathologies affectant le cœur et les vaisseaux sanguins. Les troubles cardiaques sont très présents chez les personnes âgées et selon la Fédération de cardiologie, la prévalence de l’insuffisance cardiaque double chez les personnes âgées de 40 à 80 ans chaque 10 ans. Que savoir sur cette maladie chez les seniors ?

Quels sont les problèmes cardiaques les plus connus chez les seniors ?

Il existe une diversité de problèmes cardiaques que rencontrent les personnes âgées. Alors que certains troubles sont héréditaires et que d’autres peuvent être liés à la naissance, d’autres naissent durant le cours de la vie. Moult problèmes cardiaques sont dépistés à ce jour. On peut citer entre autres :

–          L’insuffisance cardiaque : maladie chronique du cœur qui empêche le cœur de pomper le sang de manière efficace comme il le devrait

–          Les cardiopathies coronariennes : ce sont des affections qui touchent les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque

–          Les maladies cérébro-vasculaires : ce sont des maladies qui affectent les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau en sang

–          Les malformations cardiaques congénitales : ce sont des malformations de la structure du cœur déjà présentes à la naissance

–          Les artériopathies périphériques : ce sont des pathologies qui touchent les vaisseaux sanguins qui alimentent les jambes et les bras

–          Les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires : c’est une catégorie de maladies qui obstruent les veines des jambes par un caillot sanguin

–          Les cardiopathies rhumatismales : ce sont des maladies qui affectent les valves cardiaques.

–          Les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus : ce sont des événements aigus qui surviennent lorsqu’une artère empêche le sang de parvenir au cerveau et au cœur

Il existe une multitude de maladies cardiovasculaires dont peut souffrir le senior. Cependant, les AVC et l’infarctus du myocarde sont les problèmes cardiaques les plus connus chez eux. C’est la raison pour laquelle un diagnostic sérieux et complet peut permettre au médecin de déterminer lequel de ces problèmes cardiaques dont souffre le senior et le moyen d’en guérir.

Les facteurs de risques et symptômes des problèmes cardiaques chez les seniors

Chez les seniors, les principaux facteurs de risques des problèmes cardiovasculaires sont : un manque d’activités sportives, l’usage excessif de l’alcool, la prise du tabac, la mauvaise alimentation, etc. Certains facteurs de risques peuvent se traduire chez le senior par une hyperglycémie, l’hypertension, le surpoids. Ce sont des facteurs de risques intermédiaires qui peuvent être traités dans les centres de santé ou de soins. La réduction de la cigarette, la bonne alimentation, la réduction de l’apport du sel dans l’organisme permet de réduire les facteurs de risques de cette maladie létale. De nos jours, il existe aussi des facteurs sous-jacents des problèmes cardiaques. On peut citer les facteurs de l’évolution sociale, les facteurs socioculturels et socioéconomiques, le vieillissement de la population, les traumatismes de vie, la pauvreté, le stress, les facteurs héréditaires, etc.

Comment prévenir et éviter les maladies cardiovasculaires ?

Les maladies ou problèmes cardiaques qui touchent les personnes âgées ont pour facteurs de risque le stress, le taux élevé de cholestérol, le tabagisme ou l’hérédité. Pour les prévenir il faut donc un ensemble de moyens à mettre en œuvre.

Par exemple, lorsqu’un senior cesse de fumer ou de boire de l’alcool ou encore d’améliorer son alimentation, son cœur est plus sain. La réduction du sel dans son alimentation est un élément important dans la réduction des risques des maladies cardiovasculaires parce que le sel augmente la rétention d’eau dans le sang et dans les artères. Il a aussi été démontré que le traitement de l’hypertension artérielle, du diabète et de l’hyperlipidémie par les médicaments permet de réduire les risques d’AVC et des infarctus. De nos jours, ces soins sont abordables et à prix réduits, permettant aux aînés d’en bénéficier grâce aux politiques de santé.

Pour réduire les risques d’AVC et d’infarctus, il est important de prendre soin de son cœur de la bonne manière. Pour cela, les spécialistes proposent aux seniors d’adopter de bonnes habitudes afin de protéger leurs cœurs. Selon certaines recherches, un problème cardiaque peut être réduit de 65% et le risque de mort suite à la maladie de 83% si le senior prend soin de son cœur.

Le senior doit en effet faire des activités physiques. Le sport permet de stimuler l’organisme, de le fortifier, d’éliminer certaines toxines de l’organisme. Aussi, favorise-t-il le bon fonctionnement du cœur, ce qui permet d’éliminer les risques de maladies cardiovasculaires. Cependant, il doit être accompagné par un spécialiste pour réaliser les bons exercices. En outre, le senior doit avoir une bonne alimentation, manger les fruits et les légumes. Il doit boire beaucoup d’eau et éviter les boissons gazeuses. En plus, il doit contrôler le taux de cholestérol dans ses repas. En plus, bien dormir et avoir une bonne hygiène de sommeil permet d’éviter l’hypertension et les fatigues chroniques qui ne sont pas bonnes pour le cœur.