L’ostéopathie pour les personnes âgées

Tout le monde peut subir des contraintes physiques comme les traumatismes, les opérations et les troubles psychologiques le long de sa vie. Même si le corps humain est conçu pour s’adapter aux différents problèmes que nous rencontrons, il arrive que certains mécanismes et fonctions du corps se détériorent avec le temps. L’ostéopathie, qui est une thérapie naturelle permettant d’accompagner les patients tout le long de leurs vies, est recommandée chez les séniors. Que savoir de cette thérapie ? Est-elle efficace chez le senior ?

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une forme de thérapie manuelle qui est adaptée à tous les âges. Elle permet d’accompagner les patients vers un meilleur rétablissement et une santé performante. L’ostéopathie est aussi en réalité, un système de diagnostic et de traitement de plusieurs conditions médicales qui touchent les personnes âgées. Le plus souvent, l’ostéopathie cherche à s’occuper des maladies qui attaquent les personnes âgées à cause de leur âge, au niveau des os et des articulations.

C’est une sorte de traitement non conventionnel qui est pratiquée par certains professionnels de la santé. Elle est pratiquée au niveau de la fonction et de la structure du corps. C’est un traitement qui part du principe que le bien-être d’une personne âgée passe par l’harmonie et l’équilibre de son squelette, de ses tissus conjonctifs, de ses muscles et de ses ligaments.

C’est une véritable aubaine pour les personnes âgées qui ont des problèmes au niveau de leur corps lorsqu’elles vieillissent et qu’elles souffrent de nombreux problèmes au niveau de leurs muscles et squelettes. Ainsi, l’ostéopathe s’assure de restaurer l’équilibre de l’organisme de la personne âgée et lui permet d’éviter les traitements médicamenteux et de passer par des opérations chirurgicales.

L’ostéopathie permet entre autres d’améliorer la mobilité des articulations, d’apaiser les tensions musculaires, d’apporter le soutien aux mécanismes d’autoguérison du corps, d’optimiser l’apport sanguin au niveau des tissus nerveux, etc. Cette pratique passe par le toucher, les massages, les manipulations physiques, etc.

Pourquoi faire recours à l’ostéopathie en tant que sénior ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les personnes âgées doivent consulter l’ostéopathe. Le rôle de ce professionnel est d’éviter à son patient de faire recours aux solutions médicamenteuses. Ainsi, il est un praticien qui s’assure d’apporter l’équilibre à son patient en utilisant ses différentes méthodes.

Le sénior peut consulter l’ostéopathe en cas d’arthrose par exemple. Cette maladie est une dégradation du cartilage et donc une maladie qui cause des dommages dans la vie du senior. L’ostéopathe, même s’il ne pourra pas réparer les articulations atteintes, s’assure de travailler sur la mobilité articulaire du patient. Il travaille aussi sur les tissus articulaires afin de leur rendre la souplesse. Il agit aussi sur le cartilage afin de limiter la douleur.  

Le senior peut consulter un ostéopathe dans le cadre des pathologies hormonales. Lorsque la personne âgée souffre de troubles hormonaux, il utilise les techniques viscérales avec l’intention de lui apporter un soulagement lorsque les effets secondaires de sa maladie vont surgir. Dans la plupart des cas, cette pratique évite au patient d’avoir recours aux solutions médicamenteuses.

Lorsqu’une personne âgée a subi un accident et porte une prothèse au niveau de la hanche ou du genou, elle peut faire recours à un ostéopathe pour l’accompagner. Son action permet d’optimiser le rôle du kinésithérapeute et l’aider le corps à fonctionner dans sa nouvelle posture.

Dans certains cas de traitement contre le cancer, il est possible de faire recours à un ostéopathe. Ce dernier ne guérit pas le cancer, mais aide le patient à assimiler les traitements lourds. Il lui permet aussi de réduire les effets secondaires du cancer.

Ostéopathie chez les séniors : quelques avantages importants

Le traitement grâce à l’ostéopathie fait recours à l’utilisation de plusieurs techniques telles que les mouvements rythmiques des articulations, les étirements des muscles et des tissus conjonctifs, les techniques à haute vitesse.

Les avantages de l’ostéopathie sont multiples. En premier, elle est reconnue pour sa capacité à soulager les patients de leurs troubles et affections du système musculaire et squelettique. Les actions de ce type de traitement permettent de guérir ou de réduire les douleurs chez les personnes âgées ayant des entorses, des problèmes chroniques d’hernies discales, des blessures sportives, des scolioses, des douleurs articulaires, etc.

L’ostéopathie est aussi réputée dans le traitement des maladies comme le syndrome du canal carpien, les troubles musculosquelettiques liés aux postures du travail devant l’ordinateur. Cette thérapie permet aussi de traiter et de soulager les hémorroïdes, les troubles circulatoires, les constipations, la congestion veineuse, les douleurs et dysfonctionnement gynécologiques, la stérilité, etc. Elle permet aussi de soulager les rhinites, les migraines, les vertiges, les états dépressifs, l’anxiété, etc.

Depuis quelques années, l’ostéopathie est utilisée comme traitement préventif de plusieurs maladies. Ainsi, les personnes âgées peuvent prendre rendez-vous auprès d’un ostéopathe pour prévenir les douleurs chroniques de la vieillesse et vivre des jours heureux dans leur vieillesse.

Maladie d’Alzheimer : mode d’emploi pour les proches et la famille

Vivre avec une personne atteinte de l’Alzheimer n’est pas facile. Le quotidien des membres de la famille change. La personne malade peut devenir un poids pour ses proches. Tout de même, la prise en charge médicale n’est pas le seul moyen permettant de guérir de cette maladie qui atteint principalement les personnes âgées. Selon de nombreuses études, la famille a un rôle important à jouer dans le rétablissement du patient. Que savoir sur la maladie d’Alzheimer et le rôle de la famille dans le processus de prise en charge ?

Ce qu’il faut savoir sur la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro dégénérative qui est caractérisée par une perte progressive de la mémoire et des facultés intellectuelles. Elle a des effets négatifs sur la vie de tous les jours du patient. C’est une maladie dont les symptômes évoluent et sont variables d’une personne à une autre.

Les troubles cognitifs et de la mémoire sont les symptômes les plus fréquents. Pour établir le diagnostic, certains éléments doivent être pris en compte. Entre autres, il peut y avoir des troubles du langage (aphasie), la perte de la reconnaissance des objets et des personnes (agnosie). En plus, il peut y avoir des difficultés à effectuer certains gestes (apraxie) ou encore la perte des fonctions exécutives.

La maladie a été découverte en 1906 par le scientifique Aloïs Alzheimer qui lui donna son nom. En effet, la maladie se manifeste par la perte de mémoire. Les neurones situés dans la zone de l’hippocampe sont atteints par le phénomène de dégénérescence. Ensuite, la maladie touche d’autres zones du cerveau, ce qui complique la maladie et ses effets dans la vie du patient.

Les personnes qui souffrent de cette maladie sont beaucoup affectées parce qu’elles deviennent dépendantes. Au début de la maladie, elles peuvent se rappeler de certaines choses, mais lorsque la maladie évolue, les pertes de mémoire sont plus chroniques. Une personne atteinte de cette maladie peut vivre entre 8 et 12 ans. Cependant, elle peut devenir un poids pour ses proches et pour les membres de sa famille.

La famille, un support inconditionnel pour la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer

Le premier niveau de soutien à la personne malade est d’accepter la maladie en tant que membres de la famille. Le plus souvent, bon nombre de proches refusent d’accepter la maladie, ce qui influence leurs comportements envers la personne malade. Il faut dont l’accepter, même lorsque c’est difficile.

Ensuite, la famille doit être solidaire et savoir que ce ne seront pas des moments faciles avec le malade, mais rien n’est assez compliqué lorsqu’il y a l’amour et la solidarité. Une personne atteinte de l’Alzheimer devient dépendante et perd toute son autonomie. En d’autres termes, c’est un proche que vous verrez s’éteindre devant vos yeux. Alors, vous devez être présents en tant que membres de famille.

Dans cette phase de la vie, vous devez montrer à votre proche que vous êtes là pour lui, peu importe la difficulté de la situation. Les personnes malades d’Alzheimer ont des troubles de mémoire, d’humeur et de personnalité. Elles se sentent perdues, elles sont tristes et parfois se sentent seules. Vous leur devez de l’attention et de l’amour. Même si des fois votre proche ne vous reconnaît pas, il est toujours important d’être présent dans sa vie durant cette période.

La famille a donc le devoir de réunir une équipe compétente qui s’occupera de son proche. Le patient ne doit pas rester seul durant cette période de la maladie. Les membres de la famille doivent avoir des tours pour rester avec le patient. Tout de même, il est possible de se faire aider par les professionnels de la santé en contactant les services compétents comme : la PCH, la PDPH, etc.

En outre, il est important de savoir que les aidants en charge de s’occuper d’une personne atteinte d’Alzheimer doivent assurer sa sécurité. En d’autres personnes votre proche peut des fois s’enfuir de la maison, avoir des épisodes qu’il sera difficile de contrôler. Mais avec l’aide des professionnels, vous serez en mesure de le prendre en charge parfaitement.

Un autre point important est que vous devez apprendre à communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer. Pour cela, les aidants peuvent vous accompagner dans ce processus un tant soit peu difficile. Votre capacité à communiquer avec un proche atteint d’Alzheimer lui permettra de savoir que vous êtes là pour lui, même de manière subconsciente.

Avec l’accompagnement des aidants vous pouvez apprendre à communiquer, à transmettre des messages à votre proche et lui éviter l’isolement. Notez bien que l’isolement peut multiplier les effets négatifs de la maladie et accélérer la mort de votre proche.

C’est la raison pour laquelle vous devez vous entourer des professionnels qui vont vous aider à passer par cette étape difficile et à trouver le bon moyen pour être présent dans la vie de votre proche atteint de la maladie.   

Rester en forme après 65 ans

Pour rester en forme après 65 ans, il y a des modifications à faire dans son quotidien. Que ce soit dans son alimentation et dans sa vie de tous les jours, il faut faire certaines modifications. L’activité physique permet de préserver la santé et d’avoir une bonne autonomie. La bonne alimentation permet d’apporter à l’organisme les nutriments dont il a besoin et de rester en bonne santé. Rester en bonne santé se résume à bien manger et bouger. Quelles sont les astuces à adopter pour être en forme après 65 ans ?

Se débarrasser des pensées limitantes : il est possible de rester en forme après 65 ans

La qualité de notre vie est le résultat de la qualité de nos pensées. En réalité, bon nombre de séniors ne pensent pas qu’être en forme est possible après 65 ans. Le premier élément important est de se débarrasser des pensées limitantes et accepter que vous aussi, vous avez la possibilité de rester en forme, quel que soit votre âge.

Si d’autres personnes âgées ont réussi à rester en bonne santé, c’est que vous aussi vous le pouvez. Rester en bonne forme s’apprend, ce n’est pas quelque chose qu’on fait du jour au lendemain. Il faut l’avoir comme objectif et se donner les moyens de l’atteindre.

Si vous voulez rester en pleine forme après 65 ans, vous devez nécessairement prendre des conseils auprès d’un expert en nutrition et d’un coach sportif. Ainsi, en pratiquant les conseils reçus, il ne suffit que de quelques mois pour être en bonne forme et le rester.

Soigner son alimentation

Comme le célèbre médecin Hippocrate l’a dit, l’alimentation est la première médecine. En d’autres termes, une personne qui soigne son alimentation peut rester facilement en bonne santé. Pour rester en pleine forme après 65 ans, il est important de soigner son alimentation. Alors que certains nutriments doivent être ajoutés à son alimentation, d’autres doivent en être supprimés.

La construction musculaire passe par une bonne nutrition. En adoptant de bonnes habitudes nutritionnelles, vous avez la certitude de réduire considérablement les risques de maladies. Vous aurez ainsi l’énergie nécessaire pour faire face à vos activités de tous les jours. Lorsqu’on devient senior, il est primordial de mettre une emphase particulière sur son alimentation et l’adapter à ses besoins.

En premier, vous devez commencer par boire beaucoup d’eau, au moins 1,5 litre par jour. En outre, vous devez manger beaucoup de fruits et légumes chaque jour. Cela permettra à votre organisme de faire le plein de vitamines et de nutriments dont il a besoin pour être en forme. Votre alimentation doit être riche en protéines (viande, œuf, poisson). En tant que senior, vous ne devez pas manquer vos repas pendant la journée. En effet, il est conseillé d’avoir au moins trois repas par jour, et si possible d’avoir un goûter. Vous devez aussi manger aux mêmes heures tous les jours.

Le plus important n’est pas de beaucoup manger, mais d’apporter les éléments nutritionnels importants à son organisme. Une bonne alimentation permet à l’organisme d’avoir de l’énergie et d’être en forme tous les jours.

Bouger et pratiquer des exercices sportifs tous les jours

Si vous voulez maintenir une bonne forme tous les jours, vous ne devez pas rester couché ou assis longtemps pendant la journée. Il est conseillé de faire une marche toutes les deux heures autant que faire se peut. Si vous êtes encore actif après 65 ans, ne restez pas trop longtemps assis dans votre bureau. L’idéal serait de se lever et marcher quelques minutes et vous asseoir de nouveau.

Si vous êtes à la maison, pas besoin nécessairement d’aller dehors. Faites des marches régulières dans votre domicile. Que ce soit au salon, dans le couloir ou dans la maison, marchez d’une pièce à une autre. Assurez-vous de ne pas rester trop longtemps dans une seule position. Cela vous permettra d’exercer vos muscles et de rester en pleine forme.

Les exercices physiques sont indispensables lorsqu’on veut être en pleine forme tous les jours après 65 ans. Il existe les activités de renforcement musculaire qui sont importantes pour maintenir votre masse et force musculaire. Elles vous permettent d’avoir une bonne santé des os et des muscles. Par exemple, lorsque vous jardinez, allez faire vos propres courses, montez et descendez les escaliers tous les jours, vous renforcez vos muscles et les maintenez en pleine forme.

De plus, il existe des exercices physiques permettant d’améliorer votre équilibre. Ceux-ci doivent aussi intégrer votre quotidien. Entre autres, il y a des exercices comme se tenir debout sur une seule jambe, danser, faire du yoga, etc. Pour faire les bons exercices de maintien de vos muscles, vous devez consulter un professionnel ou suivre des tutoriels pour réaliser les exercices chez vous à la maison.

Un autre point très important pour le maintien de sa forme est d’avoir de bonnes habitudes de sommeil. Elles vous permettront de récupérer et d’avoir toujours le plein d’énergie, d’être de bonne humeur tous les jours et de vivre de longs jours heureux.

La nutrition chez les personnes âgées : mode d’emploi

Les besoins nutritionnels chez la personne âgée sont particuliers et doivent répondre à certaines règles. L’alimentation peut être un bon médicament ou une source de maladies pour la personne âgée. C’est la raison pour laquelle, à un âge avancé, il y a certains éléments qui doivent être incorporés dans l’alimentation d’un senior, certains nutriments qui doivent être éliminés. Que savoir sur la nutrition chez les personnes âgées ?

Les particularités de l’alimentation chez une personne âgée

Lors du vieillissement, la nutrition ne peut être dissociée du bon état de santé. En effet, la population des personnes âgées constitue une couche très hétérogène parce que chaque senior a des besoins spécifiques. Vieillir en bonne santé dépend donc des habitudes alimentaires et de la vie. En d’autres termes, il s’agit de prendre en compte les facteurs psychologiques, biologiques et ceux liés à l’environnement.

A partir de 60 ans, le problème des personnes âgées n’est plus celui de l’obésité ou de certaines maladies dites de surcharge. Le plus important pour eux est d’éviter les risques de carences en nutriments et la déshydratation. A l’âge adulte, l’alimentation doit aussi permettre d’éviter et de régler les troubles digestifs.

La dénutrition est le plus grand problème de nutrition rencontré chez les personnes âgées. Il s’agit de la malnutrition  protéino-énergétique qui constitue un risque de santé publique. Les seniors étant différents, leurs besoins en nutriments le sont aussi. C’est la raison pour laquelle il est important de consulter un professionnel de la nutrition afin de déterminer la bonne alimentation d’une personne âgée. Tout de même, il y a certaines règles à observer en général chez tous les séniors.

Manger au moins trois fois par jour

La prise de l’alimentation est un élément important chez la personne âgée. Cette dernière doit prendre au moins trois repas par jour et il est aussi important d’incorporer le goûter à son alimentation. En effet, il ne s’agit pas seulement de manger pour couper la faim, mais de prendre des portions alimentaires qui répondent aux besoins nutritionnels. Ces derniers dépendent de plusieurs facteurs dont l’état de santé actuel du sénior.

Il n’est pas nécessaire de prendre de grandes portions de nourritures, mais de manger des quantités suffisantes de nutriments dans un repas. Par exemple, lorsqu’on a pas assez faim dans la journée, il est préférable de répartir l’apport nutritionnel pendant les prises.

C’est aussi un paramètre à prendre en compte en fonction du senior. Tandis qu’une personne âgée n’aura pas besoin de beaucoup de protéines, une autre en aura besoin en quantité suffisante pour bien vivre.

Supprimez les aliments gras  et riches en sucre

La transformation des aliments riches en graisse et en sucre diminue avec l’âge. Ainsi, un senior doit réduire considérablement l’apport du sucre et de la graisse dans son alimentation. C’est un conseil très important pour les seniors qui pratiquent le sport et qui sont très actifs.

En réalité, les matières grasses doivent être apportées en petite quantité pour permettre à l’organisme de pouvoir les synthétiser et de produire l’énergie. En lieu et place des graisses, le senior devra préférer les légumes cuits à la vapeur ainsi que les viandes rôties. Entre autres, il serait aussi préférable de manger le beurre cru en noix ou sur les tartines dans les assiettes.

Le sucre ne peut pas être complètement banni de l’alimentation. Il doit être consommé avec modération. Il est donc préférable de consommer des aliments contenant les sucres naturels que ceux contenant des sucres ajoutés. Par exemple, un senior qui aime manger le sucre, doit le faire en prenant son repas et éviter de manger le sucre en dehors des repas. Chez les personnes âgées diabétiques par exemple, le type de sucre à consommer est prescrit par les médecins.

Evitez la consommation des stupéfiants et d’une grande quantité de sel

Le sel est une substance qui favorise la rétention d’eau dans les cellules. Le consommer en grande quantité expose la personne âgée à l’hypertension artérielle. En lieu et place du sel, il est préférable d’utiliser les épices et aromates naturels pour rehausser le goût des plats. Les aliments industriels doivent être aussi limités parce qu’ils contiennent beaucoup de sel.

Les personnes âgées ne doivent pas consommer l’alcool et doivent aussi éviter de fumer et de prendre les substances addictives qui sont néfastes pour leur santé.

Que manger en tant que personne âgée ?

Les personnes âgées doivent par contre avoir une alimentation riche en protéines pour conserver le capital musculaire. Ceux-ci doivent être pris au moins une fois par jour. Par exemple, les produits laitiers sont une source considérable de protéines pour les seniors.

L’alimentation d’une personne riche doit être aussi composée de beaucoup de fruits et de légumes tous les jours. A chaque repas, il doit avoir un apport considérable de féculents et de fibres pour favoriser la digestion.

La personne âgée doit boire beaucoup d’eau sur une base régulière et aussi prendre les jus de fruits naturels afin d’apporter les nutriments importants à son organisme. 

Les escarres, mode d’emploi

Lorsqu’elles sont alitées ou immobilisées, les patients peuvent être victimes de nombreuses autres maladies dont les escarres. Ce sont des plaies, souvent profondes, qui aggravent l’état de santé des personnes malades. Il est possible de les éviter, mais aussi de les soigner lorsqu’ils apparaissent. Que savoir sur les escarres, de la manifestation de la maladie à son traitement ?

Les escarres : définition, symptômes et causes

Les escarres sont souvent des rougeurs qui apparaissent chez les personnes alitées ou immobilisées. Ils apparaissent au niveau des zones d’appui telles que les doigts, le dos, les zones fessières, les talons par exemple. Ils désignent aussi la dégénérescence de la peau à cause de la mort localisée des cellules souvent appelée nécrose. Les escarres sont douloureuses et peuvent détériorer l’état de santé de la personne malade.

Lorsque l’appui est prolongé au niveau des zones sensibles, les escarres peuvent se transformer en des plaies souvent profondes. Ils peuvent atteindre les os dans les cas graves et devenir très dangereux pour la santé du patient. Selon quelques statistiques, plus de 250000 personnes seraient touchées par les escarres et plus de 14000 en meurent chaque année. Plus de 22% des personnes âgées hospitalisées en sont touchées et plus de 3% des patients alités en souffrent.

L’une des raisons pour lesquelles les seniors sont touchés par cette maladie est que leur peau est plus fragile. Les personnes ayant des problèmes cardiaques et/ou respiratoires sont encore plus touchées par la maladie. Chez les personnes qui sont dans le coma ou souffrent de paralysie, la maladie peut être encore plus grave.

Quelles sont les étapes d’évolution de la maladie ?

Le premier niveau de l’escarre est l’apparition d’une rougeur au niveau de la zone d’appui ou de pression. Ensuite, cette rougeur devient persistante, même lorsqu’on presse avec le doigt. Avec le temps, la couleur rouge peut être changée en bleu ou en violet. A la deuxième étape, il y a l’apparition des cloques au niveau de la zone d’appui. La couleur de la peau commence par noircir.

Il y a ensuite une troisième étape, celle de la nécrose ou mort des tissus. A ce stade, la peau devient complètement noire. L’escarre en ce moment s’écorche et devient plus grave. Les tissus sous-jacents apparaissent. Certaines fois, les muscles et les os apparaissent aussi.

La quatrième étape est la plus dangereuse parce que les escarres deviennent des plaies profondes qui peuvent atteindre les os et les muscles. Lorsque la maladie atteint cette étape, il est difficile de la soigner. C’est la raison pour laquelle bon nombre de patients en meurent.

Les facteurs de risques des escarres

Les facteurs de risques sont les éléments qui augmentent ou accélèrent le développement ou l’apparition d’une maladie. Dans le cas des escarres, il en existe plusieurs. Le premier est l’immobilisation du patient. Que ce soit dans un lit ou dans un fauteuil, l’immobilisation provoque une pression de la peau, ce qui cause des frottements sur les zones de pression. La rougeur apparaît, et éventuellement, les plaies aussi.

Il existe des lits et fauteuils avec des équipements anti-escarres. Lorsque le patient est immobilisé sur un matériel normal et sans protection, la maladie apparaît plus vite. C’est la raison pour laquelle vous devez exiger les matériels limitant les risques d’escarres. Le manque de changement de position du patient lorsqu’il est immobilisé peut provoquer rapidement l’apparition des escarres.

Les zones d’humidité de la peau sont sensibles et laissent apparaître plus vite les escarres. Un manque d’oxygénation des cellules de la peau au niveau des zones de pression est une cause de l’apparition des escarres. L’absence de soins de rééducation du patient et des soins kinésithérapeutiques sont des sources d’accélération de la maladie.

Quels soins pour les escarres ?

Les escarres font partie de la catégorie des plaies les plus difficiles à traiter dans les milieux médicaux parce que les facteurs de risques ne peuvent pas être évités véritablement. En plus, les médecins risquent l’apparition des infections nosocomiales à germes résistants de l’escarre dans les centres de santé. C’est ce qui rend le traitement de la maladie plus difficile à certains moments.

Le premier niveau de traitement consiste à nettoyer l’escarre ou la plaie avec un sérum physiologique ou de l’eau robinet. Ce dernier a un effet tensioactif et c’est la raison pour laquelle il est conseillé. Les médecins proscrivent l’utilisation de l’eau stérile qui peut augmenter la douleur chez les patients.

L’une des erreurs à faire est d’utiliser les antibiotiques de manière locale. En réalité, ils créent des résistances au niveau des germes qui ne meurent plus. En plus, l’utilisation des antiseptiques doit être réalisée de manière particulière si le cas le permet. Ils sont souvent irritants et toxiques.

Dans le cadre où il y a la plaie, il est préférable de la nettoyer avec un savon doux. Il est préférable de rincer à la douchette afin de ne pas léser les tissus sains de la peau. Le médecin doit s’assurer de sécher les contours de la plaie.

En fonction du stade de l’escarre, le médecin peut proposer un traitement additionnel. Tout de même, il doit être testé sur au moins 5 jours afin de décider de son efficacité ou non. Pour changer le traitement, il doit y avoir une concertation entre les professionnels qui traitent le patient.

L’un des éléments importants à prendre en compte est l’utilisation de l’équipement adapté, c’est-à-dire le lit, le matelas et le coussin adapté au patient. Cet équipement doit être anti-escarre pour optimiser le traitement. 

Seniors toujours en activité : mode d’emploi

Il y a quelques années, les départements des ressources humaines planifient la retraite des personnes âgées à partir de 50 ans. La retraite était ancrée dans les mentalités lorsqu’on atteignait un certain âge. Cependant, les dynamiques et manières de faire ont changé. Il est possible de travailler après 50 ans, d’obtenir un CDD, d’être épanoui professionnellement dans le secteur public et dans le privé. On vous dit tout.

Retraite sous condition et possibilité de cumuler un emploi

D’entrée, il est important de mentionner qu’il est possible pour les séniors retraités du régime général et pour les fonctionnaires d’avoir une activité professionnelle. Même à la retraite, ils ont la possibilité d’avoir d’autres sources de revenus additionnelles aux pensions de retraite. Cependant, ceci est encadré par la loi afin que tout se passe dans les normes.

Comme première condition pour cumuler un travail aux pensions de retraite, il faut cesser son activité dans tous les régimes de retraite. Cependant, certains seniors dans les secteurs comme l’art, la science, la littérature, l’hébergement en milieu rural, les métiers du droit sont exemptés de cette loi.

En outre, pour cumuler un emploi sous retraite, il faut aussi avoir liquidé toutes ses retraites de base et celles complémentaires. Le senior doit aussi avoir atteint l’âge d’obtention de la retraite à taux plein. De l’autre côté, si cet âge n’est pas atteint, il doit avoir l’âge légal de départ à la retraite et avoir validé la durée d’assurance nécessaire pour que la retraite à taux plein soit obtenue.

Si un senior ne remplit pas ces conditions pour bénéficier du cumul intégral des deux formes de ressources, ils ont la possibilité de cumuler sans dépasser un certain seuil de revenus. En d’autres termes, la somme totale des revenus d’un emploi et des pensions de retraite doit être inférieure à la moyenne mensuelle des revenus d’activité acquis sur les trois derniers mois civils ou à 1,6 fois le Smic.

Il est à noter que les seniors qui relèvent du RSI ont aussi la possibilité de cumuler un emploi et de percevoir les pensions de retraite. Ils doivent être dépendants d’un autre régime social dans le cadre où leurs revenus ne dépassent pas un certain seuil ou ils doivent embrasser une activité indépendante.

Chômage et emploi des seniors : que savoir ?

De nos jours, il existe de nombreuses aides pour permettre aux seniors de trouver un emploi. Même ceux qui en ont, n’ont plus à être poussés à la retraite rapidement. Selon certaines statistiques, il y a un grand nombre de seniors au chômage. C’est la raison pour laquelle Pôle emploi a mis en place des dispositions plus favorables pour les demandeurs d’emploi seniors.

Par exemple, la durée d’indemnisation est :

–          de 24 mois vous avez entre 50 et 52 ans

–          de 30 mois si vous avez entre 53 et 54 mois

–          de 36 mois si vous avez entre 55 ans et plus

En outre, les conditions pour recevoir l’allocation chômage sont devenues plus souples pour les personnes à partir de 53 ans. Alors que la période de référence au cours de laquelle vous devez avoir travaillé est de 6 mois, elle est maintenant passée entre 2 et 3 mois.

De plus, si vous avez plus de 50 ans, il est possible de percevoir à tout moment l’Allocation de solidarité (ASS) en lieu et place de l’ARE (Allocation de retour à l’emploi). Même si vos droits à l’ARE existent encore, vous pouvez toujours percevoir l’ASS. Cette situation arrange les seniors dont les droits au chômage sont élevés. Il faut noter que pour les seniors de plus de 61 ans, certaines modalités spécifiques sont proposées.

Saviez-vous qu’il est possible d’obtenir un CDD à partir de 57 ans ? Eh oui, même si vous avez 57 ans, les entreprises peuvent toujours vous courtiser et vous proposer de bons contrats. Cependant, l’une de ces deux conditions doit être respectée :

–          vous devez être au chômage au moins depuis 3 mois

–          vous devez être bénéficiaire d’une CRP (convention de reclassement personnalisé)

La particularité avec les CDD pour seniors, c’est qu’ils peuvent être signés en toutes situations. En effet, les CDD ne sont signés que s’il y a un remplacement d’un salarié absent, un pic d’activité ponctuel ou encore dans certains corps de métiers. Lorsque vous êtes un senior ayant signé un CDD, votre contrat peut durer jusqu’à 3 ans, renouvelable une fois.

Grâce à cette formule, il est plus facile pour un employeur de signer votre contrat s’il a des craintes concernant votre engagement. En signant un CDD en tant que senior, vous avez la possibilité d’amasser des droits et de rester en pleine activité.

De nos jours, être senior n’est plus un désavantage. Les personnes âgées ont beaucoup d’opportunités à exploiter dans le monde professionnel et à cumuler leurs revenus.

Vivre avec un senior en situation de handicap

Les personnes âgées vivant avec un handicap peuvent être exposées à un vieillissement difficile. Entre les risques de ruptures sociales et les problèmes de santé qui peuvent dégénérer, il est important de leur apporter le soutien nécessaire. Il existe différentes solutions pour accompagner et vivre avec un senior en situation de handicap, quel que soit ce handicap. Comment vivre avec un senior en situation de handicap ?

Adoptez de bonnes attitudes pour avoir une bonne cohésion dans le logement

Les personnes âgées ne sont pas nécessairement faciles à vivre. De surcroît, s’ils sont dans une situation de handicap, il est important de s’armer de courage. La première chose à prendre en compte lorsque vous vivez avec un senior en situation de handicap est votre attitude. Le plus souvent, on a tendance à les traiter comme des enfants. Non, ils ne le sont pas. Vous devez les traiter avec respect.

Ensuite, apprenez à être patient et à comprendre les besoins des seniors qui vivent avec un handicap. Tout de même, il est important de savoir que des solutions ont été développées ces dernières années pour accompagner les personnes âgées vieillissantes. Vous pouvez obtenir tous les renseignements auprès de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées).

Sachez que la vie avec une personne vieillissante en situation de handicap peut modifier complètement vos habitudes. Cela nécessite un don de soi et la capacité à s’adapter à tous les défis qui se présentent devant vous.

Faire des aménagements dans le domicile

Le deuxième élément important à considérer lorsqu’on vit avec une personne vieillissante en situation de handicap est la réalisation des aménagements du domicile. Avec le vieillissement, les risques de chutes sont plus nombreux dans les logements. Le plus souvent, cela se produit au moment de la marche, des toilettes, au moment du coucher ou du lever, etc.

Il faut maintenant penser à réaménager les locaux en fonction du handicap du senior. Tout de même, ce qui est commun à tous, c’est la mise en place des monte-escaliers dans les logements. S’il y a des étages, il est important d’installer ces équipements pour faciliter la mobilité.

Ensuite, vous devez penser à éliminer le trop plein d’affaires dans la maison. Même si elle doit être décorée, votre décoration doit être minimaliste avec des couleurs neutres. Évitez un encombrement de meubles dans le logement. Il est aussi préférable d’opter pour les revêtements antidérapants sur le sol dans le domicile.

A moins que le senior ne soit complètement aveugle, il est important de mettre l’emphase sur la mise en place de luminaires dans la maison. Ils permettront de faciliter les déplacements et éviter les chutes et accidents dans le noir.

Vous n’avez pas nécessairement besoin de vous lancer dans de grands travaux. Faites de petits arrangements et assurez-vous que l’espace soit habitable et adapté aux besoins du senior. Vous pouvez demander l’aide des experts.

Les solutions d’accompagnement à domicile pour un senior en situation handicap

Pour vivre avec un senior en situation de handicap en vieillissant, il faut mettre toutes les chances de son côté. C’est la raison pour laquelle vous pouvez explorer les services de soins à domicile qui existent. Ces derniers permettent de répondre à la dépendance des personnes âgées en termes de toilettes, de ménage, d’habillement, etc.

Voici quelques services qui pourraient vous intéresser :

–          Les services d’aide et d’accompagnement à domicile : ils concernent l’aide à la personne comme l’aide au lever, l’aide aux courses, l’aide aux toilettes, l’entretien du logement et bien d’autres. Les aides disponibles pour ces services sont l’APA et la PCH.

–          Les services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) : ce sont des services spécifiques aux personnes âgées vivant avec un handicap. Ils leur permettent d’apprendre à être autonome. Ils accompagnent aussi les seniors pour les actes essentiels de la vie.

–          Les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) : ils proposent une combinaison de soins infirmiers et des aides à domicile

–          Les services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) : ce sont les mêmes services que les SAVS en plus d’un suivi médical et paramédical proposés au senior en situation de handicap. Il faut être reconnu comme handicapé pour bénéficier de cette offre

–          Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) : ce sont des services spécifiques sur prescription médicale. Ils concernent les actes infirmiers et les soins de nursing.

Notez bien que ces services peuvent venir en complément aux proches aidants. Il est important de savoir que vous avez aussi des activités auxquelles vous voudriez vaquer. Pour cela, ces services peuvent prendre le relais, permettant au senior vieillissant en situation de handicap de mieux vivre. Il faut faire le choix en fonction de vos besoins. Certains d’entre eux sont adaptés aux personnes âgées, d’autres aux personnes handicapées et d’autres aux deux groupes de personnes.

Quelles huiles essentielles pour bien vieillir ?

Les bienfaits des huiles essentielles sont connus de tous. Pour les seniors, il s’agit d’un atout considérable pour vieillir dans de bonnes conditions. Les connaître et savoir comment les utiliser permet d’ajouter quelques années à son expérience et de vivre surtout en parfaite santé. Il existe de nombreuses huiles essentielles dans le monde. Quelles sont celles qui sont utiles pour bien vieillir ?

Les huiles essentielles pour un meilleur confort et le bien-être

En vieillissant, le corps peut avoir de nombreux problèmes. C’est la raison pour laquelle les huiles essentielles vous permettent de le maintenir en bonne santé et de jouir d’un meilleur confort.

·         Pour le massage du corps par exemple, utilisez des huiles comme la camomille, la lavande absolue, le bois d’hinoki, l’ylang ylang. Pour bien les utiliser, il est recommandé de les diluer afin d’éviter les brûlures et les irritations de la peau.

·         Pour bénéficier d’un air frais dans le milieu ambiant et vous débarrasser des mauvaises odeurs dans votre pièce, utilisez l’huile essentielle de citron dans un diffuseur. L’huile d’Eucalyptus est aussi un parfait désinfectant. Vous pouvez aussi mettre une à deux gouttes de ces huiles dans un bol rempli d’eau tiède et inhaler directement. Vous allez améliorer votre système immunitaire.

·         Pour bénéficier d’un bon bain pour relaxer le corps et le débarrasser de la fatigue, les huiles essentielles sont vos meilleurs alliés. Par exemple, diluez quelques gouttes d’huiles de mandarine verte, de pamplemousse, d’orange douce ou de petit grain bigarade dans votre eau chaude ou tiède. Les bienfaits sont énormes parce que l’eau chaude ou tiède permet d’ouvrir les pores de l’épiderme.

Les huiles essentielles pour éviter le vieillissement cutané

Lorsqu’on prend de l’âge, les rides apparaissent sur plusieurs parties du corps. Elles peuvent être une source d’inconfort et de faible estime de soi surtout chez les femmes. C’est la raison pour laquelle vous devez savoir quelle huile essentielle utiliser pour garder l’épiderme de votre peau ferme et jeune.

Dans certains cas, vous aurez à faire des mélanges d’huiles essentielles et d’huiles végétales pour obtenir de meilleurs résultats. Par exemple, utilisez l’huile essentielle millefeuille, celle de la carotte et l’huile essentielle immortelle avec les huiles végétales d’abricot, d’onagre, de jojoba, de carotte, de bourrache et de germes. Utilisez les huiles essentielles à 1ml et les huiles végétales à 15 ml. Mélangez le tout dans un bol et appliquez sur tout le corps matin et soir. Vous aurez une peau de bébé en seulement quelques jours d’utilisation.

Quelques huiles essentielles pour être en bonne santé

Les problèmes de santé, il n’en manque pas lorsqu’on vieillit. Fort heureusement, il existe des huiles essentielles permettant de rester en pleine forme comme un jeune lion. Pour soulager les douleurs articulaires et les rhumatismes chez les personnes âgées, vous pouvez diluer les huiles de genévrier, de lavande, de lemongrass, d’eucalyptus citronné ou de gingembre. Massez les parties où vous ressentez les douleurs avec ces huiles diluées.

En plus, utilisez les huiles d’origan vert, de thym, de camomille ou de romarin pour réaliser un bain. Vous allez éliminer considérablement les douleurs dans votre corps. Souffrez-vous de sinusite ou de rhume, diffusez quelques gouttes d’huiles essentielles de bois de rose, de lavande, de marjolaine à coquille ou d’eucalyptus dans l’air. Certaines de ces huiles peuvent irriter la peau, et donc elles doivent être diluées avant utilisation.

Pour les angines il est possible d’utiliser à l’interne, l’huile d’arbre à thé, de thym à linalol ou de cannelle de Ceylan pour vous soulager. Vous pouvez aussi diffuser dans l’air, l’huile de lavande d’aspic fine ou d’abrial, de pin sylvestre ou de menthe poivrée. Si vous souffrez de bronchite, n’hésitez pas à diffuser dans l’air ambiant quelques gouttes d’huiles essentielles de bois de rose, de citron, de lavande, etc. En cas de fièvre ou de grippe, pensez à utiliser l’huile essentielle de citronnelle ou de sarriette des montagnes pour baisser la température. Contre la grippe, les huiles de cannelle de Ceylan, d’eucalyptus, d’arbre à thé et bien d’autres sont de bonnes solutions.

Certaines huiles peuvent aussi aider à soulager le stress chez les seniors. Par exemple, la diffusion de quelques gouttes d’huile de cèdre de l’Atlas, du basilic et de lavande fine peut permettre de réguler la pression du senior. Que ce soit en inhalation sèche ou dans un bain, l’huile de basilic, de camomille romaine et de lavande aspic permettent de régler les troubles de l’humeur et de réduire le stress chez le senior.

Pour régler les troubles de digestion, il suffit tout simplement de prendre en usage interne l’huile de basilic, de bergamote, de citron et de menthe poivrée. En plus, l’huile de basilic, de gingembre ou de pamplemousse diluée dans une huile végétale permet d’obtenir de bons résultats.

Notez bien que les troubles de sommeil peuvent être aussi réglés par l’utilisation d’huiles essentielles de lavande, de camomille ou de mandarine en interne.

Que faire en cas de perte d’audition ?

La perte auditive est un problème de santé courant chez les personnes âgées. Cette situation est due à de nombreux facteurs. Entre autres, on peut citer les traumatismes, les mauvaises habitudes de santé et la prise de médicaments. Selon certaines statistiques, plus de 5 millions de français souffrent de ce problème. Les seniors représentent une grande partie de ce nombre. Que faire en cas de perte d’audition lorsqu’on est une personne âgée ?

Quels sont les causes et symptômes de la perte auditive chez un senior ?

Avant de parler de traitement de perte auditive, il est important de parler des causes et symptômes de la maladie. La perte auditive est très présente chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Elle se manifeste par une réduction de la perception des sons. A ce jour, il n’existe pas de solutions pour guérir complètement les problèmes auditifs. Cependant, certaines méthodes et techniques permettent d’améliorer considérablement d’audition chez le senior.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la baisse des perceptions de l’audition chez la personne âgée. En effet, l’oreille est constituée de cellules fragiles. Avec le vieillissement, ces cellules peuvent avoir des lésions et être dysfonctionnelles. On parle alors de presbyacousie ou surdité naturelle. La surdité chez le senior peut provenir des effets secondaires de certains produits pharmaceutiques.

En effet, certaines maladies peuvent être à l’origine de la surdité chez le senior. Par exemple, l’oreillon, la méningite et la maladie Ménière peuvent causer des troubles auditifs chez le senior. En plus, une exposition de l’oreille à des bruits trop forts peut être la cause des troubles de l’audition chez le senior.

Les différents traitements en cas de perte d’audition

Même s’il n’existe pas encore des solutions permettant de guérir complètement les troubles de l’audition, celles existantes permettent de les améliorer. De nombreuses solutions sont proposées aux patients.

Les appareils auditifs

Ce sont des dispositifs permettant d’améliorer la perception des sons. Ils existent en différentes formes sur le marché. Les besoins du patient permettront de déterminer le type à choisir.

–          Les contours d’oreille : ils sont recommandés aux patients souffrant d’une perte de l’audition sévère. Ils sont très prisés parce qu’ils sont pratiques et proposent des solutions durables.

–          Les intra-auriculaires : ce sont des appareils sur mesure et très discrets. Ils sont souvent introduits dans le conduit auditif du patient. La conception de la coque se fait par moulage en tenant compte de la forme de l’oreille du patient.

–          Les mini-contours : ce sont des alternatives aux deux premières solutions. On distingue les mini-contours open et ceux à écouteur.

La chirurgie

Il existe différents types de chirurgies réalisées sur les patients en fonction des problèmes auditifs dont ils souffrent. Par exemple, il y a les implants cochléaires qui sont des stimulations électriques des nerfs auditifs. Elle est réalisée uniquement chez les personnes sourdes. Ensuite, il y a la stapédectomie qui consiste à poser une prothèse au niveau de l’étrier de l’oreille. Dans certains cas, les spécialistes peuvent aussi implanter des aérateurs tympaniques dans les oreilles.

Ce sont des appareils dont le rôle consiste à fluidifier les trompes d’Eustache. Il y a aussi par exemple la tympanoplastie qui consiste à réparer un tympan abîmé au bloc opératoire. L’opération est réalisée par voie rétro-auriculaire ou par voie du conduit.  

Avant de choisir l’une ou l’autre de ces méthodes pour aider le senior à améliorer ses performances auditives, une consultation s’impose. Lors de la consultation, le spécialiste prendra le temps de déterminer la cause de la maladie et son stade d’évolution afin de trouver la solution adaptée.

Comment limiter les pertes d’audition en tant que senior ?

Bien plus que de traiter la maladie, il est possible de l’éviter ou même de réduire ses effets en adoptant une bonne hygiène de vie. Quelques conseils sont nécessaires pour que cela devienne une réalité.

Premièrement, la personne âgée doit limiter la prise de médicaments à l’excès. En effet, ces derniers contiennent des substances nocives et toxiques pour les oreilles. Ensuite, vous devez nettoyer vos oreilles avec précaution. La présence du cérumen en trop grande quantité dans l’oreille peut être nuisible. Cependant, il permet de lutter contre les agressions externes dans l’oreille. C’est la raison pour laquelle il faut nettoyer l’oreille avec précaution afin de ne pas abîmer le tympan.

Une bonne alimentation permet aussi d’optimiser les performances auditives. Les vitamines D, E, C et A sont importantes pour la santé de l’oreille. Alors que la vitamine D assure la protection osseuse de l’oreille, les autres vitamines et le magnésium protègent les oreilles lorsqu’elles sont exposées aux bruits. Ensuite, une exposition aux bruits n’est pas bénéfique pour la santé des oreilles du sénior.

Il est aussi conseillé de faire appel à un professionnel dans les délais de rigueur lorsque vous commencez par ressentir de l’inconfort au niveau des oreilles. Lorsque la prise en charge est faite le plus tôt possible, les oreilles sont mieux préservées.

Se faire vacciner contre la grippe : mode d’emploi

La grippe est une maladie contagieuse qui peut être grave chez les personnes âgées et fragiles. Chaque année, la grippe touche entre 2 à 6 millions de personnes en France et est responsable d’hospitalisations et même des cas de décès. Selon certaines études, les seniors de plus de 65 ans sont plus vulnérables à la maladie et doivent recevoir au moins un vaccin chaque année contre le virus de la grippe. Que savoir de cette maladie et comment se protéger d’elle ?

La grippe : définition, causes et symptômes

La grippe, encore appelée influenza, est une maladie infectieuse et virale. Elle est contagieuse et est causée par des virus à ARN. En fonction des virus, on peut avoir le virus de la grippe A, celui de la grippe B, celui de la grippe C et celui de la grippe D. C’est une maladie qui touche les oiseaux et certains mammifères.

La grippe est présente chez les êtres humains et touche les personnes dont le système immunitaire est plus vulnérable. Elle est saisonnière et est présente le plus souvent, dans la saison d’automne et de l’hiver. L’état grippal n’est présent que quelques jours avant de disparaître. Chez les personnes les plus vulnérables, elle peut conduire à l’hospitalisation et dans des cas extrêmes, au décès.

La grippe est une maladie qui attaque les poumons, la gorge et le nez. Elle peut être contractée par les enfants, les personnes âgées, les personnes souffrant d’une maladie chronique, les femmes enceintes et bien d’autres. Ceux qui font le plus la maladie, sont les personnes dont le système immunitaire est déjà affaibli.

Les symptômes de cette maladie combinent un groupe de signes non spécifiques, qui se manifestent différemment d’une personne à une autre. Entre autres, on peut citer la fièvre (39°C), la toux, l’anorexie, les myalgies, les douleurs musculaires, la congestion, les maux de tête chroniques, la fatigue, l’écoulement nasal, les vomissements et diarrhées, etc.

Pourquoi la grippe est-elle plus sévère chez les personnes âgées ?

Selon le ministère français de la Santé publique, la grippe touche environ 2,5 millions de personnes chaque année. Ces dernières guérissent le plus souvent entre une et deux semaines. Seulement, chez la personne âgée, le schéma est différent. Selon certaines analyses, les cas de grippes sont plus fréquents chez les enfants et les personnes âgées. Les cas les plus compliqués sont remarqués chez les personnes âgées.

Les personnes âgées ont un système immunitaire déjà affaibli par des maladies comme le diabète, les problèmes cardiaques, les problèmes de respiration, etc. Ainsi, lorsque le virus de la grippe attaque leurs organismes, ces personnes âgées sont encore plus affaiblies. Par conséquent, il leur arrive d’avoir des complications et même de décéder.

Comment se protéger de la grippe en tant que sénior ?

La vaccination reste le moyen le plus efficace contre la grippe. Mais en réalité, le taux de vaccination des seniors est très faible en France. Pour prévenir la maladie et éviter un taux de mortalité élevé chez les seniors, il est important de les vacciner contre le virus, au moins une fois par an.

Il existe quelques méthodes très simples pour se protéger contre la grippe pendant la saison de la grippe. Entre autres, lavez-vous les mains régulièrement et essuyez-les avec une serviette à usage unique de préférence. La propreté des mains protège contre de nombreuses maladies. Il est aussi possible d’utiliser les gels de main.

En outre, évitez de toucher régulièrement la bouche, les yeux et le nez. Ce sont des portes d’entrée de virus dans l’organisme. Il est aussi conseillé de limiter les contacts avec les personnes qui ont la maladie et surtout de ne pas se déplacer lorsqu’on ressent les symptômes de la maladie.

Comme on le dit souvent, prévenir vaut mieux que guérir. C’est la raison pour laquelle une bonne hygiène de vie vous permet d’éviter de succomber à la maladie en tant que senior.

Quels sont les traitements grippaux pour les personnes âgées ?

Le traitement de la grippe est dirigé vers les symptômes. C’est la raison pour laquelle, ce sont des solutions médicamenteuses qui sont utilisées premièrement. Il est important de noter que les antibiotiques ne sont utilisés qu’en cas d’infection extrême par une bactérie.

Il existe des solutions utilisées dans les maisons de retraite, les centres de santé et dans les domiciles des personnes âgées. Par exemple, des systèmes de purification des pièces à l’ozone, les rayons UVC et les LED. Ce sont des systèmes qui éliminent tous les virus et les substances allergènes dans l’air.

D’autres modèles de purificateurs d’air sont aussi utilisés dans les pièces dans lesquelles vivent les personnes âgées. Le traitement de la grippe est beaucoup plus préventif chez la personne âgée. Tout de même, en fonction de la personne, des traitements adéquats peuvent être proposés pour réduire les risques de la maladie ou la guérir complètement. 

Les problèmes cardiaques chez les seniors

Chaque année, des milliers de personnes meurent à cause des maladies cardiovasculaires. Ces dernières regroupent les troubles et pathologies affectant le cœur et les vaisseaux sanguins. Les troubles cardiaques sont très présents chez les personnes âgées et selon la Fédération de cardiologie, la prévalence de l’insuffisance cardiaque double chez les personnes âgées de 40 à 80 ans chaque 10 ans. Que savoir sur cette maladie chez les seniors ?

Quels sont les problèmes cardiaques les plus connus chez les seniors ?

Il existe une diversité de problèmes cardiaques que rencontrent les personnes âgées. Alors que certains troubles sont héréditaires et que d’autres peuvent être liés à la naissance, d’autres naissent durant le cours de la vie. Moult problèmes cardiaques sont dépistés à ce jour. On peut citer entre autres :

–          L’insuffisance cardiaque : maladie chronique du cœur qui empêche le cœur de pomper le sang de manière efficace comme il le devrait

–          Les cardiopathies coronariennes : ce sont des affections qui touchent les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque

–          Les maladies cérébro-vasculaires : ce sont des maladies qui affectent les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau en sang

–          Les malformations cardiaques congénitales : ce sont des malformations de la structure du cœur déjà présentes à la naissance

–          Les artériopathies périphériques : ce sont des pathologies qui touchent les vaisseaux sanguins qui alimentent les jambes et les bras

–          Les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires : c’est une catégorie de maladies qui obstruent les veines des jambes par un caillot sanguin

–          Les cardiopathies rhumatismales : ce sont des maladies qui affectent les valves cardiaques.

–          Les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus : ce sont des événements aigus qui surviennent lorsqu’une artère empêche le sang de parvenir au cerveau et au cœur

Il existe une multitude de maladies cardiovasculaires dont peut souffrir le senior. Cependant, les AVC et l’infarctus du myocarde sont les problèmes cardiaques les plus connus chez eux. C’est la raison pour laquelle un diagnostic sérieux et complet peut permettre au médecin de déterminer lequel de ces problèmes cardiaques dont souffre le senior et le moyen d’en guérir.

Les facteurs de risques et symptômes des problèmes cardiaques chez les seniors

Chez les seniors, les principaux facteurs de risques des problèmes cardiovasculaires sont : un manque d’activités sportives, l’usage excessif de l’alcool, la prise du tabac, la mauvaise alimentation, etc. Certains facteurs de risques peuvent se traduire chez le senior par une hyperglycémie, l’hypertension, le surpoids. Ce sont des facteurs de risques intermédiaires qui peuvent être traités dans les centres de santé ou de soins. La réduction de la cigarette, la bonne alimentation, la réduction de l’apport du sel dans l’organisme permet de réduire les facteurs de risques de cette maladie létale. De nos jours, il existe aussi des facteurs sous-jacents des problèmes cardiaques. On peut citer les facteurs de l’évolution sociale, les facteurs socioculturels et socioéconomiques, le vieillissement de la population, les traumatismes de vie, la pauvreté, le stress, les facteurs héréditaires, etc.

Comment prévenir et éviter les maladies cardiovasculaires ?

Les maladies ou problèmes cardiaques qui touchent les personnes âgées ont pour facteurs de risque le stress, le taux élevé de cholestérol, le tabagisme ou l’hérédité. Pour les prévenir il faut donc un ensemble de moyens à mettre en œuvre.

Par exemple, lorsqu’un senior cesse de fumer ou de boire de l’alcool ou encore d’améliorer son alimentation, son cœur est plus sain. La réduction du sel dans son alimentation est un élément important dans la réduction des risques des maladies cardiovasculaires parce que le sel augmente la rétention d’eau dans le sang et dans les artères. Il a aussi été démontré que le traitement de l’hypertension artérielle, du diabète et de l’hyperlipidémie par les médicaments permet de réduire les risques d’AVC et des infarctus. De nos jours, ces soins sont abordables et à prix réduits, permettant aux aînés d’en bénéficier grâce aux politiques de santé.

Pour réduire les risques d’AVC et d’infarctus, il est important de prendre soin de son cœur de la bonne manière. Pour cela, les spécialistes proposent aux seniors d’adopter de bonnes habitudes afin de protéger leurs cœurs. Selon certaines recherches, un problème cardiaque peut être réduit de 65% et le risque de mort suite à la maladie de 83% si le senior prend soin de son cœur.

Le senior doit en effet faire des activités physiques. Le sport permet de stimuler l’organisme, de le fortifier, d’éliminer certaines toxines de l’organisme. Aussi, favorise-t-il le bon fonctionnement du cœur, ce qui permet d’éliminer les risques de maladies cardiovasculaires. Cependant, il doit être accompagné par un spécialiste pour réaliser les bons exercices. En outre, le senior doit avoir une bonne alimentation, manger les fruits et les légumes. Il doit boire beaucoup d’eau et éviter les boissons gazeuses. En plus, il doit contrôler le taux de cholestérol dans ses repas. En plus, bien dormir et avoir une bonne hygiène de sommeil permet d’éviter l’hypertension et les fatigues chroniques qui ne sont pas bonnes pour le cœur.

L’hypertension chez les seniors

L’hypertension artérielle ou encore la haute pression sanguine est caractérisée par une pression du sang trop élevée sur la paroi des artères. Elle est souvent liée à plusieurs facteurs dont l’hérédité surtout chez les hommes, la sédentarité, l’abus de l’alcool, une mauvaise hygiène de vie et bien d’autres. Elle est une pathologie très présente chez les seniors. Que savoir sur elle et sur son traitement ?

Qu’est-ce que l’hypertension et quels sont ses facteurs de risques ?

Pour le bon fonctionnement de l’organisme, les artères acheminent le sang du cœur vers les organes. Lors du transfert du sang, celui-ci exerce une pression sur la paroi des artères. C’est elle qu’on appelle la pression ou la tension artérielle. Elle doit être à un niveau minimal pour une bonne circulation du sang dans tout l’organisme. Cette pression augmente naturellement avec l’âge chez tout le monde. On parle d’hypertension lorsque la pression artérielle est trop élevée au niveau des parois. Les valeurs de la pression artérielle sont comprises entre 10 et 14 lorsqu’elles sont maximales pour la pression systolique et entre 6 et 8 lorsqu’elles sont minimales pour la pression diastolique. L’hypertension est en elle-même un facteur de risque des pathologies comme les maladies cardiovasculaires, l’insuffisance rénale et bien d’autres.

Dans la plupart des cas, l’origine de l’hypertension n’est pas définie. Il existe cependant des facteurs de risque et ceux qui aggravent sa présence. Chez les hommes, la maladie est plus présente précocement et elle est très présente chez la femme à la ménopause. Les facteurs de risque sont le stress, la consommation excessive de l’alcool et du tabac, le surpoids, la sédentarisation, la grande consommation du sel, etc.

Symptômes de l’hypertension artérielle chez les seniors et conséquences de la maladie

L’hypertension artérielle encore appelée HTA (Hyper Tension Artérielle) chez l’adulte n’a pas souvent de symptômes particuliers. Elle est plutôt un symptôme ou un facteur de risque pour la plupart des maladies cardiovasculaires. Une mauvaise hygiène de vie peut accélérer les complications de la maladie et être délétère pour le senior. Lorsque la pathologie n’est pas bien traitée, elle expose l’aîné à des problèmes artériels graves. On peut citer : des accidents cardiovasculaires (AVC), des hémorragies intracrâniennes, des lésions de la rétine ou des reins, l’insuffisance cardiaque, etc.

Comment se fait le dépistage de la tension artérielle ?

L’hypertension artérielle, bien que présente chez le senior, est souvent silencieuse à ses débuts. C’est la raison pour laquelle le dépistage doit se faire dans le cabinet du médecin et hors du cabinet. Pour faire un bon dépistage, des examens sont fréquemment réalisés lors des visites chez le médecin. Pour le faire, c’est la pression artérielle qui est mesurée en utilisant un tensiomètre. Il s’agit d’un brassard gonflable, relié à un cadran contenant du mercure qui est posé sur le bras du senior. 

Certaines fois, le brassard est aussi relié à une colonne de verre contenant du mercure. Il est important de noter que la pression augmente lorsqu’il y a un effort physique réalisé. C’est la raison pour laquelle il est recommandé de prendre la tension artérielle chez un aîné qui est en position de repos pendant au moins 15 minutes. La confirmation de l’hypertension est effectuée lorsque la pression artérielle dépasse 9 pour la pression diastolique et 14 pour la pression systolique. En outre, pour confirmer l’hypertension chez le senior, le médecin réalise deux mesures par consultation, et ce sur trois consultations successives. En cas de présence de la pathologie, le médecin s’assure de réaliser d’autres examens. Ils ont pour but de déterminer s’il existe d’autres facteurs de risque liés à la maladie cardiaque chez l’aîné ou s’il y a des antécédents familiaux. Des causes liées au tabagisme, au diabète, au surpoids, à un taux de cholestérol élevé sont aussi évaluées.

Prévention et traitement de l’hypertension artérielle chez l’aîné

Selon certaines recherches, plus de 60% des seniors âgés de 55 à 65 ans sont hypertendus tandis que plus de 70% des personnes âgées de plus de 70 ans souffrent de l’hypertension. Fort de ce constat, il existe certains traitements adaptés aux seniors pour leur permettre d’améliorer leur état de santé. Les méthodes préventives tout comme celles liées au traitement peuvent être efficaces si le senior décide de jouer sa part dans cette partition.

En premier, le senior doit réduire la consommation de sel dans ses repas. Le sel est connu pour pousser l’organisme à stocker beaucoup d’eau dans les vaisseaux, ce qui augmente la tension artérielle. En outre, l’alcool et le tabac ainsi que tous les stupéfiants détruisent les vaisseaux sanguins et augmentent la pression sanguine. Le senior qui les consomment doit cesser cela afin d’avoir une bonne santé. Les exercices physiques permettent de réduire la tension artérielle. Le senior doit donc faire beaucoup d’activités physiques pour rester en pleine forme. Il doit aussi veiller sur son alimentation et manger équilibré. Il doit favoriser la consommation des légumes, des fruits, des matières grasses d’origine végétale, etc.

La dépression chez les personnes âgées

La dépression est l’une des pathologies les plus présentes chez les personnes âgées à partir de 50 ans. C’est une maladie sous-diagnostiquée et dont les causes et symptômes peuvent être confondus à d’autres pathologies. Cependant, la dépression chez la personne âgée peut être causée par des problèmes physiologiques, sociaux et organiques. Que savoir sur cette maladie ?

Pourquoi la dépression est-elle fréquente et méconnue chez les seniors ?

Le vieillissement est un processus qui implique de nombreux changements chez la personne âgée. Entre autres, on peut citer la perte d’un proche, la perte d’autonomie et la dépendance, la cession des activités de tous les jours. Toutes ces situations peuvent causer ou favoriser la dépression. Cette dernière est associée à plusieurs troubles chez le senior et a une prévalence d’environ 15%. De plus, il est important de savoir que les conséquences de la dépression sont nuisibles à la santé lorsqu’elle n’est pas traitée. On peut citer la mauvaise qualité de vie, le risque de suicide qui est sans cesse croissant, la dépense et la perte d’autonomie, etc.

Si la dépression est une pathologie sous-diagnostiquée chez les personnes âgées, il existe plusieurs raisons à cela. Elle est considérée comme une complication possible des modes d’expression privilégiés des psychoses tardives. En réalité, bon nombre de personnes pensent que la tristesse est normale chez le senior, ce qui n’est pas vrai. Et en plus, il existe de nombreuses formes masquées de dépression qui ne se manifestent que très tardivement.

Quelles sont les causes de la dépression chez les personnes âgées ?

Il existe moult facteurs de risques de dépression chez les personnes âgées. Entre autres, les antécédents de dépression chez un jeune peuvent être une cause de dépression chronique à l’âge adulte. En plus, lorsque l’individu est atteint de pathologies chroniques neurologiques et cardiovasculaires, il est sujet à la dépression. Lorsque la vie d’une personne a été trop stressante, sujette à des traumatismes répétés, au deuil et à une vie socio-économique faible, la dépression devient facile. Il faut aussi noter que les femmes sont plus vulnérables à la dépression à l’âge adulte que les hommes.

La dépression chez une personne âgée peut être aussi liée à un ensemble de facteurs liés à l’environnement, à l’hérédité et aux troubles psychologiques. Certaines fois, des troubles de l’enfance et de la jeunesse refont surface et créent un état de dépression. Les regrets du passé, le rejet, l’isolement, et la désafférentation sont combinés à d’autres facteurs psychologiques. Tous ces facteurs peuvent causer la dépression chez la personne âgée.

Les symptômes de la dépression chez les seniors

Les symptômes de la dépression sont nombreux chez la personne âgée. Ils ressemblent à ceux d’autres maladies, et c’est la raison pour laquelle la pathologie est sous-diagnostiquée. D’après l’OMS, il existe 9 symptômes principaux de la dépression chez un individu. Au moins 5 sont nécessaires pour poser un diagnostic. Chez la personne âgée, ces 9 symptômes sont présents en plus de certains autres que le médecin traitant peut déceler. Voici quelques symptômes importants :

–          La tristesse chronique et qui est souvent suivie de douleurs et de pleurs

–          La fatigue et/ou la perte d’énergie pour réaliser les activités

–          La perte de l’appétit

–          La perte d’intérêt pour les activités de tous les jours et pour ceux qui sont souvent agréables

–          Le désir de ne vouloir rien faire de ses journées

–          Les sentiments et sensations de culpabilité ainsi que ceux de la dévalorisation

–          Les idées fréquentes de mort et de suicide

–          Les troubles de sommeil

–          Les troubles de concentration et de mémorisation (perte de mémoire)

–          Les troubles ou ralentissements psychomoteurs

–          Les troubles de l’alimentation

–          La prise abusive de l’alcool, des stupéfiants et/ou des tranquillisants

Comment se passe le diagnostic et le traitement de la dépression chez la personne âgée ?

La dépression, qu’elle soit légère ou sévère, a des symptômes connus et répertoriés. Chez un aîné, le diagnostic de cette pathologie n’est pas aisé. La raison est que le senior peut se plaindre des douleurs et troubles physiques, des pertes de mémoire, de la tristesse à cause de différentes pertes. Il faut être vraiment aguerri pour déceler la pathologie chez le senior. En outre, il est important de ne pas confondre la dépression à la déprime ou à une tristesse passagère. Lorsque les perturbations de l’humeur sont remarquées de manière fréquente sur plus de deux semaines, on peut parler de dépression. La prise en charge est alors indispensable par un professionnel.

Le traitement de la dépression chez un aîné commence le plus souvent par des médicaments antidépresseurs. Les doses des médicaments utilisés doivent être diluées pour permettre une bonne absorption et élimination des produits. A la longue, des somnifères peuvent être ajoutés au traitement. L’une des meilleures stratégies de traitement de cette pathologie chez le senior est la reconstitution du tissu familial. L’aîné doit être entouré de ses proches et recevoir leur soutien durant cette période difficile.

Familles, comment simplifier la vie de vos seniors

Les seniors ou personnes âgées sont souvent vulnérables et ont besoin de soins appropriés. A l’âge adulte, la vie devient difficile parce que les facultés motrices sont réduites, diverses maladies commencent par se prononcer et deviennent chroniques pour ne citer que ceux-là. Il est alors important de simplifier la vie de vos seniors en leur permettant de finir leurs jours en pleine santé, épanouis et heureux. Comment simplifier la vie de vos seniors ?

Communiquer avec les seniors sans les infantiliser

Lorsque vos parents, vos proches ou tuteurs prennent de l’âge, ils deviennent vulnérables. Vous devez leur apporter le soutien et l’assistance dont ils ont besoin en famille, et ce de la bonne manière. Tout commence véritablement par la communication efficace entre toutes les parties prenantes. En effet, il faut que tous les membres de la famille acceptent le vieillissement de leurs parents et comprennent que cela vient avec des changements. Les seniors ont tendance à agir comme des enfants, à oublier les choses qu’on leur dit, à être récalcitrants, etc.

Tout de même, vous ne devriez pas leur parler comme s’ils étaient des enfants ou des incapables. Sachez tout simplement que le vieillissement vient avec de profondes modifications dans la vie de tous les jours. Prenez donc le temps de les écouter, de comprendre ce qu’ils ressentent et de trouver les bonnes expressions pour relater avec eux. Parce qu’ils ne sont pas des enfants, ne pensez pas et ne prenez pas de décisions à leur place. Cherchez toujours à obtenir leurs avis et ceux des professionnels dans toute décision que vous prendrez.

Communiquer avec les seniors en tenant compte de leurs spécificités

Avec le vieillissement, il y a des troubles chez les seniors et de nombreux changements. Il est nécessaire de comprendre les spécificités de votre interlocuteur afin de savoir comment relater avec lui. Les seniors ont généralement besoin de vivre dans un endroit moins bruyant, calme et dans lequel ils pourront vivre en dehors du stress. Par exemple, certaines personnes âgées ont une mauvaise mémoire de travail. Il faut être patient avec eux, leur faire des rappels constamment afin qu’ils sachent ce qu’ils doivent faire.

En outre, si vos seniors présentent des troubles de cognition, faites appel à un spécialiste pour savoir comment relater avec eux. Sachez que, même lorsqu’ils ont des troubles cognitifs, ils restent des personnes à part entière et ont besoin de respect. Pour cela, ne leur donnez pas des ordres en communiquant avec eux, ils pourront être frustrés et ne pas apprécier. Par exemple, il faut éviter au maximum les « tu devrais faire ceci ou cela ». Optez pour « je peux t’aider à faire ceci ou cela » à la place. Cela leur donnera l’impression que vous vous préoccupez d’eux et que vous avez leurs intérêts à cœur.

Rassurer les personnes âgées en leur créant un environnement adéquat

Les seniors sont souvent confrontés à des situations traumatisantes et stressantes. Lorsqu’elles perdent leur autonomie, cela peut devenir insupportable et inconfortable pour eux. Par exemple, ils perdent leur rôle de parents et deviennent ceux de qui ont doit prendre charge, ils deviennent dépendants de leurs enfants et proches. C’est ainsi qu’ils sont dans une lutte perpétuelle pour garder le contrôle de leurs vies, mais en vain. De plus, la confusion mentale, les prises en charge médicales et autres peuvent les conduire dans des situations stressantes.

C’est la raison pour laquelle vous devez créer un environnement calme pour vos personnes âgées. Assurez-vous de les loger dans des chambres insonorisées et confortables. Les seniors ont besoin de passer du temps seul mais aussi en compagnie de leurs proches. Rassurez-les tout le temps que vous êtes là pour les aider et prendre soin d’eux. Soyez à leur disposition ou mettez tout ce dont ils ont besoin à leur disposition. S’il est possible, engagez un personnel qualifié pour les prendre en charge dans cette période difficile pour eux.

Opter pour les résidences services ou maisons de retraites médicalisées si nécessaire

Si vous avez des difficultés à prendre en charge vos seniors en famille, chez vous ou dans leurs maisons, il existe de nombreuses autres solutions. Vous pouvez opter pour des maisons médicalisées pour seniors, des résidences services ou des centres spécialisés dans lesquels ils sont pris en charge parfaitement. Dans ces endroits, le personnel qualifié pourra les prendre en charge comme il se doit.

De plus, ils pourront y faire la rencontre de plusieurs autres seniors avec lesquels ils feront connaissance et partageront de bons moments ensemble. Dans des centres spécialisés, les seniors sont exposés aux activités de groupe, aux activités sportives et autres activités de détente qui leur permettent d’avoir une vie accomplie. Même si ce genre d’endroits peut coûter une fortune, vos seniors y passeront de bons moments et y trouveront une certaine harmonie.

Les soins des dents pour les séniors

La perte des dents chez les séniors n’est pas liée à leur âge, mais plutôt à des pathologies afférentes à une hygiène bucco-dentaire reprochable. A la vieillesse, les dents nécessitent un suivi et un entretien régulier. En cas de survenue d’affections au niveau des gencives, certains traitements peuvent être entrepris pour rétablir le bien-être bucco-dentaire de votre sénior.

Les affections des dents chez les seniors : causes, symptômes et traitement

Les pathologies bucco-dentaires chez les séniors peuvent avoir plusieurs origines. Elles se manifestent par divers symptômes et requièrent des traitements appropriés.

Quelles sont les causes des maladies bucco-dentaires chez les séniors ?

Les affections de dents qui surviennent à la vieillesse peuvent avoir plusieurs causes. La première origine est la négligence de l’hygiène dentaire. On porte habituellement beaucoup plus d’attention à la santé des yeux, du cœur des séniors en mettant en arrière-plan celle des dents.

Chez les vieilles personnes, les dents doivent également faire l’objet de consultation périodique à la même enseigne que les autres organes du corps humain.

La consommation de certains aliments peut avoir des effets délétères sur la gencive. C’est l’exemple de la nourriture trop acide à l’instar des jus de citron. Ceux-ci doivent être consommés avec modération par les séniors.

Les boissons sucrées doivent de même faire l’objet de prise modérée par les personnes du troisième âge.

Quels sont les Symptômes des affections bucco-dentaires chez les séniors ?

Les affections dentaires peuvent se manifester sous plusieurs formes chez les séniors. La personne âgée peut éprouver des difficultés à mâcher les aliments, la perte des dents, ou encore les inflammations de la gencive. Aucune douleur ne doit être minimisée chez un sénior, car celle-ci peut émaner d’une carie dentaire.

Certaines affections bucco-dentaires peuvent en dissimuler d’autres. C’est l’exemple de la gingivite qui peut provenir d’aphtes. Dès l’apparition de ces symptômes, il faut consulter en urgence un spécialiste.

Comment prévenir et traiter les affections des dents chez les séniors ?

Les affections des dents peuvent être évitées même à un âge avancé si l’on adopte une bonne hygiène dentaire. L’hygiène bucco-dentaire doit être prise à bras le corps en se brossant au moins deux fois par jour. Vous pouvez de même utiliser les solutions de bains de bouche pour garantir une excellente hygiène buccale.

La prise d’aliments trop acides ou trop sucrés doit être évitée, car ceux-ci érodent la gencive et les protections des dents chez les séniors.

Le tabac nuit gravement à la santé en l’occurrence celle des dents. La fumée détruit la couleur blanche des dents et provoque une mauvaise haleine. Vous devez intégrer le suivi médical de vos dents et de votre gencive dans vos agendas. N’attendez pas forcément que tout aille mal avant de vous faire consulter.

Il est toujours mieux de prévenir que de guérir a-t-on l’habitude de dire. 

Dans l’éventualité où l’affection s’est déjà installée, ne paniquez surtout pas. Prenez un rendez-vous avec un spécialiste des dents. Il saura vous apporter les traitements ou interventions qu’il faut.

L’hygiène bucco-dentaire est un facteur important à ne jamais négliger. C’est son observance qui débarrassera votre bouche de ses déchets. La mauvaise hygiène favorise la prolifération des bactéries. La présence de ces agents infectieux aggrave les affections bucco-dentaires lorsque celles-ci surviennent.

Votre dentiste vous indiquera la pâte dentifrice appropriée afin de maintenir l’éclat et le bien-être de vos dents. Habituellement, les pâtes dentifrices au fluor sont les plus indiquées. Vous devez prévoir la visite de votre sénior chez le dentiste au moins une fois par semestre. Dans l’entretien journalier de votre bouche, ne négligez pas l’utilisation des brossettes et du fil dentaire. Ils permettent le nettoyage des interstices de vos dents. Ce que les brosses ne peuvent faire. Ils évitent donc la stagnation des résidus d’aliments entre les dents. Veuillez consulter votre dentiste pour la prescription de ces brossettes. 

Les bains de bouche comme déjà évoqués plus haut assurent une bonne hygiène bucco-dentaire. Ils favorisent une bonne haleine. L’usage de bain de bouche doit se faire sur prescription médicale.

 Le délai maximal d’utilisation d’une brosse à dents est de trois mois. Veillez donc à ne pas excéder ce temps d’utilisation au risque de favoriser la prolifération de bactéries dans la brosse.

Quelles sont les affections courantes des dents chez les séniors ?

Les femmes seniors sont exposées à la parodontite des dents en raison de la baisse d’œstrogène qui survient à la ménopause. La diminution de la production de cette hormone peut engendrer une baisse de densité osseuse. Lorsque la parodontite n’est pas prise en charge assez rapidement, elle peut déboucher sur une résorption osseuse. Celle-ci peut provoquer la perte des dents.

Les dents peuvent également s’éroder laissant ainsi les terminaisons nerveuses sans protection. L’usure de l’émail peut occasionner une forte sensibilité au froid ou aux aliments sucrés ou acides. 

Les séniors sont également exposés à des développements l’halitose ou mauvaise haleine. Elle peut être juste passagère ou en revanche chronique. Elle peut avoir pour origine les variations hormonales.

Certaines personnes âgées développent la sécheresse buccale ou xérostomie. La déficience en production de salive provoque le déséquilibre du niveau de ph buccal.

S’équiper d’un appareil auditif : mode d’emploi

À un âge avancé de la vie humaine, le déclin de plusieurs aptitudes et autres facultés est inévitable. Dans ce sens, les personnes âgées sont souvent confrontées à des difficultés d’audition. Ce qui nécessite parfois, la pose d’un appareil auditif. La décision d’achat d’appareil auditif doit se faire à la suite d’apparition de certains symptômes ou troubles de surdité. Les équipements auditifs sont de plusieurs types et l’État a prévu des aides financières dans ce sens pour les séniors.

À quel moment faut-il recourir à un appareil auditif ?

Un appareil auditif est une aide au système d’audition en vue de combler les défaillances ou la perte d’une partie de l’ouïe. Plusieurs symptômes et indices permettent de savoir l’opportunité d’utiliser ce dispositif. Lorsque le sujet a du mal à entendre nettement ce que son interlocuteur situé juste en face lui dit, vous pouvez déjà envisager l’achat d’un appareil auditif. Il en va de même lorsque le volume du téléphone doit être élevé lors d’un appel avant que son détenteur n’entende ce que son correspondant lui dit à l’autre bout du fil. Les troubles auditifs se caractérisent par une perte plus ou moins grande de perception de décibels. Habituellement vers l’âge de 65 ans, l’acuité auditive des tympans diminue. Dans certains cas de figure, cette baisse des facultés auditives devra faire l’objet d’une consultation auprès d’un médecin spécialiste. À l’issue de cette visite médicale, le médecin peut prescrire l’acquisition d’un appareil auditif.

Quels sont les différents types d’appareils auditifs pour seniors

Différents types d’appareils auditifs existent en fonction du type et du degré de trouble auditif à corriger. On peut citer entre autres : les appareils auditifs contours d’oreilles, les appareils auditifs micro contours et les appareils auditifs intra-auriculaires.

L’appareil auditif contours d’oreilles est non seulement le plus utilisé dans le monde, mais également le premier prototype de cette technologie. Il se porte sur la partie externe de l’oreille et convient aux personnes âgées qui présentent des déficiences auditives. Cet appareil dispose d’un petit boîtier qui facilite sa manipulation et peut être conçu sur mesure du client. 

L’appareil auditif micro- contour encore appelé RIC, a la spécificité d’envoyer directement les sons à l’intérieur de l’oreille. Cet envoi est facilité par l’écouteur qui est logé dans le conduit auditif pour garantir une meilleure qualité du message. Le RIC s’adapte à tous les niveaux de surdité, mais son prix est très élevé. Le micro contour, en raison de son poids léger, offre une grande discrétion à son porteur. 

L’appareil auditif intra-auriculaire quant à lui, est conseillé en cas de défaillance légère de l’audition. Il se présente sous la forme d’une oreillette et se met directement dans l’oreille. C’est la raison pour laquelle la coque de ce modèle doit être faite selon le conduit de son utilisateur. 

En dépit de sa grande discrétion, il est très fragile et nécessite un nettoyage régulier surtout si l’oreille produit assez de cérumen. Il convient parfaitement aux personnes qui portent des lunettes et à ceux qui mettent souvent leurs téléphones à l’oreille. 

Quelles sont les aides financières prévues pour l’acquisition d’appareils auditifs pour seniors ?

Une panoplie d’aides financières est prévue pour les personnes du troisième âge pour l’achat d’un appareil auditif. Ces subventions viennent amoindrir le coût habituellement exorbitant des prothèses auditives.

La sécurité sociale s’occupe de toutes les démarches afférentes à l’appareil auditif, de son achat jusqu’à son installation effective sur l’individu concerné. L’assurance maladie rembourse 60 % des coûts d’acquisitions et des accessoires en fonction de l’âge de la personne. Selon le contrat d’assurance auquel la personne malade a souscrit, elle peut bénéficier de garanties complémentaires si elle gagne un faible revenu.

L’État intervient également en offrant une allocation conséquente et une déduction fiscale pour faciliter la vie notamment de celle des travailleurs handicapés. Plusieurs associations non gouvernementales œuvrent par ailleurs dans cette optique par l’allègement des coûts qui reviennent à la charge des personnes âgées déficientes auditives .

Appareils auditifs : quelles sont les démarches à mener ?

L’acquisition d’un appareil auditif, doit être motivée par une irrégularité dans le fonctionnement du système auditif. Il est donc recommandé de se rendre chez un médecin Oto Rhino Laryngologiste (O.R.L.). Celui-ci est un spécialiste des troubles liés au nez, à la gorge et aux oreilles.

L’O.R.L. sera donc chargé de faire deux examens à savoir l’otoscopie et l’audiométrie. Ces tests permettent de déterminer la source de la défaillance et son ampleur. Le diagnostic indiquera si le traitement nécessite juste la prise des médicaments, une intervention chirurgicale ou une prescription d’aide auditive.

L’étape suivante consistera à se rendre chez l’audioprothésiste qui est le concepteur et équipementier qui fournira l’appareil prescrit par l’O.R.L.. Il est en mesure de personnaliser l’appareil en fonction des besoins auditifs . Cette personnalisation peut être motivée par les spécificités du cadre de travail ou des capacités financières du bénéficiaire.

Avant que l’outil ne soit conçu, la personne concernée peut avoir recours à une prise en charge. Il lui suffira de présenter à la sécurité sociale, la prescription médicale ainsi que la facture de l’appareil auditif.

Lorsque la prise en charge est obtenue, l’audioprothésiste peut à présent jouer pleinement son rôle. Dès qu’il finit de fabriquer l’appareillage auditif, il aide son client à l’essayer. Ces essais permettent de s’assurer de la qualité de son travail et de ne pas faire face à des complications techniques futures lors de l’utilisation de l’appareil.

Quels sont les aliments déconseillés aux séniors ?

Lorsque la vieillesse s’installe, l’organisme ne parvient plus à éliminer convenablement les toxines et les déchets. Les séniors ont donc intérêt à surveiller leur alimentation pour ne pas intoxiquer leur organisme. Ils doivent donc limiter ou éviter la présence de certaines substances ou ingrédients dans leur alimentation. Le sel, le sucre, les graisses doivent être consommés avec une très grande modération. Les séniors sont plus sujets à la déshydratation. Pour cette raison, ils ne doivent pas se priver d’eau et doivent en consommer suffisamment. 

Abus de prise de sel 

Les personnes âgées sont très fragiles et leur santé doit faire l’objet d’un entretien régulier. Cette veille sanitaire des séniors passe par l’élimination ou la diminution de la consommation de certains aliments. C’est l’exemple du sel qui est un ingrédient très utilisé en cuisine. L’abus de sel peut s’avérer très dangereux pour la santé d’un sénior, car une consommation non contrôlée de sel entraîne des maladies graves. Au nombre de celles-ci figurent les maladies cardio-vasculaires en l’occurrence l’hypertension. Pour des personnes d’âge avancé, ces maladies sont encore plus dangereuses. Leur organisme n’a plus toujours la force nécessaire pour éliminer le trop-plein de sel dans le sang. Pour cette raison, les séniors doivent limiter la quantité de sel dans leur repas. Les personnes du troisième âge peuvent remplacer le sel par d’autres ingrédients à l’instar des épices et des aromates. Ceux-ci procurent d’excellentes saveurs également aux repas. Les épices sont pléthores et vous offrent plus de possibilités d’assaisonnement pour vos repas. Tout compte fait, vous devez garder à l’esprit que l’alimentation d’un sénior ne doit pas être trop riche en sel. 

Excès de consommation de sucre

À l’instar du sel, le sucre peut être un redoutable ennemi pour la santé des séniors. S’il est vrai qu’on en a souvent besoin pour donner un goût sucré aux aliments, il n’en reste pas moins dangereux. La consommation excessive de sucre chez les personnes âgées expose leur organisme et leur corps à certaines pathologies. L’abus de sucre chez les séniors accroît la probabilité de survenue de diabète. Un taux de glycémie élevé chez un sénior peut entraîner des arrêts cardiaques. Pour toutes ces raisons, les séniors doivent éviter le sucre industriel sous toutes ses formes. De même, ils doivent exclure de leur alimentation, les pâtisseries, les sucettes et les autres formes de sucreries. À défaut de pouvoir les éviter, essayez de réduire au maximum leur consommation. En remplacement du sucre artificiel, vous pouvez recourir au miel. Il possède de nombreuses vertus thérapeutiques. 

Abus de prise d’alcool 

L’alcool reste l’une des boissons les plus consommées par les séniors. Si pour certains sa consommation est modérée, ce n’est pas le cas chez d’autres. Toutefois, l’abus d’alcool est nuisible à la santé des séniors pour plusieurs raisons. L’alcool est très riche en sucre et le consommer revient à augmenter la quantité de sucre dans le sang. Contrairement aux idées reçues, il ne favorise en rien le fonctionnement optimal de l’organisme. L’alcool est également riche en calories et l’excès de calories ne favorise pas le bien-être. La consommation excessive de calories déteint sur le bien-être des séniors. Cependant, s’il désire quand même consommer de l’alcool, le sénior peut le faire, mais avec modération. Il doit veiller à ce que cela ne devienne pas une habitude. La meilleure des boissons a toujours été l’eau. Boire de l’eau et consommer des fruits sont d’excellentes habitudes alimentaires à adopter pour une bonne santé. 

Ne pas boire assez d’eau

La consommation abondante d’eau est vitale pour les séniors. D’ailleurs, pour tout être humain, il est conseillé de consommer au moins 1,5 litre d’eau par jour. Les séniors devraient consommer plus que cette indication journalière. La présence de l’eau dans le corps stimule le bon fonctionnement de tous les organes. Les personnes âgées sont plus exposées à des risques de déshydratation. Pour cette raison, les séniors doivent boire suffisamment d’eau. Dans la mesure du possible, ils peuvent remplacer l’eau par des jus, de la soupe, etc. 

L’excès de consommation de graisse 

Dans les aliments que les séniors consomment tous les jours, on retrouve plusieurs substances, dont les graisses. Elles jouent plusieurs rôles dans l’organisme. Les graisses constituent en effet, une source importante d’énergie pour les cellules. Toutefois, ce n’est pas une raison suffisante pour en abuser. Lorsque l’organisme accumule trop de graisse, elle devient dangereuse pour la santé. Plus l’âge avance et moins il est facile pour l’organisme de traiter la graisse, car des dépôts de graisse se forment. Ils sont à l’origine de bon nombre de maladies cardiaques. La plupart des graisses contenues dans les aliments sont d’origine animale.  À la place de la viande par exemple, préférez le fromage ou le poisson. Il est conseillé de disposer d’une liste précise d’aliments. Elle vous permettra de savoir à quelle fréquence vous consommez des aliments gras. 

Les services séniors à Lille

Vous avez un sénior et vous voulez lui épargner l’isolement et la solitude ? Si tel est le cas et que vous résidez à Lille, vous pouvez solliciter les services des centres d’accueil de séniors. La ville de Lille abrite de nombreux centres consacrés aux soins et au bien-être des séniors. Au nombre de ces établissements, figure le piano Lille cail, la résidence au vert feuillage. Vous pouvez aussi choisir la résidence au vert feuillage ou le centre Korian Gambetta. Tout compte fait, vous retrouverez dans ces centres du personnel qualifié et formé pour l’assistance aux séniors. Ils sont pourvus également d’équipements modernes en vue de faciliter le quotidien des séniors.

Services pour séniors à Lille : le centre le piano Lille cail 

La Résidence Cail – Le Piano est située à Hellemmes Lille dans le nord de la France. Ce centre dispose de plus de 140 logements composés de studio et d’appartements de 3 pièces. La plupart des logements sont pourvus d’une cuisine, d’une salle de bain bien équipée, d’un balcon, d’une terrasse et d’un accès Wifi. Les repas sont préparés sur place à base de produits frais par un chef et servis dans un restaurant climatisé et très convivial.

Un espace beauté multiservice propose des services de coiffure, d’esthétique ainsi qu’une blanchisserie. Le centre dispose aussi d’un bar, d’un jardin, d’une bibliothèque, d’un lieu de culte et d’un minibus pour les sorties.

La résidence est accessible aux handicapés et les animaux y sont autorisés. Même en semaine, les résidents peuvent recevoir de la visite. Une équipe est présente pour satisfaire à tout moment les attentes des résidents.

Services pour séniors Lille la résidence au vert feuillage 

Situé à Lille dans le nord de la France, l’établissement Résidence au Vert Feuillage est une structure publique qui accueille les personnes en perte d’autonomie.

Le centre a une capacité d’hébergement constituée de 25 chambres. Celles-ci ont une superficie de 18 min 2 s en moyenne et sont équipées d’un système de signaux d’appel. Il est également doté d’un jardin thérapeutique et d’équipements multimédia. 

Les repas servis sont préparés sur place avec la supervision d’une diététicienne. Dans le but d’agrémenter le séjour des résidents, ceux-ci peuvent manger en compagnie de leurs proches. Le centre dispose d’un espace beauté qui offre les services d’un coiffeur, d’une esthéticienne et de pédicure.

Deux médecins sont à pied d’œuvre chaque jour aux côtés des pensionnaires du centre au Vert Feuillage. Ils sont assistés par des infirmières, un kinésithérapeute, un ergothérapeute, un psychomotricien et un psychologue. La nuit, des aides-soignants prennent le relais pour assurer la continuité des services.

Services pour séniors à Lille : le centre Korian Gambetta 

Le centre Korian est situé dans le quartier Wazemmes à quelques pas du centre-ville de Lilles. Il propose aux séniors un cadre de vie agréable.

Pour leur bien-être, les résidents ont à leurs dispositions un espace réservé à la balnéothérapie et un autre dédié à la stimulation multi sensorielle. Ils bénéficient également de séances de kinésithérapie. Chacun des résidents jouit d’un suivi personnalisé qui dépend de ses besoins et de ses motivations.

Le centre dispose d’une cuisine, d’un salon de coiffure et d’un service de blanchisserie. À la demande des seniors, le centre peut mettre à leur disposition les soins de spécialistes de beauté. Les séniors peuvent profiter du jardin dont l’établissement dispose ainsi que des nombreuses activités qui sont organisées pour eux.

Le centre Korian Gambetta dispose également d’une unité de vie spéciale réservée à l’accueil des personnes atteintes d’Alzheimer, Parkinson ou de troubles apparentés. Dans cette unité de vie, les résidents ont à leurs côtés des professionnels qui ne ménagent aucun effort pour améliorer leur qualité de vie.

Services pour séniors à Lille l’établissement Agapanthe 

L’établissement DOMITYS Agapanthe est situé non loin du Centre-Ville de Lille. De par sa situation géographique, le centre offre aux résidents un cadre paisible, naturel. Sa proximité avec les infrastructures de transport en commun permet aux résidents de se fondre très rapidement dans l’effervescence du Centre-Ville. 

L’établissement dispose de 122 logements meublés et personnalisables destinés à des séniors autonomes, mais aussi semi-valides. Chacune des chambres bénéficie d’un accès au réseau Wifi et d’un abonnement aux bouquets Canal plus.

Un salon de coiffure est mis à la disposition des résidents pour l’entretien de leur coupe de cheveux. Le centre Agapanthe dispose d’un jardin propice à la détente et aux activités en plein air. De nombreuses activités récréatives, mais aussi créatives sont organisées pour permettre l’épanouissement des séniors. En plus du menu collectif servi dans un restaurant convivial, les personnes qui observent un régime alimentaire particulier bénéficient d’un menu personnalisé. Par ailleurs, les animaux de compagnie sont acceptés dans ce centre.

Le centre dispose d’une piscine chauffée, d’une bibliothèque ainsi qu’un restaurant privé.  Le personnel du centre est disponible 24 h/24 tous les jours de la semaine. 

Trouver rapidement un médecin : mode d’emploi pour séniors

Les séniors sont des personnes sensibles. Leur bien-être et leur santé méritent un suivi régulier. C’est le rôle des médecins pour séniors. Pour en trouver un, plusieurs solutions s’offrent à vous. D’abord, vous avez la possibilité de vous rapprocher des centres spécialisés pour les soins aux séniors. Ceux-ci sont installés dans plusieurs régions. Dans ces centres de santé, les séniors bénéficient des soins de qualité à des coûts abordables. Cette solution est très efficace lorsqu’on recherche à obtenir des clarifications sur des symptômes qui semblent peu ordinaires. Par ailleurs, il est également possible de se rapprocher des associations de médecins pour personnes âgées. C’est un regroupement de professionnels de la santé spécialisés dans l’administration de soins pour les séniors. Avec eux, vous avez la garantie d’avoir gain de cause. De même, vous obtiendrez plus facilement des solutions si vous avez des préoccupations particulières. 

Trouver un médecin pour séniors : la télémédecine 

Si vous avez des difficultés à trouver un médecin pour une personne âgée, la télémédecine est un recours de choix. Elle est l’ensemble des pratiques médicales mises en œuvre par les moyens technologiques Cette solution présente de multiples avantages. Elle sert à réduire la difficulté d’accès aux soins. Puisque toutes les régions ne sont pas dotées de centre de santé. La télémédecine diminue les tracasseries qu’occasionne le déplacement des séniors vers les lieux de soin. La télémédecine offre également la possibilité de se faire délivrer une ordonnance rapidement par un médecin sans vous déplacer vers lui. Les commodités qu’offre la télémédecine viennent donc faciliter la prise en charge médicale des séniors.

Trouver un médecin pour séniors : l’hospitalisation à domicile 

L’hospitalisation à domicile est également une option de soins pour les séniors. Elle se fait uniquement lorsque l’état de santé du sénior l’exige. En d’autres termes, l’hospitalisation à domicile s’obtient sur présentation d’une prescription médicale. Dans la plupart des cas, les soins à domicile sont de type palliatif. Cependant, lorsque l’état de santé du sénior requiert la pose de pansements, il est conseillé de l’hospitaliser à domicile. L’hospitalisation à domicile peut se faire aussi après des chirurgies, des chimiothérapies, de la rééducation ou encore des soins palliatifs aux douleurs. 

Combien coûtent les soins à domicile pour séniors ?

Le coût des soins sanitaires pour séniors varie en fonction de la complexité des tâches à accomplir. Mais de manière globale, pour les séniors âgés entre 65 et 75 ans, il faut prévoir approximativement 600 euros par mois. En revanche, pour ceux âgés entre 75 et 85 ans, prévoyez au moins 1900 euros mensuellement. 

Quelles sont pathologies fréquentes chez les seniors

L’âge et le vieillissement font apparaître chez les personnes âgées un certain nombre de problèmes de santé. Certains de ces problèmes ne sont pas exclusivement liés au troisième âge. Ils peuvent également apparaître chez des personnes plus jeunes. Tout compte fait, leurs apparitions sont grandement favorisées par l’avancée de l’âge.

Les cancers font partie de ces pathologies. Les plus fréquents chez nos séniors sont les cancers colorectaux, du sein, de la prostate et de la peau. Nous avons aussi les maladies mentales comme la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer qui sont des maladies neurodégénératives touchant en grande partie les personnes âgées. Les séniors souffrent aussi souvent d’ostéoporose, d’arthrose, de polyarthrite rhumatoïde qui sont des maladies qui affectent les os et articulations. 

Le vieillissement peut favoriser également le développement de maladie cardiovasculaire ainsi que le diabète. La sénescence entraîne non seulement des maladies auditives mais aussi visuelles comme la cataracte, le glaucome, etc.

Ennuis de santé chez un senior : quand faut-il faire appel à un médecin ?

Dans la plupart des cas, il est conseillé à une personne malade de faire appel à son médecin. Lorsque le sénior commence à ressentir un inconfort inhabituel, même bénin, prévenez au plus vite son médecin. Ne vous substituez pas à celui-ci. 

Lorsque certaines maladies ont été déjà diagnostiquées, l’apparition d’autres symptômes que ceux déjà connus doit conduire à l’appel du médecin.

De même, l’aggravation des symptômes de la maladie dont souffre le sénior doit pousser à appeler son médecin.

Soins de seniors : quel personnel de santé est-il indiqué ? 

Différents membres du corps médical peuvent intervenir pour soulager ou traiter les affections d’un sénior. 

Le médecin généraliste est le premier à contacter. Habituellement, ils sont les médecins de famille et ont une connaissance parfaite de chaque membre. Il est le plus à même à apporter les soins nécessaires ou à orienter le sénior vers un autre spécialiste.

Le gériatre est le spécialiste des personnes âgées. Il intervient non seulement dans la prévention, mais aussi dans le traitement de tous les maladies et handicaps liés au vieillissement.

Les infirmières, les ergothérapeutes, les aides et auxiliaires de vie sont également indiqués pour les soins à domicile aux séniors. Pour des besoins plus spécifiques, les kinésithérapeutes et le psychomotricien peuvent entrer en jeu.

Trouver une maison de retraite médicalisée

Les maisons de retraite médicalisées accueillent les séniors en perte d’autonomie. L’admission en maison de retraite médicalisée se fait en suivant un certain nombre de procédures. En amont il faudra prendre cette décision et procéder au choix convenable d’établissement d’accueil. En aval, vous devez avoir à l’esprit que l’hébergement et les soins nécessitent des frais que vous devez prévoir. 

Comment fonctionne une maison de retraite médicalisée ? 

Les maisons de retraite sont des lieux conçus spécialement pour les séniors en perte d’autonomie. Ces centres disposent des infrastructures adaptées aux besoins des résidents. Dans les maisons de retraite médicalisées, chaque sénior dispose de sa chambre. Les appartements sont très bien équipés en vue de garantir le confort et le bien-être aux résidents. En vue de mieux accompagner les résidents, diverses prestations sont proposées par les maisons de retraite. Il s’agit entre autres, de la restauration, de l’entretien, des animations et du blanchissage. Les maisons de retraite établissent et entretiennent un lien convivial de communication avec les familles des séniors. 

Chaque maison de retraite médicalisée se dote d’un personnel soignant qualifié et pluridisciplinaire composé de spécialistes issus de plusieurs domaines. Ce personnel comporte entre autres des infirmières, des médecins, des psychologues, et des aides-soignantes. Avec tous ces professionnels, les séniors bénéficient d’une prise en charge sanitaire adéquate. 

À part le corps sanitaire, dans les maisons de retraite, il est possible de retrouver des unités spécialisées. Celles-ci ont pour mission d’intervenir dans des situations qui dépassent les compétences du personnel soignant. Ces unités paramédicales opèrent également en cohésion avec le personnel médical. À titre d’exemple, une unité spécialisée peut intervenir pour offrir une surveillance permanente à des séniors jugés très fragiles. Les maisons de retraite ne ménagent pas leur effort en vue de toujours assurer la diversité de services. 

Admission en maison de retraite médicalisée : quelles démarches suivre ?

Pour être admis dans une maison de retraite médicalisée, quelques procédures sont à suivre. 

En premier lieu, le dossier médical du sénior doit être à jour. Avant de prendre une décision d’admission en maison de retraite médicalisée, celle-ci exige une évaluation sanitaire. Elle permet d’avoir une idée bien précise de votre état de santé en vue de prévoir les soins nécessaires. À cet effet, un formulaire doit être rempli et validé par un médecin qualifié. 

En deuxième lieu, le sénior doit fournir des informations sur sa situation familiale, ses revenus, etc. 

Après cette étape, vous aurez à fournir les pièces qui composeront le dossier officiel. Il s’agit : 

  • d’une pièce d’identité, 
  • d’un certificat de sécurité sociale,
  • d’une copie de la mutuelle ou d’assurance,
  • des pièces justificatives des revenus et des ressources. 

L’étape du dépôt de dossier est celle qui précède l’accession. Elle constitue en effet, une sorte de demande officielle adressée à la maison de retraite.  Veillez à ce que tous ces éléments soient réunis pour plus de célérité dans l’étude rapide de votre dossier. 

Admission en maison de retraite médicalisée : à qui incombe la décision ?

La décision d’envoi d’une personne âgée en maison de retraite médicalisée est prise en fonction de sa santé physique et mentale. Elle peut être prise par la personne concernée elle-même, par l’un de ses enfants ou parents proches ou par son tuteur (en cas de placement sous régime juridique). 

Quelles que puissent être les circonstances, il est indispensable d’établir un certificat médical (généralement délivré par le médecin traitant). Ce document attestera l’incapacité à vivre seul et de la perte d’autonomie du sénior. Le consentement de la personne âgée reste cependant indispensable et ne peut être remis en cause que par un juge. Cette remise en cause est faite suite à des examens qui devront révéler la réelle incapacité du sénior à vivre seul et à prendre des décisions par lui-même.

Choix d’une maison de retraite médicalisée : quels sont les critères à suivre ?

Le choix de la maison de retraite médicalisée doit se baser sur certains critères, que sont :

  • la localisation de la maison de retraite pour faciliter les visites,
  • les services proposés par la maison,
  • les horaires et jours de visites,
  • les activités ludiques, sportives, etc. organisées,
  • l’organisation des soins en journée et pendant la nuit,
  • les tarifs proposés.

En ce qui concerne le tarif, assurez-vous qu’il soit à la portée de votre budget.

Quels sont les tarifs d’une maison de retraite médicalisée ?

Le tarif d’une maison de retraite médicalisée est la plupart du temps comporte trois volets.

Le premier volet est celui de l’hôtellerie (11 616 €/an en moyenne). Il est pris en charge par le résident ou sa famille. Pour s’en acquitter, on peut aussi faire appel à des aides.

Le deuxième volet concerne les soins dispensés (11 844 €/an en moyenne). Il est pris en charge par l’assurance maladie.

Le dernier volet est afférent à la perte d’autonomie (11 245 €/an en moyenne). Il est partiellement couvert par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (A.P.A.).

Ces trois composantes rassemblées donnent 34 707 €/an en moyenne. Toutefois, diverses aides et accompagnement peuvent venir réduire de moitié ce montant.

Acheter un dentier : quel prix, quel remboursement Sécurité sociale et mutuelle ?

Une pathologie dentaire, un accident ou l’âge avancé peut être la cause de la perte d’une partie ou de l’intégralité de la dentition. Pour remplacer ce vide, le chirurgien-dentiste propose une prothèse dentaire amovible connue sous le nom de dentier. Le choix de ce dernier se fait en fonction du nombre de dents manquant, de l’esthétique souhaitée, de l’état de santé et surtout du budget de la personne concernée. Craignant la qualité et l’efficacité de celui-ci, beaucoup se posent énormément de questions. Cela dit quels sont les prix et les remboursements accordés par les sécurités sociales ? Qu’en est- il de la prise en charge de la mutuelle ?

Ce qu’il faut savoir du dentier

Le dentier est une prothèse dentaire amovible qui est mise pour retrouver un sourire plutôt esthétique, une mastication naturelle ou juste pour des raisons de prononciation. Il peut s’agir d’une partie manquante ou de la dentition toute entière. Il peut être provisoire, partiel ou complet avec de la résine ou de la porcelaine comme matériau de conception. Et, le squelette du dentier peut être soit en stellite, soit en résine acrylique.

Les différents types d’un dentier

On distingue d’ailleurs plusieurs types de dentiers. En fonction du cas spécifique de chaque patient, le chirurgien-dentiste propose le type de dentier adapté. Il en existe 5 au total :

Le dentier partiel : Cette solution est proposée lorsqu’il y a la perte d’une ou de plusieurs dents. Pour qu’il soit stable et tienne en place, il est fixé sur les dents restantes ou les gencives grâce à des crochets en résine ou en métal.

Le dentier sur implant : Il est le plus souvent proposé aux patients qui souhaitent retrouver la mastication.   À l’aide d’un bouton-pression, la prothèse dentaire est clippée sur les implants qui remplacent les dents manquantes dans la mâchoire.

Le dentier sans palais : Il est assez économique et souvent proposé aux personnes possédant une faible masse osseuse, au point qu’un dentier avec implant est difficile ou presque impossible. Il est composé d’une fausse gencive, d’un faux palais et de dents artificielles.      Il tient bien en place et son utilisation est assez facile, et sans colle.

Le dentier provisoire : Il a pour but de préserver l’os des mâchoires pour une prothèse définitive ou une pose d’implant.

Le dentier complet : il est proposé pour les personnes ayant perdu l’intégralité de leur dentition. Elle a tendance à bouger ou à tomber lorsque le relief osseux chez le patient est faible. Pour éviter ça, l’utilisation d’une colle spécifique est recommandée.

Quel est le prix d’un dentier ?

Généralement, le prix d’une prothèse dentaire amovible (en résine ou en métal) varie entre 800 € et 5000 €. On estime donc entre 2000 et 3000 € le prix des deux mâchoires. Le prix d’un dentier clipper sur un implant peut coûter entre 3000 et 10 000 € selon le nombre de dents à remplacer.

Le prix du dentier dépend également de quatre éléments principaux : le matériau utilisé pour les dents, le nombre manquant, le matériau utilisé pour le squelette de l’appareil, les tarifs et les expériences du chirurgien-dentiste.   Il faut noter qu’une mâchoire complète du dentier compte 14 dents. En effet, il est impossible de remplacer les molaires sur le dentier.   

Quel est le remboursement de sécurité sociale pour un dentier ?

Les prises en charge de la Sécurité sociale portent peu sur les soins dentaires, en particulier le dentier. Le remboursement pour une prothèse dentaire amovible complète unimaxillaire est de 70 % du taux de convention, c’est-à-dire une prise en charge de 127,92 € pour 182,75 €.   Cette prise en charge peut toutefois varier en fonction du nombre de dents qui manquent et doivent être remplacées. Les 30 % restants, le ticket modérateur représentent le minimum remboursé par votre mutuelle santé. Pour un dentier partiel composé de 4 dents, la prise en charge de la Sécurité sociale peut être de 45, 15 € sachant que le coût moyen peut varier entre 500 € et 600 €.

Quel est le remboursement de la mutuelle pour un dentier ?

Pour une mâchoire complète dont le tarif moyen est de 1200 €, la sécurité sociale prend en charge 127,92 €, laissant ainsi les 1072, 08 € à la prise en charge de la mutuelle. Les remboursements de la mutuelle dépendent des formules souscrites. Les montants de prises en charge des mutuelles sont déterminés en fonction d’un taux appliqué au BRSS ou un forfait annuel. Pour une formule dentaire à 200 % du BRSS, le montant de remboursement de la mutuelle peut atteindre jusqu’à 237,92 €. De même pour une mutuelle de formule de 400 % du BRSS, le montant de remboursement de la mutuelle est de 603,07 €. Le forfait annuel quant à lui est défini en fonction du montant de votre souscription auprès de la mutuelle santé.

Douche sécurisée pour senior : quel coût ? Quelles aides ?

Les aptitudes physiques et mentales sont parfois réduites ou altérées chez les personnes d’âges avancés. Lorsque le senior opte pour le maintien à domicile, il devient indispensable d’adapter le logement à ses besoins. Une salle de bain sécurisée devra être aménagée pour éviter les éventuels risques d’accident. Heureusement, des aides de l’État existent pour soutenir ces seniors à financer ces travaux d’aménagement assez coûteux.

Vous êtes une personne en perte d’autonomie ? Vous ne voulez pas aller en maison de retraite ? Découvrez tout sur les douches sécurisées pour senior et les éventuelles aides sociales.

Une douche sécurisée pour senior : quelles sont les caractéristiques ?

Une douche sécurisée pour senior est un espace confortable, plus accessible et sans risque, souvent qualifié de douche à l’italienne ou de douche plain-pied.   Elle facilite les gestes de la toilette ainsi que les allées et retours de la douche pour les personnes à mobilité réduite. En réalité, il s’agit d’une douche quelconque dont des équipements et des accessoires adaptés ont été installés afin de minimiser les risques d’accident (chutes, glissades, brûlures).

Une douche sécurisée pour senior présente certaines caractéristiques. On y retrouve :

– un siège abaissable à hauteur ajustable pour faire la toilette en position assise.

– une Ouverture assez large, pour un accès simple et facile en fauteuil roulant

– un Seuil d’entrée assez bas pour éviter d’enjamber à chaque fois en entrant et en sortant et éliminer les risques de trébuchement

– un Robinet équipé d’un régulateur de température ou d’un mitigeur thermostatique pour régler la température et le débit de l’eau  

–  un Revêtement de sol antidérapant et un receveur plat pour éviter les glissades

– des Barres de maintien ou d’appui pour renforcer l’équilibre et limiter les chutes

– de Hauts Panneaux de mur résistant pour éviter les chocs et blessures

Le coût d’une douche sécurisée pour senior

Le coût d’une douche sécurisée pour senior varie en fonction des dimensions et des équipements à installer. Plus les accessoires à aménager sont nombreux, plus la main-d’œuvre du professionnel est grande. L’ensemble des travaux peut coûter entre 4000 € et 6000 €. Ce prix peut également varier en fonction des sociétés sollicitées. Il est donc impératif de consulter plusieurs devis afin d’avoir une idée précise sur le prix.

Les aides possibles pour l’aménagement d’une douche sécurisée pour senior

Il existe plusieurs types et formes d’aides pour aménager une douche sécurisée pour senior. Ceux-ci proviennent de l’État et des collectivités territoriales qui assument une partie des frais engagés. En fonction de vos conditions, de vos ressources et de votre situation, vous bénéficiez de plusieurs aides pour aménager votre douche sécurisée. On distingue les aides fiscales et les aides financières.

Les aides fiscales

Les mesures fiscales permettent aux seniors particuliers d’installer leurs douches sécurisées. Il s’agit de la TVA réduite et le crédit d’impôt.

Réduction de la TVA : Une réduction à 10 % est faite sur la TVA au cours de l’aménagement d’une douche sécurisée pour senior normal. Elle peut de ce fait être réduite à 5,5 % en cas de handicap. Pour bénéficier de cette aide fiscale, il faudrait que l’installation soit mise en place par l’entreprise qui fournit les équipements dans le domicile du senior qui en fait la demande. Cette résidence, principale ou secondaire, doit être achevée depuis au moins 2 années.

Le crédit d’impôt : Lorsque vous décidez d’installer une douche sécurisée, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt de 25 % sous certaines conditions. Ce dédommagement s’applique aux personnes reconnues  dépendantes, à celles en situation de handicap, bénéficiant de l’APA ou au moins une pension d’invalidité de 40 %. 

 Le crédit d’impôt est limité à 5000 € pour un senior et 10 000 € pour un couple senior. Cette aide n’est valide que lorsque les travaux d’installations sont effectués par l’entreprise qui fournit les équipements de la douche, et ce, dans le domicile principal du senior.

Les aides financières

Les aides financières pour installer une douche sécurisée pour senior sont assez nombreuses et accordées sous des conditions plutôt spéciales.

APA (Allocation Personnalisé d’Autonomie) : Il s’agit d’une aide accordée aux seniors de plus de 60 ans, en situation de dépendance. Elle est individuelle et dédiée au financement des accessoires destinés à améliorer l’indépendance de ceux-ci dans l’application des tâches quotidiennes. La douche sécurisée faisant partie des conditions mélioratives quotidiennes des personnes âgées, ils devront recevoir une aide en fonction du degré de perte de mobilité.

ANHa (Agence National de l’habitat) : Il s’agit d’une aide sociale qui finance, à hauteur de 35 à 50 %, les travaux d’aménagement de douches pour senior. Elle est accordée uniquement à des personnes âgées dont les revenus sont faibles ou modestes.

PCH (Prestation de Compensation du Handicap) : Il s’agit d’une aide sociale accordée aux seniors de plus d’une soixantaine handicapés confirmés. Elle aide généralement à financer à hauteur de 80 % les travaux d’installation d’accessoires ou d’équipement destiné à favoriser leur mobilité et leur autonomie au sein de leur domicile. La douche sécurisée en fait partie. Elle est effectuée par le biais de la Maison Départementale pour les Personnes handicapées (MDPH).

Action logement : Il s’agit d’une aide sociale accordée aux seniors sous condition de statut, d’âges, de ressources et du degré d’autonomie. Elle propose une aide financière de 5000 € pour aménager une douche sécurisée pour senior

Caisses de retraites : ceux-ci apportent un soutien financier dans l’installation d’une douche sécurisée à leurs allocataires.

La prostate, mode d’emploi

La prostate, glande sexuelle située sous la vessie, est primordiale dans le bon fonctionnement de la vessie et du flux urinaire. Aussi grosse qu’une châtaigne, cette glande sexuelle joue un rôle dans la reproduction: Elle fourni des éléments nourriciers indispensables au sperme et fabrique un liquide fluidifiant ce dernier.

Cette petite glande, appelée siège de la virilité, permet de protéger les spermatozoïdes en confectionnant une enveloppe les protégeant. Il peut arriver que la prostate se déforme ou grossisse. Cela est généralement du au développement d’une hypertrophie bénigne (appelée aussi adénome prostatique) ou encore à l’apparition d’un cancer.

Les différentes thérapies de ces maladies peuvent mettre en berne la sexualité et entrainer différents troubles tels que ceux de la libido, de l’érection, de l’orgasme. Une diminution de la taille du pénis est possible ainsi qu’un dérèglement de la continence urinaire.

Après soixante ans, il faut savoir que l’hypertrophie prostatique touche au moins deux hommes sur trois. Cette augmentation de la prostate peut gêner la vessie et l’indisposer. Les envies d’uriner deviennent nombreuses dans la journée et souvent douloureuses. Si ces symptômes d’incontinence augmentent, il est nécessaire de consulter.

Un risque d’impossibilité d’uriner, une infection des reins peuvent survenir si aucun examen n’est réalisé. Une radiographie, une échographie, une mesure du débit urinaire, etc, permettront d’évaluer le stade de la maladie et ses conséquences ultérieures. Si un cancer de la prostate est diagnostiqué, seule une biopsie pourra confirmer le résultat. Les urologues, en cas de réelles complications, peuvent envisager une opération consistant à enlever la partie concernée soit par voie haute ou en passant par l’urètre.

Cette chirurgie, par la suite, est capable d’ engendrer des problèmes d’érection principalement dus à une mauvaise oxygénation du capital musculaire du pénis. Cet inconvénient disparait souvent après quelques semaines, il dépend surtout de la personne opérée (de son âge, de sa forme physique et mentale). A la suite d’une opération de ce type, différents traitements (injections et médicaments oraux) relancent l’oxygénation et protègent, à nouveau les cellules musculaires.

Ce qu’on appelle la réhabilitation pénienne permet donc au pénis de reprendre son action érectile. Il est d’ailleurs conseillé de reprendre une activité sexuelle dès la disparition des incontinences et des douleurs. Certes, des ennuis de libido peuvent exister, mais, il faut savoir qu’ils ne peuvent qu’être d’ordre psychologique.

Toutefois, si ils devaient persister, il est préférable de consulter un spécialiste. Une hypertrophie de la prostate n’engendre pas un cancer de cette partie. Néanmoins, dès le premier diagnostique, il est préférable de consulter une fois par an afin de prévenir un cancer. Cette attention régulière permettra de traiter à temps la maladie.

La grippe chez les seniors, mode d’emploi

Loin d’être une maladie bénigne, le grippe cause la mort d’environ 1500 à 2000 personnes chaque année en France et 90% de ces décès touchent les seniors. A partir de 65 ans, il est donc impératif de se faire vacciner pour éviter de graves complications.

A différencier du rhume ou de l’état grippal, la grippe est un virus très contagieux qui atteint le système respiratoire durant environ une semaine.

Une forte fièvre pouvant monter à 40°, des douleurs musculaires dans tout le corps, des maux de tête, des maux de gorge, des frissons sont les principaux symptômes de la grippe.

Ces symptômes peuvent aussi s’accompagner de toux et de douleurs dans la poitrine. En cas d’épidémie, des conseils de prévention et des mesures d’hygiène élémentaires permettent d’éviter de contracter la maladie.

La grippe étant dû à un virus, la propagation se fait, en autre, lorsqu’on tousse ou qu’on éternue. Il est donc primordial de se laver et de se désinfecter les mains le plus souvent possible.

Par ailleurs, il est particulièrement déconseillé d’entrer en contact avec des personnes malades ; les poignées de mains et contacts physiques sont aussi à proscrire. Avec un système immunitaire plus faible, les seniors sont particulièrement exposés.

C’est pourquoi il est fortement recommandé de se faire vacciner chaque année. En effet, les souches virales de la grippe variant d’une saison à l’autre, seule une vaccination annuelle permet d’être correctement protégé contre la souche active.

La vaccination ne garantit pas une protection à 100% contre la grippe mais elle permet de réduire considérablement le risque de contracter la maladie.

Le taux de mortalité se trouve aussi fortement diminué.

Pour une protection optimale, il est recommandé de se faire vacciner courant octobre avant que la grippe ne devienne véritablement active.

Si toutefois les premiers symptômes tels que la fièvre et les courbatures apparaissent et ce, même si vous êtes vaccinés, il est important de consulter rapidement son médecin traitant pour éviter toute complication. Celui-ci prescrira en particulier des antipyrétiques pour faire tomber la fièvre.

En dehors de ce traitement médical, il est recommandé de s’hydrater en buvant beaucoup d’eau et de rester autant que possible au repos et au chaud. Il ne faut pas négliger la gravité de la grippe et garder à l’esprit qu’une grippe mal soignée chez les seniors peut évoluer en pneumonie ou en insuffisance respiratoire et conduit souvent à une hospitalisation.

Par ailleurs, sachez que les UVC sont efficaces contre les virus et bactéries et que des purificateurs d’air peuvent être utiles pour assainir l’air intérieur

La vaccination chez les seniors

Certaines idées reçues disent qu’il n’est plus indispensable de se faire vacciner arrivé à un certain âge, que cette pratique n’est bonne que pour les bébés. Parce que l’anticorps s’affaiblit au fil du temps, puisqu’il est important de prendre soin de son corps, une personne âgée doit effectuer quelques rappels vaccinaux, vu qu’elle est susceptible d’attraper une quelconque maladie, aussi minime soit-elle.

C’est aussi une manière de prévenir les risques en cas d’épidémie. Habituellement, ce sont toujours les seniors en fréquent déplacement qui se font vacciner, car on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. La seule solution pour éviter de contracter une maladie, c’est le vaccin ! L’importance de la vaccination chez les seniors.

À cause d’un système immunitaire insuffisant, une personne âgée doit se faire vacciner pour accélérer la guérison et éviter toute complication entrainant un décès brutal. Étant donné que son corps est lent à réagir, et que les défenses naturelles sont défaillantes, elle est plus sensible aux infections. Prenons par exemple le cas de la grippe. Ce virus qui touche essentiellement les enfants et qui se soigne facilement chez eux peut tuer un senior.

Pourquoi ?

Parce que ce dernier est faible et qu’il n’a plus assez d’anticorps pour lutter contre la maladie. Mais un simple rappel de ce vaccin contre la grippe peut tout régler. Chez les personnes âgées, la période de convalescence peut durer plus longtemps que chez les jeunes. Pourtant, un vaccin administré au bon moment peut accélérer le processus de guérison, car non seulement il est préventif, mais contribue aussi à la régénération rapide d’anticorps.

Les vaccins recommandés aux seniors. Il n’y a pas de liste exhaustive indiquant les vaccins que les seniors doivent impérativement effectuer. Néanmoins, les vaccins comme le DTP (Diphtérie – Tétanos – Poliomyélite) sont particulièrement recommandés. Même si la personne s’était fait vacciner étant enfant, elle doit procéder à un rappel vaccinal, notamment si elle a dépassé la soixantaine.

Il est aussi préférable de rappeler les vaccins contre la grippe, la coqueluche ou le pneumocoque, car même si ces maladies sont moins graves que les autres citées auparavant, elles peuvent laisser des séquelles irréversibles chez les personnes âgées.

Avant de voyager, il est conseillé, surtout pour les seniors, de se faire vacciner pour éviter d’attraper une maladie inconnue. Le vaccin est la garantie d’une santé irréprochable. Et même si la personne est solide physiquement, un rappel vaccinal l’aidera à renforcer son système de défense naturelle.

Bien vivre avec de l’arthrose

L’arthrose est un syndrome courant qui touche particulièrement les seniors, les hommes comme les femmes, surtout après 65 ans.

Il s’agit d’une maladie douloureuse et invalidante mais le diagnostic ne doit pas être un coup d’arrêt aux activités. Même si aucun traitement ne permet aujourd’hui de guérir l’arthrose, il est possible de continuer à vivre bien en adoptant certaines pratiques.

L’arthrose est une maladie des articulations due à l’usure du cartilage qui concerne le plus souvent les mains, les pieds, les genoux ou les hanches. Celles-ci se déforment et se raidissent provoquant douleurs et difficultés de mobilisation.

Certains facteurs peuvent prédisposer comme l’hérédité, l’obésité ou la tabagisme. En premier lieu, il est conseillé de continuer à avoir une activité physique adaptée à son état. Cela est particulièrement bénéfique pour conserver une bonne mobilité, éviter l’apparition d’autres pathologies et contribuer à améliorer l’état de santé général et la qualité de vie.

La marche, le vélo sur terrain plat ou le vélo d’appartement, l’aquagym, le tai chi chuan sont par exemple des sports conseillés. A l’inverse, certains sports sont contre-indiqués comme le ski, la course à pied, le tennis et de manière générale tous les sports sollicitant violemment les articulations.

Dans tous les cas, demandez conseil à votre médecin. Le médecin peut également prescrire des séances de kiné qui peuvent permettre de soulager les articulations tout en travaillant sur l’amplitude des mouvements. Pensez également aux cures thermales qui peuvent être particulièrement bénéfiques sur les douleurs et la mobilité.

L’alimentation joue également un rôle dans l’atténuation de certains symptômes de l’arthrose. Des choix diététiques peuvent améliorer la qualité de vie. Une alimentation riche en oméga 3, que l’on trouve principalement dans le poisson, l’huile de colza, la mâche, permet d’enrayer les mécanismes inflammatoires.

Certaines épices jouent aussi un rôle dans la régulation des douleurs inflammatoires, c’est notamment le cas du gingembre et du curcuma. Pour un effet optimal, le curcuma est mieux assimilé s’il est associé à un corps gras et à du poivre. Les aliments riches en anti-oxydants sont également à privilégier (choux, coquillages, crustacés, germe de blé, riz complet etc.). La calcium associé à la vitamine C favoriserait aussi la diminution des douleurs.

En cas de poussée inflammatoire, un recours aux médicaments peut être nécessaire. Il s’agit dans ce cas d’anti-inflammatoires à prendre par voie orale ou en application locale.

Lorsque les médicaments sont inopérants et que l’arthrose a beaucoup évolué, la chirurgie est à envisager avec la pose de prothèses venant remplacer l’articulation défectueuse. Dans tous les cas, l’arthrose n’est pas une fatalité et de nombreuses options permettent aujourd’hui de mieux soulager la douleur.

Maison de retraite médicalisée : guide pratique

Parce que tous les seniors n’ont pas le même degré d’autonomie, et parce que certains sont dépendants, des maisons de retraite médicalisées sont là pour les accueillir dans des conditions optimales et répondant à leurs différents besoins.

Ces établissements médicalisés sont le plus souvent nommés Ehpad – soit établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Une maison de retraite, d’une manière générale, est une résidence collective qui se veut le lieu d’habitation de personnes dites seniors. Ce type d’établissement comprend une chambre individuelle pour chaque résident et des espaces collectifs comme une salle à manger par exemple, des locaux dédiés au lavage du linge, etc.

De nombreuses maisons de retraite sont médicalisées et reçoivent donc le nom d’Ehpad. Ces dernières ont par conséquent conclu une convention avec le département dans lequel elles se situent et avec l’état.

Il existe différents Ehpad, ceux à caractère public, ceux gérés par des associations, et les Ehpad privés commercials.

Qu’Est-ce qu’un Ehpad exactement ? : Comme son nom l’indique, un Ehpad est un établissement qui dispose de l’habilitation pour accueillir des personnes âgées dépendantes. Actuellement, les Ehpad sont les établissements dédiés à l’accueil des personnes âgées que l’on trouve en plus grand nombre sur le territoire français.

En 2016, on compte au total 6850 maisons de retraite médicalisées, ce qui se traduit par environ 500 000 places d’hébergement.

Parce qu’elles sont médicalisées, ces maisons de retraite ont un personnel soignant qui est présent dans la structure tout au long de la journée et de la nuit. Ce personnel est là pour se charger des soins nécessaires pour chaque personne, selon les besoins personnels de celle-ci.

Cette équipe est coordonnée par un médecin, lequel a notamment pour fonction de former les différentes personnes de l’équipe afin qu’il y ait un parfait suivi de chaque résident, pour une qualité idéale de leurs soins.

A savoir que certains Ehpad n’accueillent pas les personnes aux Gir 1 et 2 (les Gir étant les groupes iso-ressources), soit les personnes les plus dépendantes. Il est, de facto, indispensable de parfaitement s’informer sur les différents Ehpad, afin de choisir pour chaque senior, celui qui est adapté à son degré de dépendance.

Les Ehpad sont des maisons de retraite conventionnées. L’obtention du statut d’Ehpad ne se fait que par la signature de la convention tripartite, en accord avec le conseil général du département dans lequel se situe l’établissement, et l’Agence Régionale de Santé.

Cette convention comprend plusieurs éléments, dont les conditions de fonctionnement de la maison de retraite du point de vue de ses finances.

En outre, l’établissement prend un engagement concernant la qualité d’accueil et la qualité des soins des résidents. Les Ehpad sont soumis à des contrôles. Le coût mensuel d’un hébergement en Ehpad est très complexe à déterminer car il repose sur trois éléments distincts, lesquels sont fixés par des institutions différentes.

Ces trois éléments sont le forfait soins, le tarif dépendance personnes âgées et le tarif hébergement. Il faut néanmoins savoir qu’une personne âgée dépendante peut bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie, ce qui lui permet de couvrir une partie du tarif dépendance.

Qu’est ce qu’un gérontologue?

La Gérontologie est une médecine spécialisée dans les problèmes de santé des personnes âgées. Cette médecine étudie tous les problèmes de vieillissement qui peuvent avoir un impact sur la vie quotidienne et sur la santé des Seniors. La Gérontologie est une spécialisation assez récente dans le domaine de la médecine et elle est également appelée Gériatrie.

Le gériatre est un médecin spécialisé dans le vieillissement. Un gériatre a comme mission première la prévention mais aussi le diagnostic et le traitement de toutes les maladies des personnes âgées. Il se doit de soulager leurs souffrances, de prendre en main leur handicap afin de leur permettre de mieux vivre au quotidien. Le gériatre est un médecin spécialisé et qui travaille souvent dans le milieu hospitalier.

Mais il peut également exercer son métier de manière libérale ou encore dans un organisme de santé privé. Il est le médecin spécialisé dans le vieillissement et dans la prise en charge des Seniors. Les études de la gérontologie Cette spécialité médicale s’intéresse à plusieurs aspects, à savoir : le vieillissement physique : le corps a du mal à se renouveler et perd en motricité ; le vieillissement psychologique : la transformation des processus chez la personne âgée qui peuvent avoir des répercussion sur sa vie quotidiennele vieillissement comportemental :

Un changement au niveau de la personnalité, un problème à s’adapter dans un environnement et avec les autres. Permettre aux Seniors de vivre mieux. La gérontologie est une médecine qui permet donc aux Seniors de vivre mieux en prenant en charge leurs problèmes de santé, qu’ils soient d’ordre physique ou encore psychologique.

Les Gérontologues possèdent une grande connaissance en la matière et sont aptes à traiter, soulager ou encore guérir les patients les plus âgés. Il les accompagne tout au long de leur vieillesse avec un suivi et un contrôle minutieux de leur santé. Ainsi, les personnes âgées peuvent prétendre à une vie plus longue et surtout sans douleur et sans problème, dans la mesure du possible grâce à des traitement efficaces.

Les gérontologues sont de plus en plus nombreux en France face à une longévité de vie toujours plus grande.Il ne faut pas hésiter à les consulter dès lors que l’on atteint l’âge des Seniors.

Quels spécialistes pour quelles maladies des seniors?

Lorsque le corps vieillit, il nécessite une attention particulière, spécifique et spécialisée. En effet, il y a un âge où l’importance de la prévention redouble. C’est pourquoi il existe des médecins spécialisés pour certaines maladies touchant les seniors.

Dans une grande majorité de cas, le gériatre (spécialiste en gériatrie – branche médicale de la gérontologie), s’avère le médecin à consulter. La fonction de ce dernier est de prévenir, diagnostiquer et traiter les maladies et les affections pouvant survenir au cours de la vieillesse. En cas de maladies chroniques et non guérissables, le gériatre doit apporter le traitement adéquat pour soulager le patient afin que celui-ci est la meilleure qualité de vie possible.

Les maladies prises en charge par le gériatre sont les pathologies chroniques comme celles touchant les reins, les sens, la mémoire, le raisonnement, etc. Certaines maladies et affections nécessitent un médecin spécialisé comme les rhumatismes, très fréquents chez les seniors. Dans ce cas, le professionnel à consulter est le rhumatologue.

En vieillissant, le corps change et les années commencent à se faire sentir sur l’ossature et la masse musculaire. Les conséquences peuvent aller de la gêne répétée à des douleurs lancinantes. Les maladies prises en charge par le rhumatologue sont donc celles qui surviennent au niveau de squelette, comme l’ostéoporose et l’ostéomalacie.

Il prend également en charge les affections dégénératives (arthrose, hernie discale, etc.), et inflammatoires telle que la polyarthrite rhumatoïde. En vieillissant, il est assez fréquent que le corps développe une forme de diabète. Le médecin à consulter et par lequel être suivi pour cette maladie est le diabétologue endocrinologue. L’état de santé de la personne atteinte de diabète et les prescriptions d’examens nécessaires reposent en général sur le médecin généraliste.

Mais le traitement de la maladie et la prévention d’éventuelles complications reposent quant à eux sur le diabétologue endocrinologue. Le diabète est une maladie nécessitant une prise en charge multidisciplinaire, c’est pourquoi le médecin généraliste et le diabétologue doivent travailler en étroite collaboration. Le premier fera notamment appel au second en cas de mauvais équilibre du diabète.Le néphrologue est un autre spécialiste que les seniors sont souvent amenés à consulter. Ce dernier est spécialiste des maladies du rein, sous un aspect médical.

Le néphrologue ne fait pas de chirurgie. On le consulte en cas de maladies rénales, comme les glomulonéphrites. A savoir qu’au cours du vieillissement des modifications anatomiques (quoi que minimes) se produisent et entraînent dans la plupart des cas une diminution progressive de la filtration glomérulaire. C’est le néphrologue qui va prendre en charge ce type de cas.

Enfin, en vieillissant, de nombreuses personnes développent une Dégénérescence Maculaire liée à l’Âge (DMLA). Il s’agit d’un vieillissement de la zone centrale de la rétine qui cause un déficit visuel. La plus fréquente est la DMLA humide. Pour la prévenir il faut se faire suivre par un ophtalmologue. Si ce dernier constate l’apparition d’une dégénérescence il prescrira des injections intraoculaire de facteurs antiangiogéniques. L’injection peut se faire au cabinet ou à l’hôpital.

Comment bien choisir sa mutuelle senior?

Comment bien choisir sa mutuelle senior ?

Que l’on soit jeune ou plus âgé, toute personne possède le droit à recevoir les soins nécessaires pour préserver sa santé. Cependant les seniors doivent affronter de nouveaux défis. Davantage de dépenses de santé ou une retraite parfois insuffisante sont autant de facteurs qui poussent de nombreuses personnes âgées à rechercher une mutuelle capable de les protéger, sans par ailleurs consommer toutes leurs ressources.

Quelles sont les éléments à considérer à l’heure de choisir sa mutuelle ?

Analyser ses besoins réels. Les mutuelles classiques ne sont pas du tout adaptées aux besoins différents et spécifiques des seniors. Pour éviter donc de cotiser en vain, il convient de faire un état des lieux réaliste de sa situation physique et psychique. Il faut par ailleurs prendre aussi en compte les risques liés à l’environnement, à la profession exercée dans le passé et aux facteurs héréditaires.

Une fois identifiés de façon claire les besoins futurs possibles, il est plus facile de se concentrer sur ceux-ci pour choisir la formule qui y répondra idéalement. Cela permet d’écarter aussi les couvertures inutiles et donc économiser sagement. Ne pas délaisser les incontournables. Il y a certains domaines qui inévitablement touchent davantage la population âgée. Reconnaitre à l’avance ces points majeurs aide à prendre la meilleure décision.

Les problèmes les plus courants et les plus handicapants concernent une mauvaise vue, une perte de l’audition et une détérioration de la dentition. Par conséquent, le remboursement sur les prothèses auditives et dentaires, ainsi que sur les lunettes doivent retenir toute l’attention du senior. Ces domaines, très mal remboursés par la Sécurité Sociale, doivent être au cœur des négociations d’une bonne assurance santé.

Être prêt pour le pire. Même si on ne veut pas imaginer de scénario catastrophe, il est néanmoins important de se préparer. Une protection en cas d’hospitalisation ou encore de perte de l’autonomie représente un atout important sinon indispensable à une bonne mutuelle pour senior. Faire preuve de prévoyance. Dès l’âge légal de la retraite atteint, il est fortement recommandé de contracter une mutuelle senior.

Les tarifs proposés par l’assureur seront plus avantageux si on s’y prend de bonne heure. La garantie viagère est par ailleurs une formule plus couteuse mais qui garantie à l’assuré de ne pas se voir résilier son contrat sans son accord. Cela représente une sécurité non négligeable quand on prend de l’âge. Bien examiner les différentes formules et comparer. Il faut savoir précisément les droits qui sont compris dans le contrat et comprendre dans quel cadre ils s’appliquent.

Par exemple la prudence s’impose lorsque les remboursements sont uniquement en pourcentage. Ces pourcentages sont basés sur le taux initial de remboursement de la sécurité sociale. Dans certaines applications, comme les lunettes, ce taux est extrêmement faible. Le remboursement de la mutuelle le sera donc aussi. Il est beaucoup plus avantageux d’avoir des forfaits en euros qui présentent clairement ce qui sera disponible en cas de besoin.

Autre point à analyser : le délai de carence, qui doit être clairement connu afin d’éviter les mauvaises surprises lorsqu’une des prestations n’est pas prise en charge parce que le délai n’est pas encore atteint.Comparer les différentes complémentaires de santé est important puisqu’à remboursement égal les cotisations ne sont pas toujours identiques. La différence de prix peut varier de 30% pour les mêmes prestations.

Il est bon de demander des devis personnalisés, de consulter par internet les nombreuses possibilités ou carrément de compter sur l’aide d’un courtier d’assurance capable d’orienter sur le choix le plus adapté et de négocier. En cas d’hésitation entre deux formules, les options supplémentaires permettent de faire peser la balance (frais d’obsèques, assistance à domicile…).

Bien choisir sa mutuelle demande du temps et de la réflexion. Mais c’est une étape indispensable pour envisager sereinement sa retraite et continuer de profiter de la vie dans les meilleures conditions possibles.