Plusieurs rites funéraires existent dans le monde, mais seules la crémation et l’inhumation sont reconnues et autorisées en Europe, principalement en France. Tout comme le testament, le choix de son rite funéraire est l’une des choses qu’il faut boucler pour alléger la tâche à ses proches après sa mort. Il est de ce fait important pour les personnes d’âges avancés et leurs proches de connaitre les conditions et les éléments qui entrent en jeu pour chacun des cas.

Vous êtes une personne en avancée et vous doutez toujours ? Vous avez un proche décédé ? Découvrez comment choisir entre inhumation et crémation.

Inhumation : coutume funéraire la plus célèbre

L’inhumation est un rite traditionnel présent dans presque toutes les cultures du monde. Généralement connue comme l’enterrement, elle consiste à mettre la dépouille dans un cercueil supplanté d’une sépulture, sous terre. Elle a lieu 24 h au moins, et 6 jours au plus après le décès, sous l’autorisation de la mairie dans un cimetière. Ce dernier peut être celui de la commune dans laquelle il est décédé, celui où il résidait ou celui dont le cerveau de famille se trouve. Il est également possible d’enterrer le défunt dans le cimetière d’une autre commune que celles citées plus haut. Mais il se peut qu’il y ait un refus du maire si certaines conditions ne sont pas réunies.

La dépouille est enterrée dans une concession funéraire, une aire dans le cimetière. Cet emplacement, acheté ou loué par le défunt lui-même ou sa famille, est soumis à un contrat de concession qui indique la durée de location (30 ans, 50 ans ou perpétuelle). Lorsque le bail arrive à terme, la loi vous donne la possibilité de la renouveler ou de procéder à la crémation des restes du défunt. Sans les nouvelles de la famille, ces derniers sont conservés dans l’ossuaire.

Voir aussi  Faut-il vendre son bien immobilier en viager ? Comment procéder?

 Lorsque la famille n’a pas les moyens de se payer une conception funéraire, la dépouille est inhumée pour une durée de 5 ans sur un emplacement gratuit dans un terrain commun procuré par la commune choisie. Il est aussi possible de faire l’inhumation sur une propriété privée, mais sous l’autorisation de la préfecture, ce qui est assez rare.

Crémation : coutume funéraire très ancienne, bientôt majoritaire

Longtemps rejetée et considérée comme un rite marginal, la crémation a connu une ascension considérable au cours des deux dernières décennies. Pour ceux qui ne le savent pas, elle consiste à brûler la dépouille du défunt pour le réduire totalement en cendre. Ces dernières sont ensuite recueillies et mises dans une urne funéraire.

Ce rite funéraire aussi a lieu entre 24h et 6 jours au plus après le décès dans un lieu appelé le crématorium. Celui-ci peut être celui de la commune du décès, ou celui de la résidence du défunt.

 Tout comme l’inhumation, la crémation est résignée à une autorisation délivrée par la mairie de la commune du décès ou de celle où la mise en bière a lieu. Il faut noter qu’avant de procéder à la crémation, la loi exige que le défunt soit installé dans un cercueil. Les cendres sont reconnues par la législation et disposent du même statut que celui d’un corps entier. Elles ne peuvent donc plus être conservées chez soi, mais doivent être dispersées ou déposées avec l’urne dans un endroit approprié.

Les possibilités dans le cas de la crémation sont assez nombreuses. Les cendres peuvent être dispersées dans la nature, dans la mer ou dans un jardin de souvenir. Ils peuvent également être enterrés avec l’urne dans une cavurne (petit caveau individuel), une case au sein d’un columbarium (concession qui abrite des urnes).

Voir aussi  Quelles aides pour les retraités en France?

Il faut noter que la crémation est un choix délicat et assez compliqué. Si le défunt de son vivant n’avait pas fait écrit sa volonté ou n’avait pas fait part de celle-ci, la personne en charge des obsèques devra fournir une demande de crémation écrite.

NB : On dit crémation, pas incinération. Les deux signifient la même chose, mais l’incinération est utilisée pour les ordures et la crémation, pour les êtres humains.

Les deux rites funéraires sont confiés à la charge des centres ou des pompes funèbres.

close up photo of young woman holding bouquet of flowers.

Inhumation et crémation : Conditions financières, écologiques et religieuses

Mis à part la volonté, certains aspects très importants doivent être pris en compte lorsqu’il faut choisir entre Inhumation et crémation. Il s’agit des aspects financiers, écologiques et religieux.

Parlant d’aspects financiers, le cout de l’inhumation varie entre 3000 € et 10 000 € et celui de la crémation, entre 1500 € et 4000 €. Ces tarifs sont standards et peuvent varier en fonction des pompes funèbres ou des centres funéraires. Il faut noter également que plus il y a de morts, et plus les places dans les cimetières deviennent de plus en plus rares. Ce qui est rare devient cher.

En ce qui concerne l’aspect écologique, la crémation génère 3 fois moins de dioxyde de carbone (CO2) que l’inhumation. Ceci prend en compte le moment où la dépouille est confiée aux services funéraires jusqu’à la décomposition.

L’aspect culturel et religieux est très important dans le choix du rite funéraire. Les religions orthodoxes, juives, islams, catholiques et protestantes sont contre la crémation. En effet, la bible et le coran la proscrivent. Elle est cependant tolérée par les religions bouddhistes et hindouistes.

Les informations énumérées plus haut devraient vous permettre de faire le choix qui vous convient le mieux.

Lorsqu’il s’agit de choisir entre l’inhumation et la crémation, il est essentiel de prendre en compte différents facteurs personnels, religieux, culturels et financiers. Voici un guide qui peut vous aider à prendre une décision éclairée :

  1. Préférences personnelles : Réfléchissez à vos propres préférences et croyances. Certaines personnes trouvent du réconfort à être inhumées dans un lieu de sépulture où leurs proches peuvent venir se recueillir. D’autres peuvent préférer la crémation en raison de sa simplicité et de son caractère symbolique.
  2. Croyances religieuses et culturelles : Si vous avez des croyances religieuses spécifiques, renseignez-vous sur les pratiques funéraires recommandées par votre religion. Certaines religions ont des préférences ou des restrictions concernant l’inhumation ou la crémation.
  3. Considérations familiales : Tenez compte des préférences et des souhaits de vos proches les plus proches. Il est important de prendre en considération l’opinion de votre famille et d’essayer de trouver un terrain d’entente qui respecte les souhaits de tous.
  4. Impact environnemental : Si vous êtes préoccupé par l’impact environnemental, renseignez-vous sur les pratiques respectueuses de l’environnement pour l’inhumation ou la crémation. Par exemple, certaines options d’inhumation plus récentes, telles que l’inhumation naturelle ou l’inhumation écologique, visent à minimiser l’empreinte écologique.
  5. Coûts financiers : Comparez les coûts de l’inhumation et de la crémation dans votre région. En général, la crémation tend à être moins coûteuse que l’inhumation traditionnelle, mais cela peut varier en fonction des services funéraires supplémentaires choisis.
  6. Considérations légales : Renseignez-vous sur les lois et réglementations funéraires de votre pays ou de votre État. Certains endroits peuvent avoir des exigences spécifiques en matière d’inhumation ou de crémation.
Voir aussi  Guide des Soins palliatifs

Il est important de prendre le temps de réfléchir et de discuter avec vos proches avant de prendre une décision finale. Vous pouvez également consulter un conseiller funéraire ou un professionnel du secteur pour obtenir des informations supplémentaires et des conseils personnalisés en fonction de votre situation particulière.