Séniors, apprenez à mieux gérer vos humeurs

Avec l’évolution de l’âge, les humeurs de certains séniors connaissent d’importantes fluctuations. Ces sauts d’humeurs ont des origines diverses et varient d’un sénior à un autre. Certains troubles psychiques peuvent être à l’origine de ces tempéraments. Quels sont donc ces troubles et d’où proviennent-ils ? Comment se manifestent-ils et quelles solutions peut-on y apporter ? 

Anxiété et angoisse la nuit chez les seniors : origines et traitement

Pour de nombreuses raisons, la nuit devient presque involontairement un moment de grande peine pour les personnes du troisième âge. La plupart des crises d’anxiété et d’angoisse surviennent lors de la nuit. De nombreuses raisons peuvent justifier cet état de chose.

Anxiété nocturne chez les séniors : quelles sont les causes ?

Une personne âgée qui vit seule présente plus de probabilité d’être angoissée la nuit. Pour certains séniors, la nuit constitue un moment d’incertitude à l’opposé de la journée. La solitude et l’isolement peuvent exacerber ces sensations. Une autre raison de l’angoisse nocturne chez les personnes âgées est peut-être le décès d’un être proche. Ce qui laisse ainsi un vide. Ces troubles d’humeur ne constituent pas une fatalité et peuvent être surmontés.

Angoisse nocturne chez les personnes âgées : quelles solutions adopter ?

De nombreux médicaments existent pour apaiser les angoisses nocturnes chez les personnes âgées. En dehors des solutions médicamenteuses, de petites astuces peuvent être utilisées.

La première des choses à faire face à un sénior qui souffre d’anxiété est de lui accorder de l’attention. Il a besoin d’être rassuré. Communiquez avec lui, essayez de le comprendre et conseillez-le. Évitez de le culpabiliser en lui faisant croire qu’il est la cause de ses angoisses. Libérez-le du poids qui est le sien. Soyez positifs avec lui et donnez-lui de l’affection. 

Par ailleurs, surveillez l’alimentation du sénior. Veillez à ce que ses repas soient à la fois sains et équilibrés. Évitez de lui donner des boissons excitantes comme le café ou l’alcool. Vous devrez aussi veiller à maintenir sa chambre propre et bien rangée. Il trouvera plus aisément le sommeil dans une chambre propre que dans un appartement mal entretenu et désordonné. Réglez convenablement la température de sa chambre afin qu’elle ne soit ni trop basse, ni trop élevée. 

La pratique d’une activité sportive notamment la marche peut être très bénéfique pour l’apaisement de l’anxiété. Par ailleurs, il peut aussi essayer la gym douce. Avant de s’endormir, le sénior peut aussi profiter d’un bain chaud et faire de la méditation. 

Agressivité et agitation chez les personnes âgées : origines et traitements

L’agressivité observée chez certaines personnes âgées est, le plus souvent, due à la démence. Toutefois, certains séniors peuvent être agités sans être déments.

Agressivité chez les séniors : quelles sont les causes ?

L’agressivité d’un sénior n’est pas sans cause. Elle est souvent le moyen pour le sénior d’exprimer un problème. Celui-ci peut être d’ordre physique ou psychologique. La première chose à faire est d’identifier un repère temporel et de se demander à quand remonte le début de cette agressivité ? Est-elle survenue à la suite d’un événement ou changement majeur ? 

Une personne âgée qui a été contrainte de changer d’environnement peut devenir agressive. Il en va de même du sénior qui a perdu un proche, son autonomie ou qui est victime de maltraitance.

La peur peut également être à l’origine de l’agressivité des séniors. Cette peur peut revêtir plusieurs formes. Elle peut être liée à la survenue de la mort, d’une maladie ou l’appréhension d’une perte d’autonomie. Dans chacun de ces cas, l’agressivité ou l’agitation peut être le moyen choisi par la personne âgée pour se faire remarquer.

Quelles Solutions adopter face à l’agressivité des séniors ?

Certains traitements médicaux peuvent avoir pour effets secondaires, le développement de l’agressivité. 

Face à un sénior devenu agressif, il faut tout d’abord s’armer de patience. Répondre à un sénior agressif par un comportement abrupt est la chose à ne surtout pas faire. Il se replie sur lui-même et/ou devient davantage irritable. La meilleure solution c’est de communiquer avec lui pour mieux le comprendre. S’il s’ouvre à vous, ne banalisez pas ses opinions. Faites l’effort d’identifier l’origine de son agressivité. Il souffre sûrement en silence. S’il a des craintes, rassurez-le. Soyez présent et comblez-le d’affection et d’amour. Si après des discussions, vous constatez que la résolution du problème se trouve hors de votre portée faites appel à un médecin ou à un psychologue.

La démence sénile : définitions, symptômes et traitement

La démence sénile est un mal qui touche les personnes âgées. 

Qu’est-ce que la démence sénile ?

La démence sénile ou sénilité est un trouble psychologique qui touche les personnes âgées de plus de 60 ans. Elle n’est pas à proprement dit une maladie mais plutôt un ensemble de symptômes. Elle représente en réalité une détérioration progressive et complète de la santé psychique. Cette détérioration fait perdre à la personne démente son autonomie. La maladie d’Alzheimer est l’une des formes les plus courantes de démence sénile.

Démence sénile : quels sont les symptômes 

Ils peuvent être regroupés en quatre grandes catégorie :

  • les troubles de la mémoire qui se manifestent par la perte de la faculté de souvenance,
  • les troubles de la perception qui se manifestent par une altération du discernement,
  • les troubles de l’attention qui se manifestent par un énorme défaut de concentration. Ces troubles sont voisins de la dyslexie,
  •  les troubles du langage qui se manifestent par des difficultés à communiquer, à articuler ou prononcer les mots.

Ces différents troubles apparaissent au fur et à mesure que la démence évolue.

La démence sénile : comment la traiter ?

Actuellement la démence chez les séniors n’a aucun traitement. La plupart du temps, des médicaments sont prescrits à titre palliatif. Cependant, pour l’éviter, il est conseillé de stimuler son cerveau par la pratique d’activités intellectuelles (mots croisés, jeux d’échecs, scrabble, lecture, etc.).

Laisser un commentaire